La Bibliothèque électronique du Québec

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 26 mars 2008

Les Contes de Provence, de Paul Arène

Ai reçu les exemplaires des Contes de Provence, un très beau recueil de Paul Arène, que les Éditions de l'Aube, en Provence, viennent de publier, à partir du document numérisé disponible ici à la Bibliothèque. Une édition en format de poche, très joliment illustrée, et... cartonnée: c'est assez rare qu'il faut bien le souligner. C'est ces mêmes éditions qui avaient publié l'année dernière, de Jules Verne, Le pilote du Danube.

En quatrième de couverture des Contes de Provence:

"Ce recueil rassemble des contes tendres ou ironiques, toujours exquis, révélant à leurs lecteurs – petits et grands – tout ce qui fait le charme et l’originalité de la Provence. Un brin d'émotion parfume les histoires merveilleuses de cet écrivain qu’Anatole France avait surnommé – à juste titre! – le «prince des conteurs».
"Plus célèbre que son ami Alphonse Daudet au XIXe siècle, Paul Arène (1843-1896) mérite amplement d’être (re)découvert. De Mistral et d’Aubanel, ses maîtres, il tirera la forme et le sujet de ses œuvres, qui ont toutes pour décor sa province natale à laquelle il restera toujours très attaché."


mardi 5 juin 2007

Ici et là

En juin, deux nouveaux recueils de contes lus dans leur intégralité et proposés pour l'écoute en ligne ou le téléchargement gratuitement, sur le webcast de la SNCF: des contes d'Alsace et de Normandie. D'ailleurs, à propos du livre audio, jolie caricature (ou dessin) sur Bibliobsession.

Via Bibliobsession encore, bel éloge, sur Blogo Numericus, de la lecture sur support papier. Pour une fois que l'on ne nous ressasse pas encore la fameuse nostalgie: l'odeur de l'encre et le livre comme bel objet; mais là plutôt "le papier, support matériel passif, qui, du fait même de ses limitations, parce qu’il ne permet de faire rien d’autre que lire"...

Intéressant article dans Le Monde sur la langue yiddish: non, elle n'est pas morte!

André Schiffrin, dont le père a fondé la Pléiade (ce n'est pas son seul mérite!), dans Le Soir: «Rien de plus captivant qu'un pays multiculturel qui s'assume comme tel, et le fait que vous ne soyez confrontés qu'à des problèmes de langues, quelle chance! Il y a pires problèmes politiques.» Il parle de la Belgique, bien sûr.

Clément Laberge signe un texte sur le Canal numérique des savoirs: «…Et avec Internet on n'a plus besoin d'éditeurs!» Oui, et au fait, à quoi servent les éditeurs?


lundi 4 juin 2007

Ici et là

Juin 1857. Il y a tout juste 150 ans, ce mois-ci, paraissait, à Alençon dans l'Orne, Les fleurs du mal de Baudelaire, qui, on le sait, a fait scandale. Alençon souligne l'événement avec une grande exposition en l’église des Jésuites, du 23 juin au 14 octobre 2007.

Novélisation: le terme ne se retrouve dans aucun des dictionnaires consultés. Trouvé dans Le Matin, journal suisse. "Le succès de certains héros cathodiques s'est transformé en phénomène de librairie: la novélisation de séries télé. Le concept est simple. On reprend les mêmes personnages, et on les transpose au coeur d'histoires inédites, le tout en format livre de poche." - Il paraît que les personnages de Grey's Anatomy vont se retrouver dans des romans...

Lechoixdeslibraires.com propose, comme son intitulé l'indique, des choix de livres, en faisant partager les coups de coeur des libraires. Le site offre aussi un podcast (ou des fichiers MP3 à télécharger): des écrivains présentent leurs livres, et les libraires commentent leurs choix. On promet également de tout nous dire sur l'actualité littéraire. C'est très français...

Esparbec, c'est le pseudo d'un écrivain qui écrit des romans qu'il qualifie de pornographiques. Justine Miso, pour Le Mague journal, l'a éterviewé. Ça donne un bizarre d'entretien: l'interviewé, un brin agressif, qui contredit presque constamment son interviewer.

