Sommaire
Aide sur les fichiers MIDI

Ah ! Vous dirai-je, Maman

Ah ! Vous dirai-je, Maman,
Ce qui cause mon tourment ?
Papa veut que je raisonne,
Comme une grande personne ;
Moi, je dis que les bonbons
Valent mieux que la raison.


Fichier MIDI correspondant à la chanson ci-dessus : notesahvousdi.mid (1,1 Ko).


La version suivante est quelque peu différente (!), voici la musique qui va avec : notesahvousd2.mid (7 Ko).

La Confidence

Ah ! Vous dirai-je, Maman,
Ce qui cause mon tourment ?
Depuis que j'ai vu Silvandre,
Me regarder d'un air tendre ;
Mon cœur dit à chaque instant :
« Peut-on vivre sans amant ? »

L'autre jour, dans un bosquet,
De fleurs il fit un bouquet ;
Il en para ma houlette
Me disant : « Belle brunette,
Flore est moins belle que toi ;
L'amour moins tendre que moi. »

Je rougis et par malheur
Un soupir trahit mon cœur.
Le cruel avec adresse,
Profita de ma faiblesse :
Hélas, Maman ! Un faux pas
Me fit tomber dans ses bras.

Je n'avais pour tout soutien
Que ma houlette et mon chien.
L'amour, voulant ma défaite,
Ecarta chien et houlette ;
Ah ! Qu'on goûte de douceur,
Quand l'amour prend soin d'un cœur !



Autre version aimablement fournie par Pierre Charrier :

Ah ! Vous dirai-je, Maman,
Ce qui cause mon tourment ?
Depuis que j'ai vu Silvandre,
Me regarder d'un air tendre ;
Mon cœur dit à chaque instant :
« Peut-on vivre sans amant ? »

L'autre jour, dans un bosquet,
De fleurs il fit un bouquet ;
Il en para ma houlette
Me disant : « Belle brunette,
Flore est moins belle que toi ;
L'amour moins tendre que moi. »

« Etant faite pour charmer,
Il faut plaire, il faut aimer.
C'est au printemps de son âge
Qu'il est dit que l'on s'engage ;
Si vous tardez plus longtemps,
On regrette ces moments. »

Je rougis et par malheur
Un soupir trahit mon cœur.
Sylvandre, en amant habile,
Ne joua pas l'imbécile :
Je veux fuir, il ne veut pas
Jugez de mon embarras.

Je fis semblant d'avoir peur.
Je m'échappai par bonheur ;
J'eus recours à la retraite,
Mais quelle peine secrète
Se mêle dans mon espoir,
Si je ne puis le revoir !

Bergères de ce hameau,
N'aimez que votre troupeau ;
Un berger, prenez-y garde,
S'il vous aime, vous regarde
Et s'exprime tendrement,
Peut vous causer du tourment.


Retour en haut de la page


Sommaire | Recueil des partitions | Liens | Page d'annonces | Page d'accueil | Le mot

Date de la dernière modification de la page : 2 septembre 2006.