La revue du témoignage urbain
#TITRE

La revue koinai.net recueille à Marseille des témoignages urbains, au plus près de l’authenticité du moment parlé. En perpétuel mouvement, la revue se structure autour de thématiques qui, avec le temps, au hasard des rencontres, se précisent, s’organisent, se redoublent.

Des mutations urbaines à la condition sociale : certains s’interrogent sur l’écologie ou les transports, d’autres évoquent leur parcours de vie, parlent de leur métier ou décrivent errances et passions.


Être une femme aujourd’hui !

"Mauvaise épouse, bon professeur"


J'ai déjà donné, hein…
« Ma mère n'a jamais travaillé. Quand j'étais petite, j'ai entendu _ j'ai un souvenir précis_ ma mère dire à mon père : "Georges, je n'ai plus d'argent, tu pourrais me donner ma semaine ?" Il disait : "Oh l'argent, tu crois que je le fabrique ?" Il devait pas en avoir non plus, ou il voulait pas en donner, je sais pas, et j'avais honte pour ma mère, et je m'étais dit : "Moi il faudra pas que ça m'arrive." Même si j'avais des coups au coeur, ma vie était axée pour réussir, bien travailler, être autonome financièrement. J'ai été nommée professeur à Gap. Ensuite je suis venue à Marseille, pour suivre mon ex-mari. J'ai été d'abord professeur au lycée Longchamp, et puis au lycée Nord. » Odile Hartmann-Mondon, 68 ans, membre de Radio Galère.

Paroles de commerçants

"Mais dans un an ou deux ans..."

Au n°43

Mais dans un an ou deux ans...
« Euroméditerranée, c'était y'a quatre ans à peu près... 2002 cela devenait vraiment concret. Comme le quartier était quand même relativement handicapé _ faut voir, hein ! _ on pensait qu'avec eux, même si on souffrait un peu, il allait être un peu réévalué. Mais il était pas question qu'on allait faire partir les locataires et les commerces. Y'a jamais eu d'informations qui nous ont précisé que les commerces allaient disparaitre. On nous a rien présenté du tout. Non, on ne s'inquiétait pas du tout. » Éléonore Breda-Boulangerie Breda. Déboutée.

Le prix de la liberté

1 - Le prix de la liberté



Si la terre s'était ouverte je serais rentrée dedans.