Dans Le Point: "Internet est devenu un découvreur de talents dans le monde littéraire et permet à des écrivains non publiés de se faire connaître, via les sites communautaires."


vendredi 1 juin 2007

D'autres contes à écouter

La SNCF et Nouveau Monde éditions (éditeur de livres et de multimédia) propose des lectures d'extraits de livres, lus par des comédiens ou écrivains, dont Lambert Wilson. De larges extraits de livres sont donc offerts en webcast ou pour le téléchargement pendant tout le mois. En ce moment, deux recueils de contes (Contes espagnols et Contes d'Indonésie) sont offerts aussi en intégrale. Les fichiers sont lourds, cependant. Mais ça en vaut la peine.


jeudi 31 mai 2007

Ici et là

"La maison d'édition Harlequin, déjà bien connue pour ses romans d'amour, revient à la publication d'ouvrages généraux", écrit-on aujourd'hui dans La Presse; c'est-à-dire que l'on y publiera aussi des biographies, des livres sur la santé, l'alimentation et l'exercice physique, entre autres sujets. Le site français de Harlequin permet aussi de lire en ligne quelques romans parus dans les différentes collections. Quelques titres offerts gratuitement: Un véritable mariage d'amour, Une nuit inoubliable, Souvenir d'une nuit d'été. En tout, une dizaine de romans...

Via Le journal de la fessée, une version plutôt coquine de l'histoire d'Alice. Amusant!

Les Presses universitaires de Lyon rendent disponibles en ligne quelques volumes, dont La mort au siècle des Lumières de Robert Favre. À remarquer l'habile manière de mettre en page du texte HTML.

La Revue des ressources met en ligne un enregistrement dans lequel on retrouve Michel Simon lisant un extrait de Voyage au bout de la nuit, de Louis-Ferdinand bien sûr, en fait le début du roman, enregistrement qui fait 21 minutes. Le MP3 peut être téléchargé mais fait tout de même 19,3 Mo. Sur le même site, on peut écouter Guillaume Apollinaire lire son célèbre poème Le Pont Mirabeau. L'enregistrement date de 1913.

Face à ces politiciens qui posent devant des bibliothèques très bien rangées, Daniel Garcia, dans Livres Hebdo, en vient à ce constat: "Nous assistons à une mutation, dans laquelle le pouvoir ne passe plus ni par le savoir, ni par les livres. Au mieux, aujourd’hui, un livre n’est qu’un produit de divertissement susceptible de dégager du cash flow. On comprend alors que les intellectuels qui les produisaient ne font même plus peur."


mercredi 30 mai 2007

Des contes à écouter

François Delivré, sur son blogue François raconte, offre à écouter des contes tirés de la littérature ou de son propre crû. Il lit ici, en compagnie de Sonia Koskas, un conte des frères Grimm, La fiancée du petit lapin:



Sur Telerama radio, Bastien Colas lit un conte de Marcel Schwob, Le conte des oeufs: "Il était une fois un bon petit roi (n’en cherchez plus - l’espèce est perdue) qui laissait son peuple vivre à sa guise: il croyait que c’était un bon moyen de le rendre heureux......"



Et finalement un conte de Maupassant, Pierrot, extrait du recueil Contes de la bécasse. Incipit blog offre bien d'autres documents sonores: Nietsche, Camus, Machiavel, etc.




mardi 29 mai 2007

Jacques Brault, poète québécois

Jacques Brault, dans un entretien qu'il accordait à Robert Melançon: "Au fond, j'attends peu de choses de la poésie. Enfin, peu de choses... Je n'en attends pas monts et merveilles: le «salut», la révélation de je ne sais trop quoi... Tout simplement, à travers l'amertume de la vie — je ne parle pas nécessairement de ma vie individuelle mais de la vie tout court — une saveur. J'aime le mot saveur: il inclut le sensible. Une certaine saveur qui n'est pas à dédaigner même si elle n'est qu'éphémère. C'est un peu cela que j'attends de la poésie."

Tout l'entretien est téléchargeable au format PDF.

Canal Académie a consacré deux émissions à Jacques Brault.

Première émission (env. 12 min.) :



Seconde émission (env. 13 min.) :




lundi 28 mai 2007

Spectacle littéraire

Le Carrefour international de théâtre de Québec (site) présente, les 2 et 3 juin, à Montréal, Poésie, sandwichs et autres soirs qui penchent. "Véritable cabaret festif, ce spectacle désopilant n’a rien du récital ou de la lecture conventionnelle. C’est un happening des sens, une «stonerie» poétique intime et débridée signée Loui Mauffette! Avec vingt passeurs de poésie sur scène, dont Henri Chassé, René Richard Cyr, Maxime Denommée, Gilles Renaud, Lorraine Pintal, Patricia Nolin..." Plus d'info ici.


dimanche 27 mai 2007

Ici et là

Selon La Presse, le livre audio a la cote. Et un heureux moyen de se constituer une petite bibliothèque sonore, c'est sur Télérama Radio qu'il faut aller.

