Les stratégies de recentrage dans les secteurs de haute technologie (édition mai 2000).


Selon bon nombre d'experts, d'analystes ou de responsables de groupes, le recentrage est à l'ordre du jour. La question ne serait plus de savoir s'il faut recentrer. Elle serait de savoir autour de quel(s) métier(s) se recentrer, à quel rythme et selon quelles modalités.
A partir de l'analyse stratégique détaillé de quinze groupes mondiaux présents dans des secteurs de haute technologie (chimie de spécialité, pharmacie, informatique, éléctronique et télécommunications), les auteurs de cette étude concluent que:
1) le recentrage n'est pas, et de loin, la stratégie dominante dans l'échantillon retenu;
2) le désengagement d'activités insuffisamment rentables ou compétitives, qui semble un mouvement naturel, ne constitue pas un critère suffisant pour qu'une stratégie puisse être qualifiée de recentrage.
L'étude menée a permis également de souligner le flou sémantique de la notion de recentrage et les difficultés de son appréciation empirique éventuelle.
Le recentrage, au sens simple òu on l'entend souvent (réduction d'activités et repli sur un pôle fort) n'est pas la priorité. C'est plutôt en terme de redéploiement et de mutation que les stratégies des grands groupes mondiaux dans les secteurs de haute technologie doivent être interprétées et évaluées.
Les auteurs observent finalement que l'insistance mise sur le recentrage est dangereuse. Des éléments de potentiel risquent d'être démantelés du fait d'une mise en oeuvre trop systématique de ce type de stratégie.


Table des matières de l'ouvrage

240 F
36,59 Euros
Direction générale de l'industrie, des Technologies de l'information et des postes
Format ( 26,7 X 29,2 ). 428 pages
Edition mai 2000.

bon de commande

retour tout consulter