Les fontaines régionales
 

La Région de Bruxelles-Capitale
regorge de fontaines !

Destinées dans le passé à l'alimentation
en eau potable des habitants, elles ont
aujourd'hui un rôle touristico-social...
 

Un site reprend toutes les fontaines.
 

Quelques-unes ont une histoire bien particulière
ou posent problèmes.

Lisez donc la suite !
 
 

la fontaine du Cracheur
fontaine Le cracheur à Bruxelles
© 2005  photo Thierry Willemsens
Au coin de la rue des Pierres, la fontaine du Cracheur, l'une des plus anciennes fontaines de Bruxelles qui fournissait jadis au voisinage les eaux claires et limpides qui descendaient des hauteurs du Coudenberg par le quartier Isabelle, la Putterie et le Marché aux Herbes. 

On l'appelait, au XlVe siècle, la Fontaine derrière la Halle ou la Fontaine bleue. Elle était adossée à une maison appelée 't Platbroot.  Reconstruite au lendemain du bombardement, la fontaine fut restaurée en 1769 par François-Joseph Janssens. 

En 1786, Fisco substitua à la tête de mascaron d'où sortait l'eau, un triton saillant à mi-corps et entouré de joncs, d'où le nom de Fontaine du Cracheur, den Spauwer.  Ce motif a été renouvelé. 


 
la fontaine Notre-Dame (ou Sainte-Trinité)
Inaugurée en juin 2005, place de la Chapelle, la fontaine à obélisque  Notre-Dame (ou Sainte-Trinité) est une reconstitution de l'oeuvre de Barnabée Guimard installée en 1765 sur le mur d'enceinte du cimetière de l'église de la Chapelle et démolie en 1822, lorsqu'on transforma en place publique le terrain abandonné du cimetière.

Attention ! L'eau est non potable car elle circule en circuit fermé
 
 
 
 
 
 
 

© 2005 
photo Thierry Willemsens

 

fontaine Notre-Dame - Bruxelles

 
la fontaine De Brouckère  (déplacée)

 

Cette fontaine n'a jamais été située place 
de Brouckère comme on le pense souvent !

Ne pas confondre avec la
fontaine Anspach (voir ci-dessous)

La Fontaine de Brouckère, érigée en l'honneur de Charles de Brouckère (1795-1860), bourgmestre de la ville de 1848 à 1860, fut inaugurée à la porte de Namur le 12 octobre 1866.  Beyaert en fut l'architecte et Fiers exëcuta les principales sculptures
La fontaine se compose d'un bassin et d'une double vasque.  Dans la vasque inférieure Neptune et Amphitrite, dieux de la mer-, qui conduisent des dauphins attelés à leur char.  Ces groupes sont de Fiers.  Au centre, le buste de Charles de Brouckère, également par Fiers.  Tout en haut, un groupe d'enfants qui tiennent des couronnes, par Dunion.  L'eau est rejetée par des masques-cracheurs et retornbe en cascades dans les vasques et dans le bassin.

La fontaine a été construite en l'honneur de Charles de Brouckère, bourgmestre de
la Ville de Bruxelles, de 1848 à 1860. Inaugurée le 12 octobre 1866, la fontaine était
située initialement Porte de Namur. 

Sa réalisation est l'oeuvre de l'architecte Beyaert. L'effigie de Charles de Brouckère
est due au sculpteur Fiers, ainsi que le groupe représentant Neptune et Amphitrite
conduisant un attelage de dauphins. 

Suite aux travaux de la petite ceinture pour l'Exposition de Bruxelles 1958 et aux
divers aménagements de la Porte de Namur, le monument a été déplacé en face du stade Roi Baudouin, square Pulfijn


 
 
la fontaine - le monument  Anspach
A l'origine au centre de la Place de Brouckère, déplacé en raison des travaux du métro vers le Quai aux Briques, le monument Anspach, érigé en l'honneur de Jules Anspach (1829-1879), bourgmestre de Bruxelles de 1864 à 1879, promoteur des grands travaux de transformation du bas de la ville, est une fontaine-obélisque dont Emile Jarilet fut l'architecte et dont les statuaires Paul De Vigne, Julien Dillens, Godefroid De Vreese et Pierre Braecke firent les sculptures et Georges Houtstont la décoration ornementale. 
Il fut inauguré le 22 août 1897.
L'obélisque, en granit de Suède, s'élève à 20 m au milieu d'une immense vasque dont les eaux se déversent en cascades dans quatre vasques semi-circulaires entourées d'exèdres à balustrades.  Un socle en pierre blanche sert de base à l'obélisque.  Celui-ci est terminé par des motifs à créneaux et surmonté d'un Saint