Jérôme Garcin, à propos du dernier livre de Paulo Coehlo: "Je pensais que ce serait mauvais. C'est pire." Le critique du Nouvel Obs n'est pas tendre, c'est le moins que l'on puisse dire.

Une vingtaine de romans de Maurice Leblanc, mettant en scène Arsène Lupin, le gentilhomme cambrioleur, ont été déposés sur le site de la Bibliothèque depuis quelques mois. Eh bien, il existe un prix Arsène-Lupin récompensant "le meilleur roman policier de l’année". En 2007, Julian Barnes se l'est mérité pour Arthur et George. Le prix est remis au musée Arsène-Lupin d’Etretat, en Normandie.

Jean-Pierre April, à qui Carole Beaudoin demande s'il a un site web: "Non. Mais ça devrait venir. Bientôt, sans site Web, on ne sera plus personne!"

Chantal Guy, chroniqueuse livres à La Presse, à propos de sa bibliothèque: "La bonne vieille méthode de l'ordre alphabétique ne me va pas. Je suis trop bordélique pour ça. Ma bibliothèque est sans cesse en activité, comme ma tête. D'ailleurs, je me méfie des gens qui ont des bibliothèques impeccables; je les soupçonne de ne jamais ouvrir leurs livres."


vendredi 25 mai 2007

Jules Verne - Le pilote du Danube

Les Éditions de l'Aube, en Provence, viennent de publier en format poche Le Pilote du Danube, de Jules Verne, à partir du fichier déposé ici à la Bibliothèque. Le volume est joliment fait...

En quatrième de couverture:

"Sigmaringen, 1876. Fort de sa victoire dans le concours de pêche organisé par la ligue danubienne, Ilia Brusch, maître pêcheur magyar, se lance dans un pari insensé: 3000 kilomètres le long du Danube, sans vivre d’autres ressources que celle de sa pêche!
"Mais lorsque les escales se mettent à coïncider étrangement avec une vague de méfaits, meurtres et cambriolages qui jalonnent le cœur de l’Europe, c’est Karl Dragoch, chef de la police danubienne, qui va tenter de percer le mystère de cette embarcation, de ses occupants – et surtout de ce bien singulier et impassible capitaine Brusch."


jeudi 24 mai 2007

Samuel Beckett - Buster Keaton

Buster Keaton a joué dans ce film muet, intitulé simplement Film, réalisé par Samuel Beckett. Le court métrage a été tourné en 1965 et dure 21 minutes. Première partie et seconde partie. Étrange! Sur Youtube, on peut aussi trouver, de Beckett encore, Play ici et . Encore plus étrange!


lundi 21 mai 2007

La vraie Madame Verdurin

Dans Le Figaro littéraire: "Marguerite de Saint-Marceaux - Celle qui inspira le personnage de Proust de La Recherche, tenait brillant salon au coeur du monde artistique. (...) Comme Charles Haas, Robert de Montesquiou ou Céleste Albaret, on ne la connaît que pour cet honneur ou cette calamité: avoir servi l'oeuvre à ses dépens. Laissant un peu de sa chair, de son style, de ses manies et de son ridicule à celle qu'elle a inspirée et semble contempler de l'autre côté du miroir, elle appartient autant au rêve qu'à la réalité, à l'histoire qu'à la légende."


mardi 15 mai 2007

La gratuité d'Internet

"La gratuité, c'est le vol", c'est le titre d'un pamphlet de Denis Olivennes, PDG de la FNAC, première entreprise culturelle française. Sa thèse: le piratage tue la culture. Il est ici interviewé sur France 24. Pierre Assouline, qui, il y a quelque temps, avait recensé le livre, écrit: "C’est peu de dire que l’internet a favorisé l’idée que la consommation de la culture pouvait s’affranchir du paiement. Mais son explosion a favorisé une légende qui a la vie dure: la Toile échapperait au système marchand au motif que tout s’y organiserait autour du don et du partage. Or la cybergratuité est l’une des utopies les plus néfastes pour la création culturelle."

La gratuité va-t-elle tuer la culture? / Interview de Denis Olivennes et Jacques Attali / Nouvel Observateur.


lundi 14 mai 2007

Biblio Lys

Le concours Biblio Lys vise à encourager la lecture et la découverte de romans québécois. Les participants sont invités à suggérer des titres de romans québécois, qu'ils ont aimés et qu'ils désirent faire découvrir aux autres. Cinq titres seront alors élus, afin d'être commentés et critiqués... Plus de détails sur les blogues de Carole Beaudoin et de Mireldar.


jeudi 10 mai 2007

Proust - Toute la Recherche!

