Patience

À moyen terme, nous espérons avec Hervé Ryssen, participer à des conférences communes ou vous aurez le loisir d’entendre la bonne parole. Démocrates enjuivés s’abstenir.

1 Comment


“Un jour vous nous aimerez”

3 Comments


1789: la bite à col roulé ou la victoire des valeurs républicaines

Il y a paraît-il en France une frange toujours aussi extrémiste, raciste, xénophobe et “antisémite”. Cette frange a des partis: FN, MNR, Bloc(h) Identitaire, en plus de myriades d’associations. C’est là, on le dit tout net, une vaste fumisterie juive, une invention de la presse de gauche, un hobby d’étudiants trotskystes. S’il y avait des organisations nationalistes en France, il y a beau temps qu’on en aurait entendu le son et vu la couleur brune. Il suffit pour s’affranchir définitivement sur le sujet de méditer cette proclamation gigantesque, inouïe: la France de Saint Louis a pour roi un homme dont le petit fils est circoncis à la synagogue. Cette tonitruante victoire juive vaut mille fois le wagon de Rethonde de 1940. À l’époque quelques ahuris avaient jugé utile de faire la guerre à Vichy, pourtant anglophile au delà du possible et mollement judéocritique. De Gaulle était leur chef. Il s’en est fait exploser les tympans à force de vouloir laver “l’honneur national souillé”. Souillé par des blonds, une ignominie. L’orgueil français est donc une chose curieuse: 1000 ans de monarchie chrétienne effacée en une élection et une circoncision ne valent pas la moindre protestation là ou une énième promenade germanique justifia la destruction totale et définitive de la puissance française et européenne. De Gaulle a brillamment réussi et son bilan est limpide: il a libéré la France pour les juifs. En fait il n’a fait que cela.

Comme Saint Jean annonçait Jésus, De Gaulle annonçait les juifs. Amen.

Dans l’univers ce rugissement de la victoire juive a retenti avec fracas. Permettez quand même que l’on note qu’en France, la chienne d’Israël, ancienne fille de l’Église tournée putain des juifs, on a pas entendu le moindre son, le moindre pet, pas un semblant de murmure et surtout de la part de la faramineuse “mouvance nationale”. N’importe quel imbécile concluera que de nation, la France n’a plus que le nom. Telle gloire juive aurait déjà entrtaîné un fabuleux pogrom dans 150 pays au moins de cette terre. Mais ici, ne serait-ce que remarquer la chose est devenu un folklorisme malvenu, un verbiage encombrant, une volute d’air tout à fait insoutenable surtout en compagnie mondaine. Les juifs peuvent plastronner, l’autochtone n’ose même plus recenser le fait que le monarque qui dirige la France est un juif, rien que cela et inscrit sa descendance dans le marais puant du judaïsme maudit désormais maître de la France. Reims sera bientôt une synagogue et l’Élysée les chiottes première classe de l’ambassade d’Israël, tout à fait formellement. Gloire à Yahvé !

La farce est totale. Les gros durs de la droite dite extrême ne sont en vérité que des second couteaux d’un match qu’ils ne jouent même plus, estimant sans doute que commenter depuis les vestiaires suffit amplement pour perdre convenablement. Si la gauche n’était pas d’essence juive, il y aurait toute les raisons de la rejoindre en masse, par bateaux, en courant. Le prince est donc youtre jusqu’au trognon, futur graîne des Kennedy juifs de France, mais cela indiffère même les nazis en plastique: on ne risque pas un procès pour si peu. On ira cependant astiquer cordialement et en fratrie les souvenirs joyeux du Front de l’est, à la veillée bimensuelle locale. À n’en pas douter si les SS revenaient par un corridor temporel, ils commenceraient par fusiller tout ce qui ressemble à un prétendu nationaliste.

