La Sainte Messe

 

 

 

 

 

 

 

Le t�moignage de Catalina

 


Droits d'auteur � 2004 par La Grande Croisade d'Amour et de Mis�ricorde. Tous droits r�serv�s. Ce livret est publi� en accord avec L'Apostolat de la Nouvelle �vang�lisation (ANE). Traduit en anglais � partir de l'�dition espagnole dat�e d'Avril 2003 et publi� � Merida, Mexico.

 

La permission est accord�e de reproduire ce livret dans sa totalit� sans aucun changement ou addition et en autant que les reproductions et distributions sont faites uniquement dans un but non lucratif.

 

Ce document est disponible sans frais en ligne et peut �tre t�l�charg� et imprim� aux sites Internet suivants :

 

en fran�ais � :

en anglais � : www.greatcrusade.org

et en espagnol � : www.grancruzada.org

 

For information on ordering printed copies of this booklet (in English) and other books and videos, please write to :

 

The Great Crusade of Love and Mercy

P.O. Box 857, Lithonia, Georgia 30058 USA

or visit the ministry�s Internet Site at :

 

www.loveandmercy.org

 

MERCI DE PARTAGER CE CADEAU !

 

Si J�sus parle � votre c�ur alors que vous lisez ce livre, partagez ces mots en les photocopiant, en les imprimant ou en achetant des copies additionnelles et en diss�minant ce document aux personnes que vous croyez qu'elles seront b�nies par ces paroles. Laissez l'Esprit Saint vous guider dans l'�vang�lisation selon les dons qu'Il vous a accord�s.

 


D�DI� �

 

Sa Saintet�, Jean Paul II,

 

Le premier Ap�tre de la Nouvelle �vang�lisation

 

Par son exemple, nous, les la�ques,

apprenons la foi, le courage et la pi�t�.

 

Avec une immense gratitude et un grand amour

 

� tous les pr�tres :

 

Le cordon ombilical de Dieu avec les hommes

qui transmet la gr�ce divine par le pardon

et par la cons�cration de l'Eucharistie

 

 

Catalina


 

 


De l'�dition espagnole, la langue d'origine

dans laquelle ce livre a �t� �crit / dict� � Catalina

et, par la suite, v�rifi� par l'�glise

 

 

 

 

 

 

 JE NE TROUVE RIEN QUI SOIT CONTRE

LA FOI OU LES COUTUMES DE L'�GLISE 

 

P. DANIEL GAGNON, OMI

COMMISSION POUR LA DOCTRINE DE LA FOI.

ARCHIDIOC�SE DE MEXICO

AVRIL 2000

 

 

 

 

 

IL NE REL�VE PAS DE MON MANDAT DE CONFIRMER SON CARACT�RE SURNATUREL ;

N�ANMOINS, JE LE RECOMMANDE

POUR SON INSPIRATION SPIRITUELLE.

 


Ils lui dirent alors : � Seigneur, donne-nous toujours

de ce pain-l�. � J�sus leur r�pondit :

� Je suis le pain de vie.

Qui vient � moi n'aura jamais soif. �

(Jn 6, 34-35 BJ)[1]

 

 

J�sus leur dit donc : � En v�rit�, en v�rit�, je vous le dis,

si vous ne mangez la chair du Fils de l'homme

et ne buvez son sang, vous n'aurez pas la vie en vous.

Qui mange ma chair et boit mon sang a la vie �ternelle

et je le ressusciterai au dernier jour. �

(Jn 6, 53-54 BJ)

 

 

Car ma chair est vraiment une nourriture

et mon sang vraiment une boisson.

Qui mange ma chair et boit mon sang

demeure en moi et moi en lui.

De m�me qu'envoy� par le P�re,

qui est vivant, moi, je vis par le P�re,

de m�me celui qui me mange

vivra, lui aussi, par moi.

(Jn 6, 55-57 BJ)

 

 

� Qui mangera ce pain vivra � jamais

(Jn 6, 58 BJ)

 


 

 

LE T�MOIGNAGE DE CATALINA

SUR LA SAINTE MESSE

 

 

Dans une merveilleuse cat�ch�se, le Seigneur et la Vierge Marie nous ont instruits tout d'abord sur la fa�on de prier le Rosaire en le faisant avec notre c�ur, en m�ditant et en prenant plaisir � ces moments o� nous rencontrons Dieu et notre Sainte M�re. Ils nous ont aussi instruits sur la fa�on de se bien confesser et dans ce document, un enseignement sur ce qui arrive pendant la Sainte Messe et comment le vivre avec nos c�urs.

 

Voici les raisons pour lesquelles je dois et veux donner ce t�moignage au monde entier : En tout premier lieu, pour la plus grande Gloire de Dieu et pour le salut de tous ceux qui veulent ouvrir leur c�ur � Dieu.

Ensuite ce t�moignage est donn� pour que de nombreuses �mes consa�cr�es � Dieu puissent rallumer le feu de leur amour pour le Christ. Certaines de ces �mes sont les propri�taires des mains qui ont le pouvoir d'amener le Christ dans notre monde, Lui permettant de devenir notre nourriture.

