Qu'est-ce qui prouve que Jésus est ressuscité?

+ André-Mutien LEONARD

évêque de Namur

 

La foi du nouveau Testament en la résurrection de Jésus ne procède en tout cas pas d'une construction logique ("la vie doit l'emporter sur la mort") ou psychologique ("Jésus a tellement été source de vie qu'il doit encore être vivant"). Non, elle a été extorquée aux disciples par l'expérience bouleversante, à peine descriptible (par définition), des apparitions de Jésus après sa mort.

Sans la foi en la résurrection de Jésus, le Nouveau Testament serait impensable, car il est écrit tout entier en fonction de cette foi et à sa lumière. Mais sans l'expérience réelle des apparitions du Ressuscité, la foi en la résurrection eût été elle-même impossible. Comment les disciples auraient-ils osé annoncé pareille énormité, si pleine de risques (le retour à la vie du Maître qu'on a trahi!), si provocante (la réhabilitation du Messie condamné par les autorités!), et ce avec une telle audace et une espérance à ce point contagieuse, si tout s'était effectivement terminé avec l'échec absolu de la croix et si, de surcroît, le corps du défunt, à moins d'avoir été enlevé (ce qui finirait par se savoir et ne pourrait fonder l'espérance pascale), reposait toujours là dans le tombeau?

La résurrection glorieuse d'un crucifié est, certes, un bien grand mystère pour notre raison naturelle, mais la réalité du christianisme et la naissance de l'Eglise sans cette résurrection seraient un mystère bien plus grand encore. Ou plutôt, la résurrection est un grand mystère, insondable mais tout rayonnant de sens et profondément éclairant, tandis que le phénomène du christianisme sans la résurrection serait une énigme incompréhensible et inexplicable. Face aux données incontournables du christianisme, il n'est donc rien de plus raisonnable que de croire en la résurrection de Jésus.

catho

Sommaire

suivante

précédente

Dernière modification
4 mars 2002
webmaster@catho.be