La grosse Le Pen, bien sûr, a les obligations de son anus bourgeois: troubler sa digestion serait hautement inconvenant pour de si dérisoires fadaises. Les victoires attendent, paraît-il, aux portes. Demain à Matignon. Gérer une mairie de 10 000 habitants est déjà impossible mais cette molle espérance de mollusque tricolore sert de dernier soupçon d’érotisme politique, de désir à lutter: faire durer la baraque, boutique d’abord et rien d’autre. Rien n’a surgi de nulle part, sauf peut être une voix esseulée et fort mesurée, un peu chagrine. Le désert de Palestine est venu avec les juifs jusqu’au coeur de l’Auvergne: plus un son chez les indigènes dévoré par le plus terrible colon de l’histoire.

Ah pardon ! Il y a des tactiques, des “façons de faire”. On édifie pas la populace ainsi, il y a des secrets, des “trucs”. Il faut une “pédagogie”, ne pas brusquer. Dans 30 ans la France sera à majorité africaine avec une dynastie juive à sa tête, mais nous avons encore le temps de trouver des façons polies de réveiller le veau zombifié du supermarché. Faut-il donc lui offrir comme les juifs quelques mirages de pourcentages juteux, quelques parcelles de rêve pour amorcer le début d’un déclic ? Pas même ! Car en plus d’être tout à fait démocrates, modérés et délicats, les droitistes n’ont pas un rond à aligner pour leur combat. “J’ai pas un sou, tout est filé dans mon écran plat !”. La pauvreté ça peut marcher, quand on a la foi. Qu’on regarde le Christ. Qu’on se remémore là une belle conviction et un bel élan. Ah voilà qui donne le change ! Les droitistes sont un ramassis de fainéants un peu moins de gauche que les autres parce qu’ils ont le malheur d’avoir une sensibilité bourgeoise qui rend leur tolérance au désordre quelque peu moindre que la plèbe socialiste. Voilà, et puis c’est tout.

Le nationalisme est en vérité une succursale du salon de la gastronomie. Il n’organise plus que des banquets de ghetto. Le juif sur place publique, aux commandes, suçant les seins des blanches, flonflon dehors, racisme à toute voile, pétaradant sa jactance, éternel marchand de tapis hystérique aux aguets. Rigolard, il parade. Il peut, les indigènes se foutent d’eux mêmes dans les camps. Au moins les juifs avaient la décence de se faire embarquer au préalable et contre leur gré ! Bientôt les gaulois demanderont leurs étoiles. Ils les auront.

Il fallait bien que le successeur de Saint Louis, Louis XIV, Napoléon après 1789 fusse juif. D’Austerlitz à Sarközy, il y a tout le produit de goyim enjuivés jusqu’à la mort, pire jusqu’à l’amour. Se figure t’on même une petite critique contre cette république juive, ce syndicat du crime jacobin ? “Ah malheur ! Vieillerie et puis quoi encore, changer de régime ! Vous êtes fou !”. Ne rien changer, restez bien profondément conservateur, tout conserver, le tricolore, la république, Marianne, les juifs, Marx, Freud, tout. Pourvu qu’on maquille, qu’on mette de la peinture, une musique d’ambiance, après c’est d’accord, on signera tout, absolument, on égorgera les mécontents, on fera plus d’histoires, on sera vraiment bien amis des juifs, tout à fait et totalement, on s’excusera pour tout dire de tous les mots un peu durs qu’on a eu, comme ça, sans vraiment les penser.

Plutôt que 40 de coliques lepénistes, il aurait fallu rien qu’une seule vraie bonne émeute nationaliste. Une seule avec rien qu’une revendication: la traduction en bon français de “Liberté Égalité Fraternité” sur les mairies. “Tout pour les juifs et mort aux goyim”. Voilà une avancée concrète qui aurait au moins eu le mérite de clarifier bien des ambiguïtés. Le gaulois aurait bien crevé sa paillasse, ses gosses et sa femelle en connaissance de cause. Il serait mort moins con. C’était une ambition pour la France juive que d’affranchir la masse des cons, surtout celle qui vote jusqu’à en péter des vaisseaux. Ah le dimanche, en famille, la belle allure avec la phrase acquise de haute lutte sur le mur blanc de l’édifice républicain. Voilà qui méritait 100 000 morts. 40 ans de caca lepéniste ne valent pas cette mise au point publique.

