Annonces gratuites | Enchères en ligne | Appel d'offres | Emplois | Circulaires | Nos Hebdos | Interurbain | Rencontre en ligne | Weblocal
Le Journal de l'Habitation
Envoyer ce texte à un ami Imprimer cette page Réagissez à cet article

Cohabitat Québec: le développement durable appliqué à l’habitation

Article mis en ligne le 8 mars 2008 à 7:30
Soyez le premier à commenter cet article
Cohabitat Québec: le développement durable appliqué à l’habitation
Une arrière-cour conviviale et luxuriante au Terra Firma Cohousing d'Ottawa. (Photo Michel Desgagnés)
Cohabitat Québec: le développement durable appliqué à l’habitation
Des citoyens de Québec s’organisent pour fonder le premier projet de type cohabitat au Québec – une initiative qui tient compte autant des aspects humains, économiques et environnementaux.
Le projet Cohabitat Québec a pour finalité l’implantation d’un complexe résidentiel écologique de type cohabitat (de l’anglais cohousing) de 35 unités dans la Ville de Québec. Le cohabitat est un mode d’habitation que nos cousins européens et nos voisins du sud ont élaboré et mis en œuvre au cours des 30 dernières années. Plusieurs centaines de projets de cohabitat existent déjà en Europe, aux États-Unis et au Canada.

À Québec, un regroupement de citoyens composé de plusieurs familles, couples et personnes seules, travaille depuis 2005 à l’instauration de ce mode d’habitation novateur. Le projet Cohabitat Québec se veut une première provinciale.

Contrairement aux projets domiciliaires de type «coopérative» d’habitation, où les membres occupants sont locataires, les «cohabitants» sont propriétaires de leur unité d’habitation. Les résidences privées sont regroupées autour d’une «maison commune», qui est la pierre angulaire du concept. Cette maison commune est une infrastructure distincte des résidences privées. Étant située au cœur du développement, elle procure divers services collectifs dans des espaces multifonctionnels.

En fait, elle est le principal lieu de rassemblement des résidents. Les espaces communs comprennent typiquement: une vaste cuisine entièrement équipée, une grande salle à manger, un salon spacieux, une buanderie, une salle de courrier, une salle de jeux pour les enfants, quelques chambres d’invités et des ateliers.

Dans un cohabitat, la disposition des habitations permet une meilleure interaction entre les résidants. À la maison commune, on prépare régulièrement des repas communautaires. Ceci permet, entre autres, de diminuer le fardeau logistique des jeunes familles, de diminuer le sentiment d’isolement des personnes seules ou âgées et d’accroître le niveau de connaissance et d’implication de chacun. Ainsi, les aménagements et les infrastructures favorisent les relations communautaires intergénérationnelles et encouragent les rencontres entre voisins. Ce qui crée un sentiment de sécurité et un lien d’appartenance puisque les résidents se connaissent et s’entraident.
Préoccupation environnementale
Le respect de l’environnement est également au cœur de la préoccupation des résidants du cohabitat, dans une perspective de réduction de l’empreinte écologique. L’architecture, la conception et l’environnement des habitations permettent l’utilisation optimale de technologies vertes telles que: chauffage solaire passif, chauffage géothermique, récupération de l’énergie contenue dans les eaux grises, installation de toitures végétales. De plus, la localisation du site favorise l’utilisation des transports alternatifs (marche, vélo, autobus, autopartage). Les stationnements pour les voitures se retrouvent en périphérie des habitations et les gens se rendent à leur résidence par des sentiers piétonniers.
Par son caractère innovateur, le mode d’habitation «cohabitat» représente une réponse aux défis que pose un développement urbain à échelle humaine, dans le respect de valeurs environnementales. Il favorise un sentiment de confiance qui facilite et engendre le bon voisinage. Bref, la formule cohabitat permet d’entrevoir de nouvelles façons de loger les populations dans la perspective d’un développement durable.

À ce jour, Cohabitat Québec est composé de 38 membres répartis en 25 ménages. Les efforts se concentrent actuellement sur l’accueil de nouveaux membres et la sélection d’un terrain. On peut s'informer sur Cohabitat Québec au Centre culture et environnement Frédérick Bach (870, avenue de Salaberry, bureau 310, Québec) ou www.cohabitat.ca

* (Collaboration spéciale Jérôme Cliche, Cohabitat Québec)

Ces articles pourraient également vous intéresser

Affichage des photos

Vos commentaires

Nom complet:
(requis)


Adresse courriel:


Vos commentaires :
(requis)


Svp inscrire le mot affiché ci-dessus Impossible de lire le mot?

Svp inscrire le mot affiché ci-dessus:


Liens