Puis ce livret est donn� pour permettre � d'autres �mes de briser �la routine� de la fa�on avec laquelle elles re�oivent le Christ et pour qu'elles puissent revivre l'�merveillement de leur rencontre de chaque jour avec Amour. Finalement, il est donn� pour que mes fr�res et s�urs la�ques du monde entier puissent vivre le plus grand des Miracles avec leur c�ur : la c�l�bration de l'Eucharistie.

 

 

Nous �tions � la Vigile de l'Annonciation et les membres de notre groupe �taient all�s au Sacrement de la R�conciliation. Quelques dames de notre groupe de pri�re n'avaient pu se joindre � nous alors elles remirent leur r�conciliation au lendemain avant la messe.

 

Le lendemain, lorsque j'arrivai � l'�glise, un peu en retard, l'Arche�v�que et les pr�tres avaient d�j� commenc� � sortir de la sacristie. La Vierge Marie dit de sa voix douce et f�minine qui adoucit notre �me :

 

� Aujourd'hui sera pour toi une journ�e pour apprendre et je veux que tu sois tr�s attentive � ce dont tu seras t�moin. Tu devras partager avec toute l'humanit� cette exp�rience que tu feras aujourd'hui. �

J'�tais profond�ment �mue sans comprendre pourquoi, mais j'ai essay� d'�tre tr�s attentive.

 

RITE P�NITENTIEL

La premi�re chose que j'ai remarqu�e, fut une chorale de voix merveil�leuses qui chantaient comme si elles �taient au loin. Durant quelques instants la musique se rapprocha et puis elle s'�loigna tout comme le son du vent.

L'Archev�que commen�a la c�l�bration de la Messe et quand il arriva au rite p�nitentiel, la Sainte Vierge me dit : � Du fond de ton Coeur demande au Seigneur de pardonner tes fautes qui L'ont offens�. De cette fa�on, tu seras en mesure de participer dignement au privil�ge d'assister � la Sainte Messe. �

En une fraction de seconde, j'ai pens� : � Bien s�r que je suis en �tat de gr�ce avec Dieu car je me suis confess�e hier soir. �

Elle r�pondit : � Penses-tu que depuis hier soir tu n'as pas offens� le Seigneur ? Laisse-moi te rappeler certaines choses. Quand tu es partie pour venir ici, la fille qui t'aide s'est approch�e de toi pour te demander quelque chose et puisque tu �tais en retard et press�e, tu n'as pas �t� tr�s d�licate dans ta fa�on de lui r�pondre. Il y avait manque de charit� de ta part et tu dis que tu n'as pas offens� Dieu� : �

� Alors que tu �tais en route pour venir ici, un autobus a empi�t� sur ta ligne et t'a presque frapp�e. Tu t'es exprim�e d'une fa�on peu recommandable contre ce pauvre homme plut�t que de dire tes pri�res et te pr�parer pour la messe. Tu as manqu� de charit� et tu as perdu ta paix et ta patience. Et tu dis que tu n'as pas offens� le Seigneur ? Tu arrives � la derni�re minute quand la procession du c�l�brant est d�j� en route pour c�l�brer la messe� et tu vas participer sans t'�tre pr�par�e� �

 

J'ai r�pondu : � Tr�s bien, ma M�re, ne dis plus rien. Tu n'as pas � me rappeler autre chose car je mourrais de chagrin et de honte. �

� Pourquoi devez-vous tous arriver � la derni�re minute : Tu aurais d� arriver plus t�t pour �tre capable de prier et de demander au Seigneur d'envoyer son Esprit Saint pour qu'Il t�accorde un esprit de paix et te purifie de l'esprit du monde, de tes pr�occupations, tes probl�mes et tes distractions afin de te permettre de vivre ce moment si sacr�. Pourtant, tu arrives presqu'au moment o� la c�l�bration est sur le point de com�mencer et tu participes comme s'il s'agissait d'un �v�nement ordinaire, sans aucune pr�paration spirituelle. Pourquoi : C�est ici le plus grand des Miracles. Tu vas vivre le moment o� le Dieu Tr�s Haut donne son plus grand cadeau et tu ne sais pas comment l'appr�cier. �

Cela suffisait. Je me sentais tellement perturb�e que j'en avais suffi�samment pour demander pardon � Dieu. Ce n'�tait pas seulement pour les offenses de ce jour, mais aussi pour toutes les fois o�, comme tant d'autres personnes, j'avais attendu que le pr�tre termine son hom�lie avant d'entrer dans l'�glise. C'�tait aussi pour les fois o� je ne savais pas ou bien j'avais refus� de comprendre ce que cela voulait dire d'�tre l� et pour les fois o�, peut-�tre, mon �me �tait pleine de fautes plus importantes et o� j'ai os� participer � la Sainte Messe.