L’extrême droite ne mérite vraiment pas son nom: elle ne lutte ni contre les juifs ni contre la république. Elle est simplement aigrie. C’est le syndicalisme de droite, l’aigreur. La gnole qu’on se fait dans la cave, qu’on garde précieusement, qu’on se sert avec régularité. On invite même parfois es copains, on s’arrose. Le fameux front raciste ! De front raciste il n’y a que le front juif, d’un bloc, en acier, ardent comme le buisson, virulent, fanatique, résolu, tornade de fer et de haine, tout ça en Torah. Et derrière mille annexes et métastases: la république, le socialisme, les loges, les associations et encore la presse, le capital, les cons, les maires, tout, la grande ligue juive des ahuris.

Et puis d’abord l’armée juive elle est composée à 99% de goyim. Ils pourraient même partir en vacances les juifs, la boutique serait tenue et faut voir comment, avec méthode ! Pour le coup le le laxisme de l’anarchiste juif Bendit serait de repos, bien aéré pour l’occasion: ah on verrait une belle rigueur bien droite, une assurance sans faille pour liquider en l’absence du mettre tout ce qui dépasse du judaïsme !

L’extrême droite française est juive par compassion, c’est tout ce qu’on a gardé du catholicisme. On ne se refait pas.

L’embourgeoisement est tel qu’un macaque khazar rasé en trois pièce convainc tout à fait le premier con “patriote” qu’il est en fait tout à fait gaulois, “français d’adhésion”. La France c’est ça, on y adhère comme à un bar de passe privé, suffit d’avoir le bon blaze et la bonne tenue et le copain pour vous faire rentrer. Et ça finit en partouze. Voilà un patriotisme original ! Pour les essuyeurs de culs juifs, un compatriote doit simplement sentir bon et parler académique, proprement, chantant. Ah parler d’une aubaine, le juif ne se fait jamais prier pour un prêche ! C’est même sa spécialité le pilpoul… Le singe de Méditerranée connaît son public, il jurera tout. Il ira se faire faire un costume – à crédit- pour prendre la parole à la dernière conférence en vue. Il édifiera la connerie aryenne dans des proportions qui feront jouir la tribu des cons assemblés. Il sera fêté le prépuce ! Ah pardi, c’est sûr, vu et revu. Un peu lavé, le juif convient tout à fait à l’insondable ignorance gauloise. Qu’un sceptique s’immisce, scandale dans l’assistance, “Qu’on foute le blanc dehors !”.

Au fond, tout le problème est chromatique: si les juifs avaient été verts, on en serait pas là. Les services secrets de Chine, le MI6 peuvent bien repasser, ce sont des joueurs de troisième zone, de minuscules manouches, à coté de cette bande d’infiltrés !

Mais un singe, même en costume 3 pièces, ne peut parler que comme un singe. Les français aiment à être gouvernés par des primates, c’est même devenu réellement une passion, une particularité. Ils s’en sont fait une gloire, tout à fait restreinte au seul sol hexagonal. Et l’extrême droite là dedans, qui panique devant l’action déterminée des épiciers arabes, fulmine contre le voile de minorités ethniques qui font donc tout pour se démarquer. Aller expliquer à de tels mulets que le premier des immigrés à foutre dehors c’est le monarque juif Sarkozy et vous ferez un drôle d’effet sur les rates irritées de plus d’un réactionnaire en celluloïde. Le juif des ruelles sombres de Turquie, le Mellah Sarközy, n’a visiblement pour l’extrême droite que le désavantage de ne pas agir selon son barratin. Il a pourtant l’avantage d’agir selon son judaïsme mais cette distinction est semble t’il devenue aussi passée de mode que la lutte contre le juif.

