France TVOD  France 2  France 3  France 4  France 5  France Télévisions Recevoir RFO Contacter RFO Tout savoir sur RFO Jeudi 31 juillet 2008
RFO

Toutes les dépêches 
Contenu
Le 26 juin 2008

Société : La Nouvelle-Calédonie choisit un hymne et une devise

Le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie a dévoilé mercredi, vingt ans jour pour jour après la signature des accords de Matignon et dix ans après les accords de Nouméa, l’hymne du pays et sa devise.
par Timothy Mirthil

  Ecouter  
VIDEO. Le nouvel hymne calédonien interprété par la chorale Melodia
RFO Nouvelle-Calédonie (26 juin 2008)

La chorale Melodia © RFO - 12.5 ko
La chorale Melodia © RFO
 
La Nouvelle-Calédonie a fêté aujourd’hui un double anniversaire. Les 20 ans des accords de Matignon et les 10 ans des accords de Nouméa, respectivement signés entre le RPCR, le FLNKS et l’Etat en 1988 et 1998.

A cette occasion, le gouvernement collégial a adopté lors d’une séance spéciale un avant-projet de loi entérinant le choix d’un hymne et d’une devise ainsi que le nouveau graphisme des billets de banque.

Ces trois premiers signes identitaires de la Nouvelle-Calédonie marquent une étape symbolique forte dans le processus de décolonisation qui engage les habitants du territoire.
La devise choisie est "Terre de parole, terre de partage", tandis que l’hymne intitulé "Soyons unis, devenons frères", invite les communautés de l’archipel, qui se sont jadis déchirées, à la concorde.

Les trois représentants du Rassemblement-UMP se sont abstenus sur le texte jugé "précipité". Après avis du Conseil d’Etat, il sera soumis dans les mois prochains aux élus du Congrès. Un drapeau et un nouveau nom pour le territoire doivent également être définis mais aucun consensus ne se dégage sur ces sujets sensibles.

 
L?hymne kanak joué devant les élus de l?archipel © RFO - 9.4 ko
L’hymne kanak joué devant les élus de l’archipel © RFO

Un hymne né des enfants calédoniens
Il y a trois mois, un concours avait été lancé pour mettre sur pied un hymne. « On s’est tous réunis pendant les grandes vacances pour travailler à cet hymne présenté aujourd’hui. », explique un élève tandis qu’une autre précise : « Ca s’est très bien passé. Tout le monde a écrit un texte de son côté et ensuite on a tout rassemblé. Le texte raconte qu’il faut être uni et que tout le monde s’entraide. Il raconte aussi l’histoire de la Calédonie ».
Le refrain a été écrit en langue vernaculaire de l’île de Maré (Loyauté) et interprété hier devant le Congrès par les enfants de la Chorale Melodia qui ont également participé à l’écriture du texte et à la composition de la musique.

Réactions enthousiastes
-  Vice-présidente indépendantiste du gouvernement, Dewe Gorode a salué ce « consensus entre les valeurs océaniennes et républicaines », où les uns et les autres ont « renoncé à une partie d’eux-mêmes pour arriver à travailler ensemble ». A l’écoute de l’hymne, l’écrivaine indépendantiste, à la tête d’un comité de pilotage consulté sur le choix de cet hymne depuis un an s’est dit aussi « très émue ».

-  Marie-Claude Tjibaou, dont le mari Jean-Marie Tjibaou avait œuvré aux Accords de Nouméa, émue aux larmes, a déclaré. : « On pense à ceux qui ne sont plus là. Et puis je me dis pourquoi avoir attendu si longtemps ? Ils ont fait ça en un mois et c’est magnifique ! ».

Marie-Claude Tjibaou © RFO - 8.4 ko
Marie-Claude Tjibaou © RFO
 

-  Sylvie Robineau, membre du gouvernement et de l’Avenir ensemble, voit aussi dans cet hymne une étape vers la réconciliation : « Cet hymne va regrouper les Calédoniens et enlever les peurs qu’on a derrière ces signes identitaires comme étant des signes partisans que chacun veut récupérer. Et même la devise reflète bien le peuple Calédonien ».

-  Le président du gouvernement Harold Martin, également membre de l’Avenir ensemble s’est enthousiasmé à son tour : « Cela illustre que nous sommes capables de faire franchir à notre société complexe, encore marquée par la peur, des étapes décisives pour la construction de notre destin commun ».

-  Quant à Annie Bust du Rassemblement UMP, dont les membres ne se sont pas prononcés lors du vote de cet avant projet de loi, elle se veut plus prudente : «  ça nous plait, c’est pour cela qu’on ne s’y est pas opposé mais on estime que c’est peut-être un peu tôt. On aurait préféré attendre que le prochain gouvernement puisse lancer toutes ces opérations ».

Signes identitaires pour un destin commun

Après des années de violences meurtrières entre les communautés caldoches et kanaks, le député loyaliste Jacques Lafleur et Jean-Marie Tjibaou, chef de file des indépendantistes, avaient enterré la hache de guerre, sous l’égide du Premier ministre de l’époque, Michel Rocard.
En 1998, ces accords avaient été suivis par la signature de l’accord de Nouméa, qui organise la décolonisation progressive de l’archipel, avant un référendum d’autodétermination prévu entre 2014 et 2018. Cet accord, qui vise à instaurer une communauté de destin entre les Calédoniens, stipule que « des signes identitaires du pays devront être recherchés en commun pour exprimer l’identité kanak et le futur partagé entre tous ».

 







>> Europe
Les journaux de l?Outre-mer
Tous les journaux de l’Outre-Mer et le JT Afrique
Le club France Télévisions Le club France Télévisions
Apres

Plan du site |Une erreur sur cette page |Mentions légales et crédits |Devenir annonceur sur nos sites

Droits de reproduction et de diffusion réservés © 2007 RFO rfo.fr est un site du groupe France Télévisions. Les sites du groupe France Télévisions : France 2 |France 3 |France 4 |France 5 |RFO |France Télévisions