Le Cardinal de Pouget PDF Imprimer E-mail
Patrimoine - Connus à Roquemaure
Jeudi, 28 Août 2008 13:17

 

 

Cardinal Bertrand de Pouget



 
Le premier document pontifical mentionnant Bertrand du Pouget est une lettre de Clément V du 16 août 1311 relative à un litige entre l’évêque d’Avignon, Jacques Duèse (futur Jean XXII) et l’évêque de Fréjus, qui prétendent tous les deux avoir attribué le droit de l’hôpital Notre Dame du Pont-Fract d’Avignon à deux clercs.

Des documents relatifs aux bénéfices de Bertrand de Pouget corroborent les affirmations de Jacques Duèse qui affirme lui en avoir fait collation, mais ils ne précisent pas si Bertrand du Pouget est clerc de Jacques Duèse avant que ce dernier soit évêque d’Avignon


Au service de ce dernier successivement nommé cardinal de Saint-Vital en 1312, puis évêque de Porto en 1313, Bertrand de Pouget récolte quelques nouveaux bénéfices ecclésiastiques. Dès l’entrée de Jean XXII à Avignon du Pouget reçoit les gages ordinaires de chapelain pontifical.

Il y a des bénéfices de toutes tailles, depuis des évêchés, qui font de leur titulaire un riche seigneur, jusqu’aux simples chapellenies dotées du revenu de quelque maison ou d’une parcelle de terre, en passant par les paroisses, les prieurés etc…


Jean XXII s’est résolu à reprendre l’initiative dans les Etats Pontificaux et le Nord de la péninsule italienne. Le 23 juillet 1319, il y envoie du Pouget comme légat pontifical. Mais compte tenu des circonstances le cardinal et ses 800 hommes d’armes ne partent que le 10 juillet 1320. Sa première mission est de dompter les seigneurs rebelles et menaçants pour l’église. Après bien des revers, il reçoit en 1326 le soutien d’un second légat ce qui lui permet de ramener, de juin 1326 à février 1327 de nombreuses seigneuries de Romagne dans le giron de l’église.

L’établissement de sa résidence à Bologne est un atout majeur de son succès initial. La confiance est à ce point revenue, qu’on envisage entre 1330-1331, de ramener le centre de la chrétienté d’Avignon à Bologne, ville plus sûre que Rome et où le légat entreprend la construction d’une vaste forteresse à la Porta Galliera, pour accueillir le pape. La construction de ce palais est contemporaine de celle de l’église collégiale de Roquemaure.


A la fin de 1330, l’action constructive du légat est ralentie par un grand bouleversement politique suite à l’intervention de Jean de Bohème en Lombardie et en Toscane. Les armées pontificales subissent deux principales défaites qui sonnent le début de la révolte finale de 1333.


L’archevêque d’Embrun tente de négocier la paix, mais le cardinal d’Osti qui a ajouté à ses attributions celles de comte de Romagne et de marquis d’Ancône est assiégé dans Bologne. Les révoltés envahissent les rues de la ville aux cris de «Vive le peuple, mort au légat et aux languedociens». Bertrand de Pouget est en effet entouré de cinquante deux familiers parmi lesquels un groupe de 26 languedociens principalement Quercynois. Il doit sa liberté à l’intervention des Florentins qui protègent sa fuite lamentable de Bologne le 28 mars 1334.

 
Le cardinal quitte définitivement l’Italie pour rentrer à Avignon le 26 avril.
Ce retour coïncide avec la fin des travaux de construction de notre église collégiale. 


Le cardinal quitte définitivement l’Italie pour rentrer à Avignon le 26 avril. Ce retour coïncide avec la fin des travaux de construction de notre église collégiale. 
 
     
 
 

Blason de
Bertrand de Pouget
(D’or à la bande d’azur, au chef de gueule)
 


Bertrand de Pouget occupe la livrée que l’on nommera ultérieurement «livrée d’Auch» entre les églises de Saint-Agricol et de la Madeleine. Il possède en outre un palais, appelé par la suite «Palais de Giffon» au début de la montée du Fort de Villeneuve les Avignon. Jean XXII et son successeur Benoit XII ne lui tiennent pas rigueur de son échec en Italie et le prélat poursuit sa participation à la vie de la curie. On ne sait dans la quelle de ses demeures il meurt le 3 février 1352, mais son corps inhumé au couvent des frères mineurs d’Avignon est plus tard transféré au monastère du Pouget où son gisant mutilé pendant les guerres de religion a été découvert au siècle dernier.
Mis à jour ( Vendredi, 29 Août 2008 09:23 )
 

Mais aussi ...

La Chapelle Saint Sauveur de Truel

Saint-Sauveur doit son nom au torculum (pressoir) d’une villa gallo-romaine >> LIRE

La Chapelle Saint Joseph des Champs

Elle se trouvait autrefois sur la grande voie qui allait  du Dauphiné au Languedoc, en franchissant le Rhône à Pont-Saint-Esprit. >> LIRE

La Collégiale Saint Jean Baptiste

Elle s’inscrit dans un triangle équilatéral parfait de 36 coudées de côté ce qui n’est pas un hasard. Le triangle est le symbole de la Sainte Trinité, donc de Dieu. >> LIRE
     
      Pour une meilleure visibilité du site, vous aurez besoin du plugin suivant
<img src="/web/20081225015423im_/http://www.mairie-roquemaure.fr/julia/fichiers/patrimoine.jpg" alt="" width="800" height="220"/>
MAIRIE DE ROQUEMAURE 30150Tel : 04 66 90 54 34 - Fax : 04 66 82 50 57