 

GLOIRE � DIEU

C'�tait jour de f�te et on allait r�citer le Gloria. Notre Dame dit : � Glorifie et b�nis avec tout ton amour la Tr�s Sainte Trinit� en reconnaissant que tu es une de ses cr�atures. �

Combien diff�rent fut le Gloria ! Soudain je me vis sur une place lointaine remplie de lumi�re, devant la majestueuse Pr�sence du Tr�ne de Dieu. Avec tant d'amour, je Le remerciais tandis que je r�p�tais : � Pour ton immense Gloire, nous Te louons, nous Te b�nissons, nous T'adorons, nous Te rendons gr�ce, nous Te remercions, Seigneur Dieu, Roi du Ciel, Dieu le P�re tout-puissant. �

Et je me suis rappel�e le tendre visage paternel du P�re : � Seigneur J�sus Christ, Fils unique du P�re, Seigneur Dieu, Agneau de Dieu, Tu enl�ves les p�ch�s du monde� � Et J�sus �tait devant moi, avec un visage plein de tendresse et de mis�ricorde� � car Toi seul est Saint, Toi seul est Seigneur, Toi seul est le Tr�s Haut : J�sus-Christ, avec le Saint-Esprit� � le Dieu du bel Amour. Lui, qui � ce moment, me fit trembler de tout mon �tre� et je demandai : � Seigneur, d�livre-moi de tous les mauvais esprits. mon c�ur T'appartient. Mon Seigneur, envoie-moi Ta paix afin que je puisse obtenir les meilleures gr�ces de l'Eucharistie pour que ma vie puisse produire les meilleurs fruits. Esprit Saint de Dieu, transforme-moi, agis en moi et guide-moi. � Dieu, donne-moi les gr�ces dont j'ai besoin pour mieux Te servir !  �

 

LITURGIE DE LA PAROLE

Le moment de la Liturgie de la Parole est arriv� et la Vierge Marie me fit r�p�ter : � Seigneur, aujourd'hui je veux �couter Ta Parole et produire d'abondants fruits. Que ton Esprit Saint nettoie l'int�rieur de mon c�ur pour que Ta Parole puisse y grandir et se d�velopper, purifiant mon c�ur pour qu'il soit mieux dispos�. �

Notre Dame dit : � Je veux que tu portes attention aux Lectures et � toute l'hom�lie du pr�tre. Souviens-toi que la Bible dit que la Parole de Dieu ne revient pas sans avoir port� fruit. Si tu portes attention, quelque chose de tout ce que tu as entendu restera en toi. Tout au long du jour, tu devrais essayer de te rappeler ces mots qui t'auraient particuli�rement frapp�e. Parfois, ce peut �tre deux versets. D'autrefois la lecture de tout l'�vangile ou peut-�tre seulement un mot. Savoure-les tout au long de la journ�e et ils feront ainsi partie de toi, car c'est ainsi que l'on arrive � changer sa vie, en permettant � la Parole de Dieu de te transformer.

 

� Maintenant, dit au Seigneur que tu es ici pour �couter, que tu veux qu'Il parle � ton c�ur aujourd'hui. �

Je remerciai Dieu encore une fois de me donner l'opportunit� d'entendre sa Parole. Et je Lui ai demand� pardon d'avoir eu un c�ur si dur pendant tant d'ann�es et d�avoir enseign� � mes enfants qu'ils devaient aller � l'�glise parce que l'�glise le commandait et non pas par amour et pour le besoin d'�tre remplis de Dieu. J'avais assist� � tant de c�l�brations eucharistiques, surtout par obligation et � cause de cela, je me croyais sauv�e. Mais je ne la vivais pas et encore moins, je portais attention aux Lectures ou � l'hom�lie du pr�tre !

Quelle douleur je ressentis pour tant d'ann�es perdues inutilement, � cause de mon ignorance ! Combien superficielle est notre participation � la Messe quand nous y allons seulement lorsque quelqu'un se marie ou pour des fun�railles ou pour �tre vus de la foule ! Que d'ignorance au sujet de notre �glise et ses sacrements ! Quelle perte en essayant de nous instruire et de nous informer sur des choses du monde, qui dans un moment peuvent dispara�tre, nous laissant avec rien et, � la fin de notre vie, ne serviront aucunement � prolonger d'un seul instant notre existence.

Par contre, nous ne savons rien de ce qui pourrait nous donner un peu de ciel sur la terre et apr�s, la vie �ternelle. Et nous nous appelons des hommes et des femmes cultiv�s !

 

OFFERTOIRE

Un moment plus tard, ce fut le d�but de l'Offertoire et la Sainte Vierge me dit : � Prie ainsi : (et je r�p�tai apr�s elle) Seigneur, je T'offre tout ce que je suis, tout ce que j'ai et tout ce que je peux. Je remets tout entre Tes mains. Construis-le, Seigneur, avec le rien que je suis. Par les m�rites de ton Fils, transforme-moi, Dieu Tout-Puissant. J'interc�de aupr�s de Toi pour ma famille, pour mes bienfaiteurs, pour chaque membre de ton Apostolat, pour tous ceux qui se battent contre nous, pour tous ceux qui se recommandent � mes pri�res. Apprends-moi � avoir un c�ur accueillant pour eux, pour que leur marche soit moins p�nible. �

� C'est ainsi que les saints priaient et c'est ainsi que je voudrais que chacun de vous le fasse. �

 

Ainsi, c'est de cette fa�on que J�sus nous demande de prier, comme si nous pr�sentions, pour ainsi dire, notre coeur ouvert devant eux, afin qu'ils ne ressentent pas sa s�v�rit� mais que nous soulagions plut�t la souffrance de leurs pas.

Des ann�es plus tard, je lus un livre de pri�res d'un saint que j'aimais beaucoup, Jose Maria Escriv� de Balaguer et dans ce livre j'y trouvai une pri�re semblable � celle que la Vierge Marie m'avait apprise. Peut-�tre que ce saint � qui je me recommande, a plu � la Vierge Marie avec ces pri�res.

