Plan du site
Technique Sesam-Vitale Logiciels médicaux Fulmédico e-santé e-outils DMP        
27 / 02 / 2009

Accueil >> Logiciels médicaux >> Bases médicamenteuses >>   Vers la certification des LAP [18/19]

TOP 10 :

articles les plus lus :
 
25 février 2005 :
LiveBox et réseau mixte (Ethernet et Wifi)
132181 visites

3 avril 2005 :
LiveBox : Enlever la couche "sécurité" du réseau sans fil
37546 visites

16 juillet 2004 :
Prise RJ45 et câble réseau
28623 visites

1er juin 2005 :
Comment sécuriser le Wifi médical ?
26941 visites

21 avril 2005 :
LiveBox : Jouer à Warcraft 3 : the frozen throne
26024 visites

19 février 2005 :
Banc d’essai des lecteurs Sesam-Vitale de bureau 3.0
24938 visites

16 août 2004 :
Amortissement d’un ordinateur ou d’un logiciel
17747 visites

5 décembre 2007 :
Après le pifomètre, le GIP DMP publie enfin son premier baromètre.
16665 visites

5 avril 2005 :
LiveBox : Configurer le firewall de Windows XP SP2 pour les dossiers partagés
16507 visites

24 avril 2005 :
Windows XP : Le partage ne marche toujours pas ?
15818 visites

Vers la certification des LAP [18/19]

Lecture des monographies à l’écran

 

samedi 1er décembre 2007.
 
 
Il faut l’avouer, la lecture des monographies n’a jamais été une sinécure ! Avec le temps, on aurait pu croire que cela s’améliorerait, malheureusement, c’est plutôt l’inverse, les monographies sont de plus en plus longues, il s’agit en fait de littérature sur les médicaments, principalement pour protéger sur le plan médico-légal le fabricant, plutôt qu’une aide facilitant de travail du prescripteur en cours de consultation de part une lecture transversale qui n’existe pas, cela même sur le plan informatique.

Critère 1 - test 16 : Le LAP met à disposition toutes les rubriques du RCP, le PGR, le SMR daté en fonction de l’indication ou des indications, l’ASMR (ou les ASMR) datée(s) en fonction de la (ou des) indication(s) avec le (ou les) comparateur(s), le prix des spécialités remboursées, le taux (ou les taux selon l’indication) et la base de remboursement, l’éligibilité au remboursement au titre d’une affection longue durée (ALD) exonérante si elle est publiée sur le site de la Cnamts, le tarif forfaitaire de responsabilité (TFR) pour les médicaments inscrits au répertoire des génériques et pour lesquels un TFR a été publié au JO, l’agrément aux collectivités, l’inscription éventuelle sur la liste des produits dopants selon le JO, le statut éventuel selon le répertoire des génériques, un lien vers les avis de la commission de la transparence et les fiches d’information thérapeutique des médicaments d’exception.

A l’heure du HTML et de la navigation par hyperliens, ce mode de lecture des monographies est encore limité à permettre d’aller à un chapitre, et chez VIDAL, à revenir en début de page, ce qui est assez pauvre...

Par ailleurs, chez VIDAL, on fait l’économie des monographies, c’est la même qui sert pour toutes les présentations d’une même forme d’administration comme ci-dessous (comprimés à 250, 500, modèle hospitalier pour CIFLOX).

Chez BCB, il existe une monographie par présentation... et soulignons l’effort de lisibilité.

On ne peut pas dire que la recherche d’une IAM soit des plus facile : il suffit de regarder seulement l’ordre alphabétique... et si les noms des DCI étaient mis en valeurs par un surlignement ou autre... même pas par ordre de la classification ATC, qui est imposée par ceux qui ne l’utilisent pas...B 01AA - R03DA - A02BX - N04BC - J05AF - B03AA etc.

Il en est de même chez BCB, mais remarquons quand même que sur le plan informatique, cette fonction est assez avancées, et les informations sont correctement accessibles au moment de la prescription.

Le référentiel de la HAS ne prévoit pas une gestion informatisée des précautions d’emploi et des mises en garde... si au moins il donnait des exigences pour une lecture facilité des monographies ! même pas. Ci-dessous, on parle successivement du soleil, des tendinites, du mycobacterium, de cristallurie, puis du staphylocoque et du pseudomonas de la diarrhée... Bref, il n’existe aucune structuration évidente permettant de faire une recherche rapide...

Chez BCB, on retrouve le même texte, dans le même ordre, mais au moins, il y a eu effort envers l’utilisateur, puisque sur le coté existe un listing des mots clés. Certes, il n’existe pas d’ordre logique ni respecté d’une monographie à l’autre, et il est dommage qu’il n’y ait pas un lien du terme vers le texte de droite : dans certains cas, il est difficile de retrouver le commentaire correspondant.

La gestion des effets indésirables est aussi un des grands oubliés du référentiel de la HAS. On peut faire le même constat en ce qui concerne la lisibilité de la partie correspondante du RCP : il faut avoir du temps pour vouloir vérifier qu’un patient présente réellement un effet secondaire à une prescription !

Là encore, BCB à fait un effort envers l’utilisateur, la colonne de droite fait le listing des effets indésirables. Dommage qu’un lien ne renvoie pas au texte mentionnant la fréquence, le degré d’imputabilité...

Un petit coucou sur l’éligibilité à l’ALD sous BCB : dommage qu’ils ne suivent que Clic@ld... car on aura la liste complète seulement lorsque l’URCAM aura terminé son travail... et uniquement pour les feux « vert », économie, économie, quand tu nous tiens.

Et que deviennent les monographies après la mort d’un médicament ?

Elles disparaissent bien évidemment des BDM, mais est-ce souhaitable ? ne pourrait-il pas rester dans un répertoire particulier la dernière monographie de chaque défunt, afin que le praticien puisse avoir des renseignements quand un patient lui parle d’un vieux médicament inconnu de lui ?

Docteur, j’ai fait une allergie au GLIFANAN, vous connaissez ?

Aïe... Non... Vite une recherche INTERNET... « glafénine »... Mais est-ce utile d’indiquer une allergie au GLIFANAN dans un dossier patient ? Ah oui, sans doute parce que IDARAC existe encore...

Heureusement, et VIDAL et BCB gèrent les DCI disparues... même l’antrafénine qui n’a pas de code ATC.

Dommage qu’il faille passer par INTERNET pour savoir le nom de la DCI d’un médicament disparu.

Une base de données médicamenteuses n’est pas un livre littéraire, ni un livre de chevet. C’est un outil de travail qui peut et doit être consulté rapidement plusieurs fois par jour si l’on veut diminuer la iatrogénie. Par ailleurs, lors de la modification d’une monographie, devrait persister en rouge barré le texte juste supprimé, et le texte surajouté devrait être en vert, histoire de permettre au lecteur de prendre connaissance des dernières avancées de la science, mais c’est sans doute trop demander.

Ainsi, la présentation actuelle des monographie n’est malheureusement toujours pas au rendez-vous pour aider correctement et rapidement le prescripteur.

1868 affichages




 

 Vers la certification des LAP [18/19]



Untitled Document
 
© 2004-2006 MediaMed pour FULMEDICO
Gab - design © 06/2003 - Template Spip sous licence GPL