Jésus a-t-il fait des miracles?

Fabien DELECLOS

La Libre Belgique

 

Jésus a, sans nul doute, accompli des actes admirables, "signes et prodiges", pour incarner la Parole. Marc, Luc et Matthieu citent les miracles. L'erreur serait "de ne pas y croire ou de leur accorder trop d'importance". Il faut savoir que Jésus et ses apôtres vivaient dans un contexte religieux et culturel où le "miracle" n'avait pas le même sens qu'aujourd'hui. Tout comme la maladie, censée être causée par le péché, signifiait punition de Dieu et exclusion. De plus, pour la Bible, la matérialité d'un fait est beaucoup moins importante que sa signification spirituelle. D'où la nécessité, dans tous les cas, d'une lecture symbolique pour atteindre le sens fondamental du message. Certains "miracles" peuvent être aussi des allégories destinées à la catéchèse. Tous les "prodiges", en effet, sont des annonces explicites de l'avènement du règne de Dieu, en lien direct avec l'enseignement de Jésus. Un appel à la foi et à la conversion. Des signes qui nous révèlent que Dieu veut nous libérer des cécités, paralysies, lèpres et surdités spirituelles. Ainsi, l'attitude aimante de Jésus "relevait" les malades à tous points de vue. Tout "miracle" ne peut donc être compris qu'à l'intérieur d'une relation de confiance. "Ta foi t'a sauvé", ou "Tout est possible à celui qui croit", dit Jésus. Ce qui écarte l'utilisation du "miracle" comme "preuve" qui forcerait à croire. Car la foi relève de la confiance et non d'une évidence contraignante. D'autant plus que même "des esprits de démons accomplissent des prodiges..." (Ap. 16, 14).

catho

Sommaire

suivante

précédente

Dernière modification
4 mars 2002
webmaster@catho.be