Programmes Histoire & Société Art & Musique Cinéma & Fiction Connaissance & Découverte

Programme
Jeu
William Karel
S. Khrouchtchev
Chronologie
Bibliographie
Liens
Interview | Filmographie

Interview




Entretien avec William Karel

Comment vous est venue l’idée de réaliser un documentaire mensonger, plus proche de la comédie que des films sérieux que vous avez faits jusqu’ici ?

Je venais de faire un film sur Hollywood entièrement bâti sur le mensonge (Hollywood diffusé sur ARTE dans la série “Voyages, voyages”, NDLR). Avec l’Unité Documentaires d’ARTE France, nous nous sommes dit : pourquoi ne pas faire pour une fois un "documenteur”, selon le mot d’Agnès Varda ? Pour jouer avec le côté trop sérieux d’ARTE, mais aussi pour le plaisir. Car l’objectif premier était de divertir, de faire un film drôle. Partant du principe qu’il ne faut pas croire tout ce qu’on nous raconte, que l’on peut faire mentir les témoins, truquer les archives, détourner n’importe quel sujet par un faux sous-titrage ou un faux doublage, nous avons cherché un sujet à la fois universel et historique et qui ne soit pas délicat, par exemple un assassinat ou une guerre. Et nous avons pensé aux images des premiers pas de l’homme sur la Lune. Le sujet se prêtait bien au propos : cela fait trente ans qu’il y a débat sur la réalité de ces images. Godard le premier est passé au journal de TF1 en disant : “Ce direct est un faux.” Et ces doutes sont étayés par des faits réels : Aldrin est devenu alcoolique, Nixon n’a pas assisté au lancement de la fusée, les astronautes ont fait des dizaines de milliers de kilomètres pour rester seulement trois heures sur la Lune… Nous trouvions donc que c’était un sujet assez drôle.

Comment avez-vous procédé avec les protagonistes de votre film ? Comment les avez-vous convaincus d’entrer dans le jeu ?

Aucun n’est entré dans le jeu ! L’idée était de détourner des entretiens, et nous n’avons mis aucun des témoins dans la confidence, ni les gens de la NASA, ni Aldrin, ni la femme de Kubrick, ni le frère de celle-ci. Il y a juste sept comédiens à qui on a donné un texte et qui jouent certains témoins. Les images des conseillers de Nixon proviennent du film les Hommes de la Maison-Blanche. En détournant leurs témoignages, il suffisait d’avoir un “faux” témoin, en l’occurrence la secrétaire de Nixon, pour faire le lien et rendre l’histoire crédible. Aux “vrais” témoins, nous disions que nous faisions un film sur Kubrick, sur son film, sur la Lune ou sur la NASA, et nous leur posions des questions un peu vagues…

Au delà de l’exercice de style, votre film n’est-il pas aussi une dénonciation du système médiatique, une remise en question de notre rapport à l’image?

Pour la Lune, s’il n’y avait pas eu d’images, il n’y aurait pas eu d’événement. Et puis le cinéma influence les actualités. Il y a eu la mise en scène de la prise d’Iwo Jima, les photos refaites de la prise du Reichstag, le débarquement des Américains en Somalie refait deux ou trois fois pour les caméras. Et pendant la guerre du Golfe ou celle, récente, en Afghanistan, on a vu trois ou quatre lumières vertes, et pas une seule véritable image… Je pensais que c’était intéressant de montrer l’importance de l’image, ou de l’absence d’image, dans un événement.

Au moment où l’actualité rejoint la fiction dans les images des attentats du 11 septembre, comment pensez-vous que votre film va être reçu ?

Je ne sais pas. Nous avons fait ce film pour nous amuser et essayer d’amuser le téléspectateur. Notre producteur avait proposé le film à la BBC, qui a trouvé le film très bien mais qui l’a perçu comme faisant partie de ce qu’elle voit comme une “campagne anti-américaine” menée dans les documentaires français. Je me suis amusé à prendre le contre-pied des discours délirants de Rumsfeld aujourd’hui. Mais je n’ai pas du tout conçu le film comme quelque chose de méchant. Et j’ai voulu fuir à tout prix le côté “révisionniste”. À aucun moment nous ne disons qu’Armstrong n’a pas marché sur la Lune. Nous émettons simplement l’hypothèse que les Etats-Unis auraient voulu se protéger au cas où il n’y aurait pas d’images des premiers pas. À quel moment le spectateur commence-t-il à douter ? À quel moment est-il mis dans la confidence ? Cette question n’est pas vraiment résolue, c’est pourquoi nous avons mis cette parodie de bêtisier à la fin, au cas où il y a vraiment quelqu’un pour y croire encore.

Interview: ARTE Magazine





Mise à jour: 22/04/04 | Retour en haut de page |