BIENVENUE EN AFRIQUE CENTRALE
Portail d'information de l'Afrique centrale
LA CAN SUR DISH NETWORK USA
Sommaire
 Actualite
Angola
Burundi
Cameroun
Centrafrique
Congo
Gabon
Guinée Equatoriale
RDC
Rwanda
Sao Tome
Tchad
Soudan
Union africaine
Dans la presse
Région
 Dossier
Région
Infos utiles
 Medias
Portails d'information
Agences de presse
Sites officiels
Ecrivez-nous
TCHAD-BM, LA RUPTURE
LES COREENS DEBARQUENT
DARFOUR : STRAW HAUSSE LE TON
LA BONNE ETOILE
VISITEZ LE RWANDA
DHL AFRICA
J'AI CERTAINS ATOUTS ...
DIAGNOSTIC
SUIVEZ LE GUIDE
CENTER FOR WORLD AFFAIRS
PLANETE AFRIQUE
Nouveau locataire à la Primature - 20/1/2006
Le président gabonais Omar Bongo Ondimba a nommé vendredi au poste de Premier ministre Jean Eyeghé Ndong, qui occupait le portefeuille de ministre délégué aux Finances chargé de la Privatisation dans le précédent gouvernement, a-t-on appris de source officielle.
 
Agé de 59 ans, M. Eyeghé Ndong, secrétaire d’Etat puis ministre délégué en charge des privatisations depuis 1997, remplace Jean-François Ntoutoume Emane, qui dirigeait le gouvernement gabonais depuis 1999.
 
Conformément à une règle non écrite, le nouveau Premier ministre est d’ethnie fang et originaire de la province de l’Estuaire (où est située Libreville).
 
Le nouveau Premier ministre devrait annoncer dès vendredi soir la composition de son gouvernement, a indiqué à l’AFP une source proche de la présidence gabonaise.
 
Peu connu sur la scène politique gabonaise, M. Eyeghé Ndong, membre du parti présidentiel, le Parti démocratique gabonais (PDG), est l’un des neveux du défunt président Léon Mba, qui a dirigé le Gabon de son indépendance en 1960 jusqu’en 1967.
 
Sa nomination intervient au lendemain de la prestation de serment du président Bongo, largement réélu pour un nouveau septennat lors du scrutin du 27 novembre. Selon la Constitution du pays, l’investiture du président met automatiquement fin aux fonctions de son gouvernement.
 
Lors de son discours d’investiture, M. Bongo, au pouvoir depuis 1967, a défini la mise en place d’une "société solidaire, équitable, de justice et de progrès" comme le principal objectif de son nouveau mandat.
 
"Par elle, nous vaincrons progressivement la pauvreté, nous combattrons la fracture sociale, nous créerons le développement et nous donnerons toujours davantage corps à l’unité nationale, à la démocratie, à la stabilité et à la paix", a poursuivi le chef de l’Etat.
 
"Le prochain gouvernement (...) devra s’attacher et s’atteler à transformer en actes mon projet de société", a-t-il ajouté.
 
La composition de cette nouvelle équipe fait l’objet d’une intense compétition au sein de la coalition d’une quarantaine de partis qui a soutenu le chef de l’Etat sortant, où chacun souhaite s’arroger, à moins d’un an des législatives, une belle part du "gâteau de la victoire".
 
Doyen des chefs d’Etat africains, M. Bongo a très largement remporté le scrutin du 27 novembre avec 79,19% des suffrages, contre 13,57% et 6,58% à ses deux principaux rivaux de l’opposition, le "radical" Pierre Mamboundou et l’ancien baron du régime Zacharie Myboto.
 
Même si la Cour constitutionnelle a rejeté leurs requêtes en annulation, MM. Mamboundou et Myboto continuent de contester la victoire de l’actuel chef de l’Etat, entachée selon eux de multiples fraudes et irrégularités.
 
 
Qui est Jean Eyeghe Ndong ?

 
Né le 12 février 1946 à Libreville, Jean Eyeghé Ndong, après une scolarité au Gabon, part poursuivre ses études supérieures en France, dont il revient en 1980 diplômé en sciences administratives de l'Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS) et titulaire du thèse de doctorat en étude politique de l'université Paris X-Nanterre.
 
Intégré dans la fonction publique, il travaille à la mairie de Libreville, puis à la Caisse nationale de sécurité sociale, avant de devenir directeur général adjoint de la Caisse nationale de garantie sociale.
 
Elu député à Libreville en 1996 sous les couleurs du Parti démocratique gabonais (PDG) du président Omar Bongo, il entre brièvement au gouvernement un an plus tard et retrouve son siège de député en 1999.
 
Il est battu aux législatives décembre 2001 par le père Paul Mba Abessole, opposan historique à Omar Bongo qui rejoindra quelques semaines plus tard le gouvernement d'ouverture. M.
 
 
Eyeghé Ndong devient ministre délégué dans cette même équipe, en charge de la Privatisation des entreprises publiques.
 
Réputé austère, voire sévère, il est marié et père de six enfants.
Imprimer l'article Envoyer à un ami Vos commentaires (0)
INTERCONTINENTAL HOTELS
Derniers articles: Gabon
Jean Ping à N’Djamena - 31/1/2006
''Pléthore ne rime pas avec efficacité'' - 25/1/2006
Pour Myboto, trop c'est trop - 24/1/2006
Bongo perd sa secrétaire … mais gagne un ministre - 22/1/2006
Nouvelle équipe gouvernementale - 21/1/2006
Nouveau locataire à la Primature - 20/1/2006
Mamboundou dénonce la ''démission de l'opinion internationale'' - 20/1/2006
OBO : ''Etre juste envers tous'' - 19/1/2006
Une fête grandiose - 18/1/2006
Du frais, rien que frais ! - 13/1/2006
imprimer l'article
envoyer à un ami
commentaires (0)
En Afrique australe
Lesotho : diplomatie directe
Mozambique : LAM revient en France
[plus]
En Afrique de l'est
Kenya : démission du ministre des Finances
Ouganda : 20 ans de pouvoir pour Museveni
Kenya : unité de secours israélienne
[plus]
TOYOTA CENTRAL AFRICA AD
RDC : PROCESSUS IRREVERSIBLE
OIL&GAS JOURNAL
CNN HOTELS & RESORT
L'UE BITUME L'AVENIR
AFRIQUE CENTRALE
SN BRUSSELS AIRLINES
REAGISSEZ A L'ACTUALITE
UNIVERSITY OF LIVERPOOL
LA RADIO INDEPENDANTE
ICI CEMAC, C'EST ICI
Copyright 2006 - afriquecentrale.info - All rights reserved - Ecrivez-nous - Partenariats
Aucune des informations contenues sur ce site ne peut être reproduite, diffusée ou réutilisée de quelque manière que ce soit.