Accueil
Histoire
Patrimoine
Archives
Magasin
Contacts

La Deuxième Guerre mondiale

Au cours d'août 1939, la situation internationale se détériora de jour en jour. Le 4 septembre, les hostilités éclatent et le 10 septembre c'est la Guerre. Au Régiment, c'est la période des congés annuels. Le Régiment qui comporta à peine un effectif de 250 militaires se voyait dans l'obligation de recruter afin d'atteindre l'effectif autorisé de 900 hommes. L'entraînement des recrues se fait à la Citadelle de Québec. Le Régiment devient une unité de la Première division canadienne et part pour l'Angleterre le 9 décembre 1939, avec un effectif de 800 hommes. Ces hommes n'étaient pas vêtus convenablement et ils manquaient de l'équipement.

En Angleterre, de 1939 à 1943, le Régiment y jouera un rôle défensif. À certaines occasions, il est envoyé pour la protection des côtes anglaise. À d'autres occasions aussi, il effectuera des manouvres de désinformations. Le Régiment montera aussi la garde au palais du Roi.

En effet, le 2 avril 1940, le Régiment reçoit la nouvelle qu'il a été choisi pour monter la garde au Palais de Buckingham et de St-James du 12 au 21 avril. C'est la première fois qu'une unité n'appartenant pas à l'armée anglaise était appelée à remplir cette fonction. De plus, comme il s'agissait d'une unité de langue française, on entendra aussi pour la première fois la consigne transmise à la garde du Roi en français.

En juillet 1943, l 'attente est terminé. Voici que se présentait aux gars du «22e» le moment tant attendu de participer à cette guerre. Sous le commandement du lieutenant-colonel Bernatchez le Régiment participe au débarquement et à l'invasion de la Sicile. Le débarquement en Sicile s'effectua aisément.


Major-général J.P.E. Bernatchez, CBE, DSO, CD
Peinture: Archives R22eR
Peintre inconnu

Au moment du débarquement, le Régiment faisait partie d'un des éléments de réserve de la Première division canadienne et ce n'est que vers 8 heures que les premiers éléments de tête du Régiment débarquèrent sur les plages de Pachino. La conquête du littoral aux environs de Pachino s'est fait avec une rapidité imprévue et le soir, le Régiment se trouve déjà à 4 miles à l'intérieur des terres. Cependant, les circonstances forcèrent le «22e» à prendre une part plus importante que le prévoyait le plan initial et il connu sa première bataille de la Deuxième Guerre mondiale soit : le 17 juillet 1943, lors de la bataille dite du Fer à cheval qui fit 7 morts et 24 blessés. Malheureusement cela ne constituera pas son seul sacrifice. De nombreux valeureux souffriront pour sauvegarder les valeurs fondamentales de notre société.

Commencée le 10 juillet 1943, la conquête de la Sicile nécessita 38 jours d'âpres combats et se termina le 17 août par l'entrée des Alliées dans Messine. Le Régiment a été largement impliqué au cours de cette conquête. Pensons aux batailles suivantes : Valguarnera, Adrano et Catenanuova.

Sitôt la capitulation de la Sicile proclamée à la radio, les Allemands mirent en ouvre un plan minutieusement élaboré selon lequel dans la nuit du 8 septembre, toutes les unités allemandes disponibles entrèrent simultanément en action et procédèrent à l'organisation de la défense du territoire italien contre les Alliées. Or, le jour même de la capitulation de la Sicile le Régiment embarquait dans les péniches pour participer à l'invasion de l'Italie.

Dès 7 heures le 3 septembre 1943, le Régiment débarque et, moins de deux heures plus tard, il occupe Reggio. Les jours et les mois suivirent avec la capture de Potenza, Sangro, Gambatesa et pour terminer l'année 1943 avec la prise d'Ortonna.


Marche sur Gambatesa
Photo: Archives R22eR

La prise d'Ortonna était essentielle puisqu'elle ouvrait le chemin vers Rome. La Casa Berardi se trouvait sur le chemin menant vers Ortonna.

La Prise de Casa Berardi permettait la capture de l'embranchement principal de la route menant vers Ortonna. Le 14 décembre 1943, la compagnie C du Royal 22e Régiment, commandée par le capitaine P. Triquet et appuyée par un escadron de chars de l'Ontario Tanks Regiment assaille furieusement le point fortifié de Casa Berardi. Le capitaine Triquet rallie ses hommes par ces mots :

«...L'ennemie est devant nous, sur nos flancs : il n'y a qu'une place sûre, c'est l'objectif...».