Soudain, quelques personnages que je n'avais pas vus, commenc�rent � se lever. C'�tait comme si, � c�t� de chaque personne qui �tait pr�sente dans la Cath�drale, une autre personne �mergeait et bient�t la Cath�drale �tait remplie de tr�s belles et jeunes personnes. Ils �taient v�tus de robes blanches et ils commenc�rent � se d�placer vers l'all�e centrale et puis vers l'autel. Notre M�re dit : � Observe. Ils sont les Anges gardiens de chaque personne pr�sente dans l'assembl�e. C'est le moment o� vos Anges gardiens transportent vos offrandes et vos supplications devant l'Autel du Seigneur. �

 

� ce moment, je fus compl�tement abasourdie, car les �tres avaient un visage tellement radieux et d'une beaut� telle, qu'il est impossible � quelqu'un de l'imaginer. Ils avaient une tr�s belle apparence avec un visage presque f�minin. Toutefois, la vue de leur corps, de leurs mains et leur grandeur �tait masculine. Leurs pieds nus ne touchaient pas le plancher mais ils se d�pla�aient comme s'ils glissaient. Cette proces�sion fut tr�s belle.

 

Certains transportaient ce qui ressemblait un peu � un bol dor� avec quelque chose qui brillait beaucoup, d'une lumi�re dor�e-blanche. La Vierge-Marie dit : � Ils sont les Anges gardiens des personnes qui offrent cette messe pour plusieurs intentions, ceux qui sont conscients de la signification de cette c�l�bration. Ils ont quelque chose � offrir au Seigneur. �

 

� Offrez-vous � ce moment l� offrez vos peines, vous douleurs, vos espoirs, vos tristesses, vos joies, vos supplications. Souvenez-vous que la Messe a une valeur infinie. Alors soyez g�n�reux en offrandes et en demandes.  �

 

Derri�re les premiers Anges, d�autres vinrent qui n'avaient rien dans leurs mains, ils s'avan�aient les mains vides. La Vierge Marie dit : � Ceux-ci sont les anges des personnes qui sont ici mais n'offrent jamais rien. Ils n'ont aucun int�r�t � vivre chaque �tape liturgique de la Messe et ils n'ont aucun pr�sent � apporter devant l'Autel du Seigneur. � � la fin de la procession vinrent d'autres anges qui paraissaient plut�t tristes et avaient leurs mains jointes en pri�re mais avec les yeux baiss�s. � Ceux-ci sont les Anges gardiens des personnes qui sont ici mais qui ne veulent pas l'�tre, c'est-�-dire des personnes qui ont �t� forc�es de venir ici, qui sont venues par obligation mais sans aucun d�sir de participer � la Sainte Messe. Les anges avancent avec tristesse parce qu'ils n'ont rien � apporter � l'autel, except� leurs propres pri�res.  �

 

� Ne contristez pas votre Ange gardien. Demandez beaucoup ! Demandez pour la conversion des p�cheurs, pour la paix dans le monde, pour vos familles, pour vos voisins, pour ceux qui se recommandent � vos pri�res. Demandez, demandez pour beaucoup de choses mais pas seulement pour vous-m�mes, mais aussi pour tous les autres. Rappelez-vous que l'offrande qui pla�t le plus au Seigneur est celle o� vous vous offrez comme holocauste pour que J�sus puisse, lors de sa descente, vous transformer par ses propres m�rites. Qu'avez-vous � offrir au P�re par vous-m�mes ? N�ant et p�ch�. Mais l'offrande de soi-m�me unie aux m�rites de J�sus, voil� l'offrande qui pla�t au P�re. �

 

La vision de cette procession �tait d'une telle beaut� qu'il me serait difficile de la comparer � quelqu'autre chose. Toutes ces cr�atures c�lestes se courbant devant l'autel, les unes d�posant leurs offrandes sur le plancher, d'autres se prosternant � genoux avec leur front touchant presque le plancher. Et d�s qu'ils arrivaient � l'Autel, ils disparaissaient de ma vue.

 

 

SANCTUS

La fin de la Pr�face arriva et quand l'assembl�e r�pondit � Saint ! Saint ! Saint ! �, soudain, tout ce qui se trouvait derri�re le c�l�brant disparu. Derri�re le c�t� gauche du c�l�brant, des milliers d'anges apparurent en ligne diagonale, des anges petits, des anges grands, des anges avec des ailes immenses, des anges avec de petites ailes, des anges sans ailes. Tout comme les pr�c�dents, ils �taient tous v�tus d'une tunique qui ressemblait � l'aube des pr�tres ou des servants de messe.

 

Tous s'agenouill�rent, leurs mains jointes pour la pri�re et leur t�te inclin�e en signe de r�v�rence. On entendait une merveilleuse musique comme si plusieurs chorales de voix mixtes chantaient � l�unisson avec l�assembl�e : Saint ! Saint ! Saint !