Vous pouvez télécharger les quinze volumes de la Recherche de Proust en un seul fichier compressé (ZIP), qui fait tout de même plus de 14 meg, sur Woofiles.


mardi 13 mars 2007

Rencontres Tebaldo

La Presse fait écho aux cinquièmes Rencontres Tebaldo sur le papier électronique communicant qui se tient aujourd'hui à Montréal. Tebaldo, dont Bruno Rives est le président, est un observatoire indépendant des tendances des nouvelles technologies.

"L'imprimerie a été la première technologie de reproduction massive des contenus écrits, la voilà qui sera progressivement remplacée après des siècles de loyaux services. Puisqu'on ne pourra absorber encore longtemps la demande mondiale en papier vu l'augmentation du nombre de lecteurs sur cette petite planète, puisque l'écriture est le contenu numérique le plus léger qui soit (un roman téléchargé est moins lourd qu'une chanson), le papier électronique aura tôt fait de s'imposer parmi une avant-garde de consommateurs pour ensuite conquérir le grand public."

Tebaldo: le site. Pourquoi ça s'appelle Tebaldo? Mais c'est en l'honneur de l'Italien Tebaldo Manuccio, qui vécut au quinzième siècle, inventa le style italique et le livre transportable, qu'il appelait "enchiridion" ou encore "livre de main". Explication de Bruno Rives ici.

Voir aussi: Le papier électronique est à nos portes, par Alain Brunet, toujours dans La Presse.



Écrire pour vivre

J'ai déjà parlé ici et de Jean-Benoît Nadeau, qui vient de publier Écrire pour vivre, aux Éditions Québec-Amérique, un livre (un autre!) qui s'adresse "à ceux qui rêvent de vivre pour écrire". Marie-Christine Blais, de la Presse, l'a rencontré. Extraits:

"On entend souvent dire que les écrivains ne gagnent pas leur vie. Moi, je soutiens plutôt que 90% des auteurs publient en dilettante et que la majorité des 10% restants entretient le mythe de l'écrivain pauvre qui pense que l'argent, c'est sale."

"On est actuellement dans une espèce de Far West de la publication. Mais tout a toujours changé dans ce domaine: le quotidien est lui-même un avatar du pamphlet du XVIIe siècle! Les blogues sont en quelque sorte l'équivalent des lettres qu'écrivaient les philosophes de l'époque à Marie de Médicis et Catherine de Russie. Et les plus gros blogues sont en train de se structurer en maison d'édition sur Internet."



La petite édition

Dans Le Monde diplomatique, janvier 2007: "La France est sans doute le pays du monde où le système de soutien à la création littéraire est le plus puissant et le plus complet: prix innombrables, foires ou salons du livre répartis sur toute l’année et dans tous les départements, nombreux périodiques spécialisés, bourses de création et résidences d’écrivains. Il faut ajouter à cela un dense réseau de librairies. Beaucoup de leurs propriétaires organisent des rencontres avec des auteurs, sacrifient leur temps et leur argent pour défendre la littérature. Un tel système permet à de nombreux écrivains de vivre et de se faire connaître."


lundi 12 mars 2007

Henri Troyat




Des livres pas lus

Dans La Presse d'aujourd'hui: "Plus de la moitié des Britanniques achètent des livres qu'ils ne lisent pas, simplement pour décorer leur intérieur, selon une enquête publiée lundi. Et même quand ils les ouvrent, bien souvent ils ne les finissent pas, selon cette enquête menée auprès de 4000 Britanniques."

Il y a même des politiciens qui achètent toutes les Pléiades, juste pour faire joli. Mais c'est plus cher que la tapisserie.



Pierre Lepape: Le pays de la littérature

Pierre Lepape a publié en 2003 Le pays de la littérature. Extraits d'un entretien qu'il accordait sur Conversations à Strasbourg (?), en décembre 2003:

"C'est un fait pourtant, la littérature française se vend mal à l'étranger. Il y a une grande tradition universitaire américaine, qui s'intéresse à nos livres. Mais de nos jours, si le texte français n'est pas traduit en anglais, il n'existe pas aux yeux du monde entier. Il est vrai que les anglo-saxons sont indifférents à ce qui se passe au-delà de leurs frontières. Alors, prenons en compte la mondialisation! Le français n'est plus la grande langue de la domination. La croyance française dans sa littérature a disparu. Nous vivons une période historique nouvelle, où le sacré de l'écrit disparaît, au profit de l'image. La lecture ne peut pas rentrer dans l'immédiateté, qui est primordiale aujourd'hui. Nos sociétés sont aussi dans l'apparition et la disparition constante, de produits qui changent tout le temps. Le livre est, en comparaison, un vieil objet, qui ne change guère. Le cas français est plus spécifique. Il y a une crise, du fait de l'engagement des écrivains après-guerre. Ils se sont trompés, comme tout le monde. Mais trop exposés, on ne les écoute plus."



