La Presse Le Soleil Le Nouvelliste Le Droit La Tribune Le Quotidien La Voix de l'Est
Accueil Cyberpresse   Lectures

Le mercredi 21 mars 2007

Agrandir l'image

Copier-coller aux Intouchables

Nathaëlle Morissette

La Presse

En novembre 2001, un informaticien français, Frédéric Jeorge, a publié sur Internet une longue histoire inspirée des films et des téléséries Highlander.

En janvier 2007, son récit a été publié presque mot pour mot par la maison d'édition québécoise Les Intouchables sous le titre Laura l'immortelle, que prétend avoir écrit une jeune auteure de 12 ans, Marie-Pier Côté.

Mêmes personnages. Mêmes phrases. Mêmes virgules. «À part quelques mots qui ont été modifiés, à 99 %, c'est mon texte», a indiqué M. Jeorge à La Presse.

Pour prouver ses allégations, il expose le document Word dans lequel il a écrit sa fanfiction, Des cendres et du vent. Un document crée le 21 novembre 2001 et modifié pour la dernière fois le 13 novembre 2002.



Un forum de discussion de Yahoo! consacré à Highlander a fait une recension de son récit le 1er mai 2003. Il est aussi modérateur et co-créateur d'une liste de diffusion sur Highlander. Sans compter que Des cendres et du vent est le croisement de deux autres de ses histoires qu'il a aussi publiées sur Internet mettant en vedette Laura Desrieux, le personnage central de Laura l'immortelle. Désagréablement surpris, l'éditeur Michel Brûlé reconnaît qu'il s'agit d'un plagiat. Il soutient avoir pris les précautions nécessaires avant de publier le livre de l'adolescente, même s'il a admis ne pas avoir lu le roman du début à la fin.

«Avant de signer le contrat avec Marie-Pier Côté et sa mère, j'ai demandé à cette dernière de me confirmer que sa fille était bel et bien l'auteure du livre et elle m'a fièrement répondu que oui, écrit M. Brûlé dans un courriel envoyé à La Presse. J'ai posé la même question à Marie-Pier, qui m'a aussi assuré qu'elle en était l'auteure.»

Frédéric Jeorge, qui est responsable de sites de fans d'Highlander, a communiqué avec La Presse et insinué que Laura l'immortelle était un plagiat d'une oeuvre qu'il a écrite en 2001. Vérifications faites, il a raison. «Que Marie-Pier Côté ait 12 ans ou non, elle a fait un geste inacceptable et en tant qu'éditeur, il est évident que le respect des droits d'auteur est inaliénable», a-t-il dit.

Michel Brûlé demande aux parents de l'adolescente de lui rembourser la somme de 24 469,32 $, ce qui représente les frais de la production du roman. Il réclame une somme supplémentaire de 5000 $ pour réparations. L'éditeur s'engage à verser toutes les recettes du livre à Frédéric Jeorge.

Le père de l'auteure, Danny Côté, était quant à lui sous le choc hier.

«C'est sûr qu'on est profondément bouleversés, a-t-il déclaré. La seule chose qu'on veut savoir, c'est la vérité, même si ce n'est pas nécessairement facile, il y a pas mal de gens impliqués. On se donne quelques jours pour décanter tout ça. Tout ce que je peux vous dire, c'est que ma fille est brillante. Elle a des résultats scolaires tout à fait exemplaires. Elle excelle en composition.»

Lui donne-t-il le bénéfice du doute? «Pour l'instant, oui.»


«On n'écrit pas comme ça à 12 ans»


 
 
Agrandir l'image

Frédéric Jeorge a pris connaissance du roman de Marie-Pier Côté après que La Presse eut mis au jour la semaine dernière les similitudes entre Laura l'immortelle et l'univers de Highlander, un film qui met en vedette Christophe Lambert. Il a pris connaissance de l'article lorsqu'un participant d'un forum de discussion Highlander auquel il participait a inscrit en ligne le lien Internet pour accéder au texte.

«Quand j'ai lu l'article, j'ai constaté qu'il y avait beaucoup d'éléments qui me paraissaient troublants, notamment les prénoms des personnages qui étaient les mêmes que les miens», souligne M. Jeorge.

Après avoir parcouru le roman - imprimé à 5000 exemplaires -, ses doutes se sont confirmés.

L'informaticien fait notamment référence à des passages du livre dans lesquels il est question de programmes informatiques où le vocabulaire utilisé est assez précis. M. Jeorge cite aussi en exemple un moment de l'histoire où le personnage principal est aux commandes d'une moto. Selon lui, les mots choisis ne peuvent venir d'un écrivain qui ne s'y connaît pas dans le domaine.

«Je pense qu'on pouvait détecter que ça ne pouvait pas être le travail d'une enfant de 12 ans. On n'écrit pas comme ça à 12 ans.»

Il est ensuite entré en contact avec l'éditeur des Intouchables ainsi qu'avec le père de la jeune fille. M. Jeorge insiste pour dire que les deux discussions se sont bien déroulées. Il n'a pas l'intention d'intenter des poursuites judiciaires, mais il estime que les adultes qui entourent Marie-Pier ont manqué de vigilance.

«Je n'excuse pas complètement ce qu'elle a fait, poursuit-il. Elle était très consciente que ce n'était pas bien de prendre le texte de quelqu'un d'autre, j'en suis sûr.»

La semaine dernière, pour expliquer les similitudes entre Laura l'immortelle et Highlander, les parents de Marie-Pier Côté et l'éditeur Michel Brûlé avaient expliqué que les pans de l'histoire se rapportant à Highlander étaient en fait des ajouts proposés par une jeune Française avec qui le jeune fille clavardait.



Lire aussi :
Une triste histoire


RetourRetour   HautHaut


Élections
NOUVELLES LES PLUS LUES
LIRE AUSSI

Les bourdes de Radio-Canada: gênant

Une championne sherbrookoise au «Match des étoiles»

Démission du responsable des musées Smithsonian

Ima lance son troisième album

Le Centre des auteurs dramatiques lance un DVD

RECHERCHE
Imprimez

Imprimez

Envoyez à un ami

Envoyer à un ami


Copyright © 2000-2007 Cyberpresse Inc., une filiale de Gesca. Tous droits réservés.

Ce site a été optimisé pour les fureteurs Microsoft Internet Explorer, version 5.0 et ultérieures, Netscape, version 7.0 et ultérieures, Mozilla, version 1.3 et ultérieures et Firefox, version 1.0 et ultérieures.