Les juifs peuvent donc se délecter de détruire la France qui durant de si nombreux siècles lui opposa une farouche résistance. Le front indigène aspire comme une pucelle à se livrer totalement aux juifs, s’ils y mettent les formes. Goldnadel s’y emploie: “Maintenant l’ennemi c’est les Arabes, ensuite les Blancs”. Ca vous va t’y monsieur Martin ? Avec un glaçon ? “Mais certainement, vous voyez bien, c’est des gens quand même proches de nous, des français tout à fait, juste un peu différents, une espèce de corses ou de bretons spécifiques, un folklore cocasse à ménager”.

L’extrême droite prend ses ordres chez les juifs, elle attend avec sérénité que le maître tonne. Goldnadel n’y manquera pas.

Il faut sortir du droitisme, il faut couper net. Ne plus rien à voir à fair avec cette engeance, cocue totalement, seulement. Il faut autre chose, du neuf. Il ne faut plus rien conserver, Paris à Brûler, au phosphore. Pour une fois les juifs pourront aider. Qu’on regarde un peu les soviets en 1941 ! Eux au moins avaient de l’allant ! Regardez si ça laisse un centimètre carré d’argile à l’ennemi ! Rien, plutôt crever ! De même. Pas moins. Juste ça, une bonne campagne de destruction totale de tout ce qui ressemble à la “France d’avant”. Il faut une France libérée des juifs, de la république, de tout ce qui baragouine juif, Freud, Marx. Tout ça par terre, une bonne fois. Et qu’on ne compte pas les efforts ! Il ne faut rien s’épargner, tout doit disparaître, des soldes jamais vus ! Même les youtres en seraient stupéfaits de voir de si belles affaires aussi rapidement menées ! Tout en l’air ou rien. Voilà une bonne politique: Rien pour les juifs !

34 Comments


Le national-judaïsme

L’amour pour les juifs est une vieille tradition de “l’extrême” droite française, celle qui ne tirera jamais un coup de feu, s’excusera d’avoir encore quelques pensées déviantes et se fera un devoir de se cantonner à la mauvaise humeur du cochon qu’on mène à l’abattoir. Les foies de la “droi-droite” sont en effet de puis belle lurette si tournés gonzesses en France que la seule idée de toucher à un seul poil de rabbin entraîne chez nos amis réactionnaires de violentes coliques. Aujourd’hui par exemple le juif pratiquant Zemmour, juif vieille école, c’est à dire l’école du profil bas et du “moi d’abord, moi surtout”, est bombardé leader maximo des rangs disparates et clairsemés du droitisme français le plus obtu et le plus tricard, en plus d’être le plus cocu.

Nous avons des prédécesseurs dans le genre et non des moindres ! Citons encore Paul Ferdonnet qui avait défriché le terrain de ces durs à cuire qui mettaient sans hésiter tout leur coeur de goy dans l’amour indéfectible à Israël contre l’Allemagne Nationale Socialiste…

PETIT JOURNAL (Le) :

Directeur : La Rocque, dont la Vie a été publiée par le Juif Grunwald, dit Henri Malherbe. Secrétaire particulier : le Juif Carvalho. Commanditaires : les Juifs Schwob, dit d’Héricourt (3.000 actions), Javal (1.500 actions) et Sternberg, dit de Armella (1.100 actions). Rédacteurs : les Juifs Silberberg, dit Silbert, Robbe-Cohen (mère née Cohen) Lange et Treich. Collaborateurs : Devaud, marié à une Juive (famille Gougenheim) et Barrachin apparenté aux Juifs Lazare-Weiller. Conseiller aux comptes : le Juif Wormser.