Il ne lui reste que 17 hommes et trois chars qui continuent d'avancer vers l'objectif. Au cours de ce combat, le Régiment se couvre de gloire. Les hommes ont fait preuve d'un courage magnifique et d'un sang-froid incomparable. Au cours de cet engagement, il y a eu 23 tués et 107 blessés, plusieurs des soldats et sous-officiers se verront attribuer des décorations. Quant au capitaine Triquet (plus tard devenu brigadier-général), il recevra la Croix de Victoria. Il a toujours dédié cette décoration à ses hommes.

Comme le brigadier-général Triquet a toujours si bien mentionné, il n'était pas le seul courageux.

Oui ! Il faut en parler du courage de ces hommes face aux dangers! Qui avec un sens d'abnégation sans équivoque, font leur devoir au mépris de leurs vies. Tel que le soldat Alban Leblanc lors de l'attaque de la ligne Aldoph Hitler. Le peloton du soldat Leblanc avançait vers son objectif à travers les défenses ennemies lorsque soudainement, il se trouva directement dans la ligne de tir d'un poste de mitrailleuses. À ce moment critique de l'assaut, chaque minute perdu signifiait davantage de victimes et risquait de compromettre le succès de l'opération, c'est ce dont le soldat Leblanc venait de se rendre compte lorsqu'il se précipite en avant de sa propre initiative. Sans aucun égard pour sa propre sécurité, il chargea la position ennemie et captura sans aide le poste de mitrailleuses tout en disposant dûment de ceux qui l'occupaient. Par ce geste, le soldat Leblanc permit à son peloton de poursuivre son avance. Le courage et le dévouement de ce soldat furent une source d'inspiration pour tous ses frères d'armes.

Néanmoins, la Bataille de l'Italie continue et le Régiment verra un bon nombre de ses membres s'illustrer sur les champs de batailles de ce pays. La liste des morts s'allongera de plus en plus.

Le 17 mars 1945, le Royal 22e Régiment débarque dans le port de Marseille. Toute conversation était interdite. Les gars du «22e» firent un voyage secret et silencieux puisqu'ils avaient reçu l'ordre de ne pas parler leur langue avec les Français rencontrés en cours de route. Puis, le 6 avril, ils se retrouvent sur les bords de l'Yssel, au sud d'Appeldoorn en Hollande. Le régiment participa alors aux dernières opérations de la Deuxième Guerre mondiale en Europe.

À la fin de ce conflit en Europe, un bataillon est levé pour aller combattre dans le Pacifique, sous l'appellation, «1st Battalion 3rd Canadian Infantry Regiment». Il se rend à Debert en Nouvelle-Écosse pour une période d'entraînement. Après la capitulation du japon, ce bataillon s'établit au Camp Valcartier le 1er octobre 1945 et devient le 2e Bataillon Royal 22e Régiment. Le corps principal du Régiment rentra d'Europe les 2 et 3 octobre 1945 et fut démobilisé à Montréal le 1er mars 1946.

Le corps principal du Régiment et le 2e Bataillon sont dissouts pour devenir le Royal 22e Régiment qui reprend possession de la Citadelle le 23 août 1946 alors qu'un détachement est envoyé à Saint-Jean d'Iberville pour y occuper les casernes jusqu'en juillet 1950. La Force intérimaire est dissoute le 1er octobre 1946 et le Royal 22e Régiment devient une des unités qui constituent la Force régulière. 

Le 4 septembre 1956, le Régiment se voit attribuer officiellement ses 25 honneurs de batailles qu'il avait dignement mérité de porter à la suite des combats célèbres menés au cours de cette guerre.

A l'instar des anciens du 22e Bataillon les faits d'armes au crédit du Royal 22e Régiment au cours de la Deuxième Guerre mondiale furent nombreux et glorieux. Le Régiment s'est vu décerner un total de 135 décorations dont une Croix Victoria décernée au capitaine Paul Triquet en décembre 1943. Malheureusement, plus d'une fois, le Régiment dû payer chèrement sa part de gloire.

OFFICIERS

SOUS-OFFICIERS

TOTAL

EN SERVICE AU RÉGIMENT

314

4 980

5 294

TUÉS À L'ACTION

26

356

382

BLESSÉS À L'ACTION

63

1 202

1 265

TOTAL BLESSÉS ET TUÉS

89

1 558

1 647*

*SOIT 31% DE L'EFFECTIF AU SERVICE DU RÉGIMENT AU COURS DE CE CONFLIT

Retour

Liens
Bibliographie
Réseau du 22
Livre d'invités
Forum
Remerciements