 

 

CONS�CRATION

Lors de la Cons�cration, le moment du plus merveilleux des miracles arriva. Derri�re le c�t� droit de l'Archev�que apparut une multitude de personnes plac�es aussi en diagonale. Elles �taient rev�tues de la m�me tunique mais de couleurs pastels : de rose, vert, bleu p�le, lilas, jaune, bref, de couleurs diff�rentes et tr�s douces. Leurs visages aussi �taient brillants et pleins de joie. Elles semblaient toutes avoir le m�me �ge. Vous pouviez remarquer (je ne peux dire pourquoi) qu'il y avait des personnes d'�ges diff�rents mais leurs visages �taient tous semblables, sans rides et heureux. Elles s'agenouill�rent toutes, aussi, lors du chant : � Saint ! Saint ! Saint ! le Seigneur� �

 

Notre-Dame dit : � Ce sont tous les Saints et Bienheureux du Ciel et parmi eux se trouvent les �mes de tes parents qui jouissent d�j� de la Pr�sence de Dieu �. Puis j'ai vu Notre-Dame, exactement � la droite de l'Archev�que, un pas derri�re le c�l�brant. Elle �tait comme suspendue un peu au-dessus du plancher, s'agenouillant sur ce qui semblait �tre un tissu tr�s fin et transparent mais en m�me temps lumineux, qui ressemblait � de l'eau cristalline. La Sainte Vierge, les mains jointes, regardait le c�l�brant avec beaucoup de respect et d'attention. Elle me parla de cet endroit, mais en silence, directement de son c�ur, sans me regarder :

 

� Cela te surprend de me voir me tenir un peu derri�re Monseigneur [2] (l'Archev�que), n'est-ce pas : Il doit en �tre ainsi� Avec tout l'Amour que me donne mon Fils, Il ne m'a pas conf�r� la dignit� qu'Il a donn�e aux pr�tres d'�tre capables d'op�rer � chaque jour avec mes mains le Miracle comme le font les pr�tres. � cause de cela, je ressens un profond respect pour les pr�tres et pour le miracle que Dieu op�re par leur entremise, ce qui me porte � m'agenouiller derri�re eux. �

 

Mon Dieu, quelle dignit� et quelle gr�ce le Seigneur accorde aux �mes des pr�tres et ni nous, ni m�me plusieurs d'entre eux en sont conscients.

 

Devant l'Autel, apparurent comme des ombres de personnes en gris avec les mains �lev�es. La Sainte Vierge dit : � Ce sont les �mes b�nies du Purgatoire qui attendent vos pri�res pour les rafra�chir. N'arr�tez pas de prier pour elles. Elles prient pour vous mais elles ne peuvent pas prier pour elles-m�mes. C'est � vous de prier pour elles afin de les aider � sortir pour qu'elles puissent rejoindre Dieu et en jouir �ternellement. �

 

� Maintenant, tu le vois que je suis toujours ici. Les gens vont en p�lerinage, recherchant des endroits o� je suis apparue. Cela est bon � cause de toutes les gr�ces qu'ils y re�oivent. Mais en aucune apparition, en aucun autre endroit, ne suis-je autant pr�sente que durant la Sainte Messe. Vous me trouverez toujours au pied de l'Autel o� on c�l�bre l'Eucharistie. �galement au pied du Tabernacle, j'y reste avec les anges car je suis toujours aupr�s de Lui. �

 

L'apparence si belle de la M�re au moment o� furent dits les mots � Saint ! Saint ! Saint !  � ainsi que tous les autres avec leurs visages radieux, leurs mains jointes, attendant le miracle qui se r�p�te continuellement, �taient comme se retrouver au Ciel m�me. Et dire que des personnes peuvent �tre distraites par des conversations � ce moment ! Cela me peine de vous dire que plusieurs hommes et femmes, se tiennent debout, les bras crois�s, comme s'ils rendaient hommage au Seigneur comme �tant �gal � eux. La Vierge Marie dit : � Dis aux gens qu'un homme n'est jamais autant homme que lorsqu'il s'agenouille devant Dieu. �

 

Le c�l�brant pronon�a les paroles de la Cons�cration. Il �tait une personne de grandeur normale mais soudain, il se mit � grandir, devenant rempli de lumi�re, une lumi�re surnaturelle entre le blanc et l'or qui l'enveloppa et devint tr�s dense autour de son visage. � cause de cela, je ne pouvais plus voir ses traits.

 

Lorsqu'il �leva l'Hostie, j'ai vu ses mains et le dos de ses mains. Il avait des marques desquelles �manait une grande lumi�re. C'�tait J�sus ! C'�tait Lui qui enveloppait le c�l�brant de son Corps comme s'Il enveloppait amoureusement les mains de l'Archev�que. � ce moment l'Hostie commen�a � grandir et devint �norme et dessus apparut le visage merveilleux de J�sus qui regardait son peuple.

 

D'instinct, j'ai voulu incliner la t�te mais Notre-Dame me dit : � N'abaisse pas tes yeux. Regarde pour Le voir et Le contempler. �change ton regard avec le Sien et r�p�te la pri�re de Fatima : Mon Dieu, je crois, j'adore, j'ai confiance et je T'aime. Je Te demande pardon pour ceux qui ne croient pas, qui n'adorent pas, qui n'ont pas confiance et qui ne T'aiment pas. Pardon et mis�ricorde� Maintenant, dis-Lui combien tu L'aimes et rends hommage au Roi des rois �.