Langue française

Du 10 au 20 mars 2007, c'est la Semaine de la langue française, qui se clôture avec la Journée internationale de la Francophonie, le 20 mars. Le thème de cette douzième Semaine de la langue française est celui des "mots migrateurs". Plus d'infos, ici.

Sur Evene: "Placée sous le thème de la migration, la Semaine de la langue française met à l’honneur dix mots venus d’ailleurs pour dire l’interpénétration des cultures et ouvrir l’horizon d’une francophonie à la reconquête du Vieux Continent." - Les dix mots qui ont été choisis pour 2007: abricot, amour, bachi-bouzouk, bijou, bizarre, chic, clown, mètre, passe-partout et valser.

Dans la Presse d'aujourd'hui, Quand les mots français flirtent avec l'anglais. Les mots français empruntés par l'anglais américain sont étonnamment nombreux: déjà vu, du jour, à la carte, par excellence, cul-de-sac, bête noire, femme fatale, crème-de-la-crème, brouhaha, savoir-faire, etc. «En général les mots empruntés au français l'ont été parce que la France avait une image stéréotypée d'élégance, de raffinement et de culture générale», affirme Loretta Clough, directrice adjointe de l'école des langues de l'Université du Maryland. Où on voit qu'il n'y a pas qu'en France où on aime les emprunts à une autre langue.


dimanche 11 mars 2007

Jonathan Littell

Certains croient qu'il n'a pas écrit son livre, Les Bienveillantes; ces rumeurs étaient sans doute inévitables lorsque cet inconnu, Jonathan Littell, est apparu sur la scène littéraire française. Le Monde des livres l'a rencontré à Barcelone, où il résite. Littell dit ne pas se reconnaître dans les différents portraits parus de lui dans la presse française:

"On a parfois raconté n'importe quoi. J'ai été sidéré par la capacité d'invention des journalistes français. J'ai découvert plein de choses sur moi. J'aurais ainsi survécu à un massacre en Tchétchénie. Étonnant. Il suffisait pourtant de taper mon nom sur Google et lire les articles du New York Times qui faisaient état d'un incident - qui n'a rien à voir avec un massacre - que j'avais eu en Tchétchénie. Revu par la presse française, on avait l'impression que je me trouvais sous des cadavres ensanglantés avant de sortir en rampant de la fosse! Le fact checking, le fait de vérifier des informations de base, me semble peu répandu en France. Je parle pourtant de choses simples: j'aurais travaillé en Chine, je serais marié, ma mère serait française, j'habite la Belgique et je parle allemand. Tout cela est inexact."


samedi 10 mars 2007

Baudelaire - Léo Ferré

Léo Ferré chante Spleen, un poème de Charles Baudelaire.



Ou encore Tu mettrais l'univers...





Le CCDMD

"L'infirmière a expliqué qu'à ce stage de sa convalescence, la patiente, victime d'un sérieux incident routier, a subi un nouveau bilan médicinal. Sa plaie au genou droit n'est pas infestée. Mais, depuis 12 heures, la patiente a contacté une forte fièvre. Pour le moment, on doit envisager la possibilité d'un prolongement de la durée de l'hospitalisation."

Ce texte est tiré d'une copie d'élève en techniques de soins infirmiers et est proposé, par le CCDMD, en exemple d'utilisation de mauvais choix de mots, qui, ici, peut faire sourire. Le CCDMD (Centre collégial de développement de matériel didactique) offre sur son site, Amélioration du français, des ressources intéressantes, principalement destinées aux étudiants et aux professeurs de français, mais que plusieurs pourront aussi apprécier: des jeux pour enrichir son vocabulaire, des exercices en ligne, des capsules linguistiques, des ouvrages théoriques, notamment sur la grammaire, documents en libre téléchargement au format PDF, et beaucoup d'autres choses.



 

Accueil

Groupe Yahoo

Oeuvres québécoises

Collection Littérature québécoise

Les opuscules

Collection Littérature jeunesse

Collection Littérature d'aujourd'hui

Textes en anglais

Oeuvres du monde entier

Collection À tous les vents

Collection Libertinage

Collection Classiques du 20ème siècle

 

Mes autres blogues:

Lien - Lien - Blogger - Blogono

______

 

Jean-Yves Dupuis

Les temps assassins

et autres nouvelles

 

______

 

Jean-Yves Dupuis

Péchés de vieillesse

roman

 

______

 

Appel à l'aide! (PDF)

 

 

 

 

 

Top Blogues