Michel, en bronze doré, rnodelé par Pierre Braecke.  Sa partie supérieure est agrémentés de quatre écussons qui sont ceux des anciens serments (les arbalétriers, les archers, les arquebusiers et les escrimeurs), sculptés par Houtstont et complétant l'appareil défensif qui le couronne.                  1

A la base de l'obélisque on découvre le médaillon de Jules Anspach en marbre blanc, par Paul De Vigne.  Le coq, qui le surmonte, est l'emblème de la vigilance dont le bourgmestre fit preuve.
Le médaillon est gardé par deux figures assises, en bronze. admirablement modelées par Julien Dillens.  A droite, la Magistrature communale, personnifiée par une femme dont la chevelure est ornée de feuilles de chêne, emblème de la force.  De la main gauche, elle tient un gouvernail, allusion au gouvernement de la cité, sur lequel rampe un serpent, symbole de la prudence.  La main droite agite une palme.  Le hibou qui surmonte la tête signifie la science, la balance qui git aux pieds de la statue, la justice.
A gauche, la Ville de Bruxelles reconnaissante.  Elle porte une couronne murale, signe des villes qui jadis étaient enmuraillées.  Nous aurions préféré une couronne comtale, rappel de l'ancien cointé de Bruxelles, que la ville de Bruxelles porte par privilège parmi toutes les villes de Belgique.  De la main gauche elle tient également une palme, tandis que de la main droite elle garde un cartel sur lequel on aperçoit le plan de la ville transformée.  Un collier de perles, placé aux pieds de la statue, rappelle la richesse de la cité; d'autres attributs, marteau, palette, compas, livres, nous apprennent que Bruxelles est la ville protectrice des arts et des lettres.
Sur le socle, dans une niche cintrée, en dessous du médaillon, se tient une figure qui symbolise l'Envoûtement de la Senne, une belle oeuvre de Paul De Vigne.  Sur les côtés du socle, des dauphins sculptés par Georges Houtstont.
Les bords de la vasque supérieure sont ornés de masques cracheurs, par Pierre Braecke.

Enfin, six chimères, superbement modelées, par Godefroid De Vreese, complètent cette riche décoration sculpturale.  Elles ont des formes fantasques, un corps de chien à tête de crocodile, une tête de tortue, de chat écorché, un corps de lion à tête d'aigle.
Aujourd'hui, elles ne sont plus que quatre, les deux autres se  retrouvant à l'autre bout du quai au bord du deuxième petit bassin.
Tout autour du socle, on lit des inscriptions.  Sur la partie. principale: 

A Jules Anspach
Conseiller communal 1857
Echevin 1858
Bourgmestre 1864-1879 (1)
Député, de Bruxelles 1866-1879.

A gauche, on lit ;

Organisation de l'épargne scolaire 1868
Institution des comités scolaires 1874.
Création du quartier de N.-D. aux Neiges 1874.

A droite, vers le Café Métropole :

Epidémie cholérique 1866
Assainissement de la Senrie 1868-1871
Organisation du service d'hygiène 1874.

Enfin, du côté du Boulevard du Nord, où des degrés conduisent au
monument, les mêmes inscriptions sont répétées en flamand.  En
outre, on a ajouté:

(1) Jules Anspach fut nommé bourgmestre par arrêté royal du 15 décembre 1863 et installé le ler janvier 1864.  Il rnourut le 19 mai 1879.


© 2005  photo Thierry Willemsens

 
 
 

 
 
 

 
 
 

 
 
 

 
 
 

 
 
 

surveillance de cette page 
vie privée   ChangeDetection
..
pour faire une recherche sur www.eurobru.com !

offert par FreeFind
 
site réalisé par 
bruNET ®
glossaire de ce site et moteur de recherche interne

retour à la page antérieure


autres langues