 

Je le Lui ai dit et il semblait que j'�tais la seule qu'Il regardait de cette �norme Hostie. Mais j'ai appris que c'est ainsi qu'Il regardait chaque personne avec amour, en pl�nitude. Puis-je baisser la t�te jusqu'� ce que mon front touche le sol, comme l'avaient fait tous les anges et les bienheureux du Ciel ? Peut-�tre que, pour une fraction de seconde, je me suis demand�e comment J�sus pouvait prendre le corps du c�l�brant et en m�me temps �tre � l'int�rieur de l'Hostie : Et tandis qu'il rebaissait l'Hostie, elle reprit sa grosseur normale.

 

Des larmes coulaient le long de mes joues ; j'�tais incapable de sortir de mon �merveillement. Imm�diatement, Monseigneur (l'Archev�que) dit les paroles de la Cons�cration du vin et tandis qu'il pronon�ait les mots, des �clairs apparurent dans les cieux et dans l'arri�re-plan. Les murs et le plafond de l'�glise avaient disparu. Tout �tait noir � l'exception d'une brillante lumi�re qui venait de l'Autel. Soudain, suspendu dans l'air, j'ai vu J�sus crucifi�. Je L'ai vu de la t�te jusqu'au bas du torse. Le bras horizontal de la croix �tait soutenu par des mains larges et fortes. De l'int�rieur de cette brillante lumi�re, une petite lumi�re, comme une tr�s brillante et toute petite colombe �mergea et survola rapidement toute l'�glise. Elle vint se reposer sur l'�paule gauche de l'Archev�que, qui continuait d'appara�tre comme J�sus car je ne pouvais distinguer que ses longs cheveux, ses blessures lumineuses et son corps �lanc�, mais je ne pouvais pas voir son Visage.

 

Au-dessus se trouvait J�sus crucifi�, sa t�te retombant sur son �paule droite. Je pouvais contempler son visage, ses bras meurtris et sa chair d�chir�e. Du c�t� droit de son thorax Il avait une blessure et du sang en surgissait allant vers le c�t� gauche et vers le c�t� droit, ce qui ressem�blait � de l'eau mais �tait tr�s brillant. Ils ressemblaient plus � des jets de lumi�re qui se dirigeaient vers les fid�les, se d�pla�ant de droite � gauche. J'�tais �bahie de voir la quantit� de sang qui coulait vers le calice. Je croyais qu'il allait d�border et qu'il tacherait l'Autel, mais pas une seule goutte ne se renversa.

 

� ce moment, la Vierge Marie dit : � Ceci est le miracle des miracles. Je t'avais dit auparavant que le Seigneur n'est pas contraint par le temps et l'espace. Au moment de la Cons�cration, toute l'assembl�e est transport�e au pied du Calvaire, � l'instant de la crucifixion de J�sus. �

 

Quelqu'un peut-il imaginer cela ? Nos yeux ne peuvent le voir, mais nous sommes tous l� � l'instant m�me o� ils crucifient J�sus. Et Il demande pardon � son P�re, non seulement pour ceux qui L'ont tu�, mais aussi pour chacune de nos fautes : � P�re pardonne-leur car ils ne savent pas ce qu'ils font. �

 

Depuis ce jour, je m'en fiche si le monde peut penser que je suis folle, mais je demande � tous de s'agenouiller et d'essayer de vivre, avec leur c�ur et avec toute la sensibilit� dont ils sont capables, d'�prouver ce privil�ge que J�sus nous accorde.

 

 

NOTRE P�RE

Au moment o� nous allions prier le Notre P�re, le Seigneur parla pour la premi�re fois depuis le d�but de la c�l�bration et dit : � Attends ! Je veux que tu pries avec la plus grande profondeur que tu puisses ressentir. � ce moment, rappelle-toi la personne ou les personnes qui t'ont fait le plus de tort durant ta vie pour que tu puisses les enlacer, les prenant sur ton c�ur et que tu leur dises de tout ton c�ur : �Au Nom de J�sus, je te (vous) pardonne et te souhaite la paix. Au Nom de J�sus, je te (vous) demande pardon et souhaite ma paix.� Si la personne est digne de cette paix, alors la personne la recevra et s'en sentira mieux. Si la personne est incapable de s'ouvrir � cette paix, alors la paix retournera � (votre) ton c�ur. Mais Je ne veux pas que tu re�oives ni que tu offres la paix si tu n'es pas capable de pardonner et de ressentir cette paix dans ton c�ur en premier. �

 

� Faites attention � ce que vous faites �, poursuit le Seigneur, � vous r�p�tez dans le Notre P�re : pardonne-nous comme nous pardonnons � ceux qui nous ont offens�s. Si vous �tes capables de pardonner mais pas d'oublier comme le disent certaines personnes, vous posez des conditions sur le pardon de Dieu. Vous dites : Pardonne-moi seulement dans la mesure o� je suis capable de pardonner mais pas plus.  �

 

 

�CHANGE DE LA PAIX

Je ne peux expliquer mon chagrin au fait de savoir combien nous pouvons blesser le Seigneur. Et aussi, combien nous pouvons nous blesser en gardant des rancunes, des mauvais sentiments et des choses peu flatteuses, n�es de nos propres pr�jug�s, ou de notre trop grande sensibilit�. J'ai pardonn�, j'ai pardonn� du fond de mon c�ur et j'ai demand� pardon pour toutes les personnes que j'avais bless�es � un moment ou � un autre, pour pouvoir sentir la Paix du Seigneur. Le c�l�brant dit : � Donne-nous la paix et l'unit� � et puis, � la Paix du Seigneur soit avec vous tous. �

