les mots qui saignent
EXTRAIT DE INCANTATOIRE

Raymond Chassagne

À clore le regard, l'arrivée reprend distance, les joies de misaine - Ô terre ! - se font ombres
pendues,
et les mots saignent, glissés de destins, un éboulis de songes dans la sanguinolence d'un quotidien bramé de fers-de-lance échoués sur le roc
 
Les mots n'ont de cris que dans le descriptif des douleurs muettes, sur le rictus des espoirs qu'on égorge ou dans la convivialité de la douceur et du chagrin
 
Cette écorche d'espoir accrochée aux parois, les mots la regardent (quelles mains saignent alors ?), même les couleurs du sang se muent
et c'est soudain verdeur de marais traîtres où, noyées, nos souvenances,
afin que plus un mot ne dise l'attente
ni le serment ni ce pays émigré de lui-même
ni ce moi-même émigré de toi-même
 
*
 
...et les morts en allés et les morts en sursis savent l'effroi de nos baisers modulant un pays
qui jamais ne fut :
paumes décharnées, données-jactance
un encan d'années mortes
où s'épuisent l'histoire et l'encrier

Raymond Chassagne


sapriphage - numero 22 - juillet 1994