Médias Encarta

Andrea da Firenze, l'Église militante et triomphante

Andrea da Firenze, l'Église militante et triomphante
Datant du xive siècle, cette fresque d'Andrea da Firenze, d'inspiration théologique, illustre la hiérarchie entre les pouvoirs temporel et spirituel : l'Église militante et triomphante est représentée devant un édifice sacré, symbole de l'Église romaine — sans nul doute est-ce la cathédrale de Florence, alors en construction ; la coupole, dont on aperçoit une vision anticipée (Andrea da Firenze aurait participé à sa conception), n'a été construite qu'au siècle suivant par Filippo Brunelleschi.

Au centre de la composition trône le Souverain Pontife (sous les traits de Benoit XI, pape de 1303 à 1304) avec, à sa gauche, l'empereur germanique (Charles IV de Luxembourg), le roi de France (Philippe le Bel ou Charles V le Sage) et un troisième dignitaire laïque. À la droite du pape se tiennent des représentants du haut clergé : le cardinal Niccolò Albertini di Prato, dominicain de Santa Maria Novella, et un évêque. Un autre évêque, également dominicain, est debout devant le cardinal. À ses côtés, les représentants des ordres religieux, monastiques et mendiants. Les fidèles se tiennent pour leur part devant les souverains temporels.

Aux pieds du Souverain Pontife, cinq brebis semblent être protégées par deux chiens blanc et noir — symbolisant la protection dominicaine des fidèles ; domini canes, « chiens du Seigneur », ayant donné le nom de dominicains. À l'extrémité droite de la fresque, saint Dominique lance sa meute contre les loups et les renards (symboles de l'hérésie).

Le message pictural se poursuit au-dessus de la scène principale : saint Dominique lui-même conduit les âmes purifiées vers le Salut et le paradis dont on distingue l'une des colonnes de la porte. Derrière siège un chœur de bienheureux.

Andrea da Firenze (dit aussi Andrea Bonaiuto), détail de la fresque l'Église militante et triomphante, mur est de la salle capitulaire dite Chapelle des Espagnols, 1367. Cloître vert, église Santa Maria Novella, Florence.
Scala/Art Resource, NY
Figure dans les articles :
Église et État ; Andrea da Firenze ; dominicains ; monastique, vie
* Ce contenu n'est accessibles qu'avec un logiciel de la gamme Encarta. En savoir plus.
© 2008 Microsoft