 

Soudain je vis que parmi quelques personnes (pas toutes) qui se donnaient l'accolade, une lumi�re tr�s intense vint se placer entre eux. Je savais que c'�tait J�sus et je me suis presque jet�e pour enlacer la personne qui se trouvait � c�t� de moi. Je pouvais vraiment ressentir l'enlacement du Seigneur dans cette Lumi�re. C'�tait Lui qui m'enla�ait, me donnant sa Paix, parce qu'� ce moment l�, j'avais �t� capable de pardonner et d'enlever de mon c�ur toute la peine que j'�prouvais envers d'autres personnes. C'est ce que veut J�sus, de partager ce moment de joie, nous enla�ant et nous souhaitant sa Paix.

 

 

COMMUNION

Le temps pour la Communion des c�l�brants arriva. L� je remarquai encore une fois la pr�sence de tous les pr�tres pr�s de l'Archev�que. Lorsqu'il communia, la Vierge Marie me dit :

 

� Voici arriv� le temps o� nous devons prier pour le c�l�brant et pour les pr�tres qui l'accompagnent. R�p�te apr�s Moi : �Seigneur, b�nis-les, sanctifie-les, aide-les, purifie-les, aime-les, prends soin d'eux et supportes-les de ton Amour. Souviens-toi de tous les pr�tres du monde, prie pour toutes les �mes consacr�es.� �

 

Chers fr�res et s�urs, c'est � ce moment que nous devrions prier pour eux, car ils sont l'�glise tout comme nous les la�cs le sommes. Tant de fois, nous les la�cs, demandons tant des pr�tres mais nous sommes incapables de prier pour eux, de comprendre qu'ils sont humains et de pouvoir appr�cier la solitude qui, bien des fois, peut les entourer. Nous devrions comprendre que les pr�tres sont tous des personnes comme nous et qu'ils ont besoin d'�tre compris et soutenus par nous. Ils ont besoin d'affection et d'attention de notre part, car ils consacrent leur vie pour chacun de nous, tout comme J�sus, en Lui �tant consacr�s.

 

Le Seigneur veut que les gens du troupeau que Dieu Lui a confi�, prient pour la sanctification de leur pasteur et lui soient une aide. Un jour, lorsque nous serons de l'autre c�t�, nous comprendrons les merveilles que le Seigneur a faites, nous donnant des pr�tres qui nous aident � sauver nos �mes.

 

Les gens commenc�rent � quitter leurs bancs pour se diriger � l'endroit de la Communion. Le grand moment de la rencontre �tait arriv�. Le Seigneur me dit : � Attends une minute ! Je veux te faire remarquer quelque chose� � Une motion int�rieure me fit lever les yeux vers la personne qui allait recevoir la Communion sur la langue, de la main du pr�tre. Je devrais pr�ciser que cette personne �tait une des dames de notre groupe, qui n'avait pu se confesser le soir pr�c�dent, mais avait pu le faire avant la sainte Messe, ce matin. Lorsque le pr�tre pla�a l'hostie sacr�e sur sa langue, un flash de lumi�re, comme une lumi�re blanche tr�s dor�e passa au travers de cette personne, d'abord de son dos, puis l'entourant � partir du dos, autour des �paules et ensuite la t�te. Le Seigneur dit : � C'est ainsi que Je me r�jouis d'enlacer une �me qui vient Me recevoir avec une �me propre. �

 

Le ton de voix de J�sus �tait celui d'une personne heureuse. J'�tais �tonn�e de voir mon amie retourner � son banc entour�e de lumi�re, enlac�e par le Seigneur. Je pensais � la merveille que nous manquons tant de fois en allant recevoir J�sus avec nos offenses petites ou grandes alors que cela devrait �tre une f�te. Plusieurs fois nous disons qu'il n'y a pas de pr�tre vers qui nous pourrions aller nous confesser � n'importe quel moment. Mais le probl�me n'est pas d'aller nous confesser � chaque instant, il r�side dans notre facilit� � tomber encore dans le mal. Par contre, de la m�me fa�on o� nous faisons un effort pour rechercher un salon de beaut� ou pour les hommes un barbier, quand nous avons une f�te, nous devons aussi faire l'effort de chercher un pr�tre pour enlever tout ce qui nous souille. Nous ne devons pas avoir l'audace de recevoir J�sus, en aucun temps, avec nos c�urs remplis de choses laides.

