Newsletter FranceFootball.fr, abonnez-vous !
L'actu de votre club

50 ANS DE BALLON D'OR

1965 - EUSEBIO - UNE LUTTE SANS MERCI


© Presse Sports

Huit points seulement séparèrent les deux premiers de la grande consultation annuelle organisée par France Football. La lutte n'avait jamais été aussi serrée qu'à l'occasion de la dixième édition du Ballon d'Or.

Eusebio ou Facchetti ? Facchetti ou Eusebio ? Jusqu'au bout, la décision fut incertaine, les deux hommes ayant de solides arguments à faire valoir. Pour Eusebio, un nom sur toutes les lèvres, une personnalité exceptionnelle, un tir prodigieux, un rapprochement avec Pelé, une brillante carrière européenne avec Benfica, la gloire et la première qualification du Portugal pour une Coupe du monde. Pour Facchetti, les titres de champion d'Italie, d'Europe et du monde des clubs avec l'Inter Milan, une présence décisive au sein de la Squadra Azzurra, un rôle sans précédent d'arrière-ailier-buteur qui révolutionnait le football.

La balance pencha en faveur d'Eusebio, couronné pour sa belle saison, mais aussi pour l'ensemble d'une ouvre qui le vit tenir les premiers rôles depuis trois bonnes années. Une nouvelle fois, les attaquants restaient les maîtres du football européen !

La troisième place de Luis Suarez fut aussi très significative, car elle situait la classe et la constance du meneur de jeu de l'Inter, Ballon d'Or 1960, et toujours présent au sommet. Ce qui n'était plus le cas des autres « grands », Matthews, Di Stefano, Kopa, Sivori ou Masopust, pas une seule fois cités en 1965.

IL N'A PAS ENCORE TOUT DONNÉ AU FOOTBALL


Comme footballeur, sa classe n'a cessé de se développer. En regardant ses premiers matches sous le maillot de Benfica, et même de l'équipe nationale, et en les comparant à ceux d'aujourd'hui, on arrive à la conclusion qu'il est devenu plus complet. Buteur par excellence, affamé de buts, il a énormément progressé au point de vue technique et, même comme joueur d'équipe, il devient de plus en plus fort.


© Presse Sports

Certes, comme Pelé, comme Denis Law, comme Luis Suarez ou comme, jadis, Raymond Kopa, il garde le goût de l'individualisme, mais aucun génie du football mondial ne peut s'en empêcher, surtout s'il conserve, dans son jeu, une virtuosité assez grande.
La saison 1964-65 fut, pour Eusebio, très bonne. Certes, Benfica ne gagna pas la Coupe d'Europe à Milan contre l'Inter, mais c'est un peu grâce à sa « Perle noire » qu'il accéda à la finale.

Ce match à Lisbonne contre le Real Madrid et même celui de Chamartin ont été de ceux qui marquent un chapitre dans la vie d'un footballeur. Le premier, par le jeu qu'il fit et les buts qu'il a obtenus ; le second par la façon dont ses adversaires ont essayé de le stopper.





Mais on ne peut pas non plus oublier le rôle prépondérant qu'Eusebio joua au sein de l'équipe nationale dans les matches de qualification pour la Coupe du monde. Il suffit de rappeler que, sur les neuf buts réussis par le Portugal au cours des six matches disputés, il en marqua six. Il fut également le meilleur buteur du Championnat portugais.

Une question se pose après quatre saisons jouées par Eusebio en tant que professionnel : a-t-il atteint le plus haut niveau de sa classe et de ses ressources ?

Non, à vingt-trois ans, il n'a pas encore tout donné au football. Il est une force de la nature et sa puissance physique se développe encore. Ses tirs toujours très forts, et sa façon de jouer plus spectaculaire, plus constructive aussi.

Il s'annonce même, pour un proche avenir, non seulement comme le redoutable buteur de toujours, mais aussi comme l'organisateur intelligent et vivace qui manque déjà, en ce moment, à Benfica et au football portugais en général.

Voilà pourquoi il n'est pas exagéré de parler souvent de ce « Dieu noir » des stades, doré par la gloire sportive.

COUTO E SANTOS
(France Football numéro 1 033 - 28 décembre 1965)

FICHE JOUEUR CLASSEMENT 1965

EUSEBIO DA SILVA FERREIRA
Nationalité :
portugaise.
Né le :
25 janvier 1942, à Lourenço Marques (MOZ).
1,75m ; 73 kg.

Poste :
attaquant.

Clubs :
Sporting de Lourenço Marques (1957-1960), Benfica Lisbonne (1960-1975), Rhode Island Oceaners (1975), Boston Minutemen (1975), FC Monterrey (1975-1976), Toronto Metros Croatia (1976), Beira Mar Aveira (1976-1977), Las Vegas Quicksilver (1977), Uniao de Tomar (1977) et New Jersey Americans (1977-1978).

Palmarès :
Coupe des champions 1962 ; Championnat du Portugal 1961, 1963, 1964, 1965, 1967, 1968, 1969, 1971, 1972, 1973 et 1975 ; Championnat nord-américain 1976 ; Championnat du Mexique 1976 ; Coupe du Portugal 1962, 1964, 1969, 1970 et 1972 ; meilleur buteur du Mondial 1966 (9 buts) ; Soulier d'Or européen 1968 (42) et 1973 (40) ; meilleur buteur du Championnat du Portugal 1964 (28), 1965 (28), 1966 (25), 1967 (31), 1968 (42), 1970 (20) et 1973 (40).

Bilan en équipe du Portugal :
64 sélections, 41 buts (1961-1973).

Bilan en phase finale de Coupe du monde :
1 participation (3e en 1966), 6 matches, 9 buts (1966).

Palmarès Ballon d'Or :
vainqueur en 1965 (2e en 1962 et 1966).


1. Eusebio (Portugal, Benfica), 67 points.
2. Facchetti (Italie, Inter Milan), 59 pts.
3. Suarez (Espagne, Inter Milan), 45 pts.
4. Van Himst (Belgique, Anderlecht), 25 pts.
5. B. Charlton (Angleterre, Manchester United), 19 pts.
6. Albert (Hongrie, Ferencvaros), 14 pts.
7. Rivera (Italie, Milan AC), 10 pts.
8. Voronine (URSS, Torpedo Moscou), Asparoukhov (Bulgarie, Levski Sofia), Mazzola (Italie, Inter Milan), 9 pts. 11. Law (Ecosse, Manchester United), 8 pts.
12. Schnellinger (RFA, Milan AC), 6 pts.
13. Baxter (Angleterre, Sunderland), Puskas (Hongrie-Espagne, Real Madrid), 5 pts.
15. Yachine (URSS, Dynamo Moscou), Corso (Italie, Inter Milan), 3 pts.
17. Beckenbauer (RFA, Bayern Munich), Kvasniak (Tchécoslovaquie, Sparta Prague), Metreveli (URSS, Dynamo Tbilissi), Coluna (Portugal, Benfica), Galic (Yougoslavie, Partizan Belgrade), Amancio (Espagne, Real Madrid), Bene (Hongrie, Ujpest), Gondet (France, Nantes), 2 pts.
25. Held (RFA, Borussia Dortmund), Kuhn (Suisse, FC Zurich), Allchurch (Galles, Cardiff), 1 pt.

Infos Clubs
Les Sites du Groupe Amaury
L'Equipe.fr Paris Job LE PARISIEN L'Equipe Junior L'Echo Républicain ASO - Amaury Sport Organisation Velo Magazine Journal du golf Presse Sports