 

Lorsque je suis all�e recevoir la communion, J�sus me dit : � Le Dernier Repas fut le moment de la plus grande intimit� avec les miens. Pendant cette heure d'Amour, J'ai r�alis� ce qui pourrait �tre consid�r�, aux yeux des hommes, comme le plus grand acte de folie, celui de Me faire prisonnier d�Amour. J'ai institu� l'Eucharistie. Je voulais demeurer avec vous jusqu'� la fin des si�cles, car mon amour ne pouvait supporter de vous laisser orphelins, vous que J'aimais plus que ma propre Vie. �

 

J'ai re�u cette Hostie qui avait une saveur diff�rente. C'�tait un m�lange de sang et d'encens qui m'inondait enti�rement. Je ressentais tellement d'amour que des larmes coulaient le long de mes joues sans que je puisse les retenir. Quand je suis retourn�e � ma place, alors que je m'agenouillais, le Seigneur me dit : � �coute� �. Un instant plus tard, je commen�ai � entendre les pri�res de la dame qui �tait assise devant moi et qui venait de recevoir la communion. Ce qu'elle dit sans ouvrir la bouche ressemblait � ceci : � Seigneur, souviens-Toi que nous sommes � la fin du mois et que je n'ai pas d'argent pour payer le loyer, les paiements pour la voiture ou l'�cole des enfants. Il faut que Tu fasses quelque chose pour m'aider � Je T'en prie, fais que mon mari arr�te de tant boire. Je ne peux plus supporter son intoxication si fr�quente et mon plus jeune gar�on va recommencer son ann�e encore, si Tu ne viens pas � son aide. Il a des examens cette semaine� Et n'oublie pas notre voisin qui doit d�m�nager. Fais que cela se fasse tout de suite. Je ne peux plus le supporter � etc. �

 

Puis l'Archev�que dit : � Prions �. �videmment toute la communaut� se leva pour une derni�re pri�re. J�sus me dit d'un ton triste : � As-tu remarqu� sa pri�re ? Elle ne m�a pas remerci� une seule fois. Pas une seule fois, elle M'a dit qu'elle M'aimait pour le cadeau que je venais de lui faire en abaissant ma divinit� jusqu'� sa pauvre humanit� pour pouvoir l'�lever jusqu'� Moi. Pas une seule fois elle a dit :�Merci Seigneur�. C'�tait une litanie de requ�tes � et ainsi font presque tous ceux qui viennent me recevoir. Je suis mort par amour et je suis ressuscit�. Par amour j'attends chacun de vous et par amour je reste avec vous � Mais vous ne r�alisez pas que j'ai besoin de votre amour. Rappelez-vous que Je suis le Mendiant d'Amour dans cette heure sublime pour l'�me. �

 

R�alisez-vous que Lui, l�Amour, mendie notre amour et nous ne le Lui donnons pas : Et qui plus est, nous �vitons d'aller � cette rencontre avec l'Amour des amours, avec le seul Amour qui se donne Lui-m�me dans une oblation permanente ?

 

 

CONCLUSION

Lorsque le c�l�brant allait donner la b�n�diction, la Sainte Vierge dit : � Fais attention ! �coute bien ! � Vous faites n'importe quel signe plut�t que le Signe de la Croix. Souvenez-vous que cette b�n�diction pourrait �tre la derni�re que vous receviez des mains d'un pr�tre. Vous ne savez pas si vous aurez encore l'opportunit� de recevoir une b�n�diction d'un autre pr�tre. Ces mains consacr�es vous donnent une b�n�diction au Nom de la Saint Trinit�. Ainsi, faites le Signe de croix avec respect, comme s'il allait �tre le dernier que vous alliez faire pour le reste de votre vie. �

 

Combien nous perdons, en ne comprenant pas et en ne participant pas chaque jour, � la Sainte Messe ! Pourquoi ne pas faire l'effort de com�mencer notre journ�e une demi-heure plus t�t et courir � la Sainte Messe et recevoir toutes les b�n�dictions que le Seigneur veut verser sur nous ?

 

Je suis consciente qu'� cause de leurs obligations, ce n'est pas tout le monde qui peut aller � la Messe tous les jours, mais au moins deux ou trois fois par semaine. Tant de personnes manquent la Messe le dimanche pour les moindres excuses : ils ont un enfant, ou deux ou dix et alors ils ne peuvent assister � la Messe. Comment les personnes s�organisent-elles quand elles ont d'autres engage�ments importants : Ils am�nent tous leurs enfants ou ils y vont chacun leur tour et le mari va � une heure et son �pouse � une autre. Ainsi accomplissent-ils leur devoir envers Dieu.

 

Nous avons du temps pour �tudier, pour travailler, pour recevoir, pour se reposer mais NOUS N'AVONS PAS DE TEMPS AU MOINS LE DIMANCHE, POUR ALLER � LA SAINTE MESSE.

 

 

 

J�sus me demanda de rester avec Lui quelques minutes de plus apr�s la fin de la Messe. Il dit : � Ne vous h�tez pas de partir lorsque la Messe est termin�e. Restez quelques instants en ma compagnie, profitez-en et laissez-moi profitez de la v�tre. �

 

Lorsque j'�tais enfant quelqu'un m'avait dit que le Seigneur restait avec nous cinq ou dix minutes apr�s la communion. Je Lui ai demand� � ce moment l� : � Seigneur, dites-moi vraiment, combien de temps restez-vous avec nous apr�s la communion ? � Je suppose que le Seigneur doit avoir ri de mon �tourderie car Il me r�pondit : � Tout le temps que tu veux avoir avec Moi. Si tu Me parles tout au long du jour, Me disant quelques paroles alors que tu vaques � tes occupations, Je t'�couterai. Je suis toujours avec toi. C'est toi qui Me quittes. Vous quittez la Messe et votre journ�e d'obligation est termin�e. Vous avez gard� le Jour du Seigneur et c'en est fini pour vous. Vous ne pensez pas que Je pourrais aimer partager