« Nos amis israélites sont assurés de notre affection fraternelle », a écrit La Rocque dans le « Flambeau », organe officiel de son Parti, le 13 février 1937. « Je fais appel à tous les Israélites et Dieu sait si nous en avons de très nombreux et de très chers dans nos rangs » (Discours de La Rocque à Lyon.)30

Le 3 avril 1937 l’Univers Israélite écrivait : « Le Colonel de La Rocque ne nourrit pas de mauvaises intentions à notre égard, mieux : j’affirme qu’il est le meilleur rempart contre l’antisémitisme. »

Paul Ferdonnet, La Guerre juive, 1938


53 Comments


“L’Humanité”

Un rappel fait toujours du bien aussi remercions Paul Ferdonnet qui nous renseigne sur les origines du journal communiste qui empoisonne la France depuis très longtemps:

HUMANITE (L’) :

Fondée en 1904 par les Juifs Léon Picard (100.000 francs), Lévy-Bruhl (100.000 francs), le docteur Lévi-Brarn (25.000 francs), de Pressensé (30.000 francs), Jules Rouff (18.000 fr.), Louis-Louis Dreyfus (25.000 francs), Charles-Louis Dreyfus (25.000 francs), Salomon Reinach (10.000 francs), Herr (10.000 francs), Sachs (8.000 francs)… Il s’agissait de concurrencer et d’abattre la Petite République, également socialiste, qui avait osé s’élever contre le privilège juif des agents de change : ainsi l’Humanité est-elle née pour la défense de la haute spéculation des Juifs ! Comme couverture publique, il y avait encore les souscriptions fictives et réduites de Jean Jaurès (10.000 francs), Aristide Briand (5.000 fr.) et Rouanet (2.000 fr.). Le directeur actuel, Marcel Cachin, est marié à une Juive. La rédaction comprend les Juifs Gabriel Péri, Nizan, Radi, Benda, Kalmanovitch. Gaymann, Bloch, Rappoport, Cohen, Coran, Lévy et Wallon, administrateur

Paul Ferdonnet, La Guerre Juive, 1938

27 Comments


Voltaire-juif

“Plus con que le Français ? Vraiment n’est-ce pas, c’est impossible ? Et surtout l’intellectuel ? Littéralement enragé dès qu’il s’agit de déconner dans le sens juif. Un snob masochiste. Et y a pas de race ! Et y a pas de juif ! Et moi par-ci ! Je sais ceci ! Et peutt-peutti ! Et peutt-peutta ! Je sais cela ! Je suis un as du scepticisme ! Ah ! Gobineau quel jobard ! Ce Montandon, quel farceur ! Et le Michelet, quel vendu ! Et que je t’embarque tout détonant en pleine déconophonerie buse ! phénoménal époustouflant à cent mille bords canonnant de cent mille bourdes ! et toujours à contre cause, contre les siens, contre son sang, et toujours pour la gloire du juif, son apothéose, son génie, sa prééminence hors de doute. Toujours un petit juif là dans le coin, tapi, goguenard, qui se tâtonne… épie le goye en ébullition… maintenant rassuré se rapproche… voyant l’objet si bien en feu… passe la main sur ce joli con !… l’encourage, l’asticote, caresse, lui lisse le poil, l’envers… l’endroit… jubile… Ah ! le bon aryen toujours le même, toujours semblables à lui-même, toujours prêt à faire jouir son juif ! Ah ! qu’il est franc ! Ah ! qu’il est voué ! Ah qu’il est juteux à la mort ! Et qu’il se remet en action, le joli con, requinqué de si chaude étreinte, d’humanitaire compréhension.

« Ah ! Nom de Dieu ! Y en a pas de race ! Y a pas de juif non plus, Bordel sang ! Qu’est-ce que c’est qu’un juif ? [90] Quel bobard ! Quelle crasse abomination ! Quelle saloperie des fascistes ! C’est pas la honte de notre époque de voir des dinausaures [sic] pareils ? du sang des victimes dégouttants ! tout englués de cœur d’apôtres ! foulant, broyant, écartelant la substance même de vérité ! la chair lumineuse et musique ! »

Le petit juif s’il en boit ! Il se tient plus de violente extase, il en part tout seul dans son froc ! de voir comme ça, le si brave homme si bien disant ! si bel d’enthousiasme ! si épris ! à plus reconnaître de ferveur ! que ça le transpose, l’enivre fol ! d’être positif qu’y a plus de races ! Ferré là-dessus, inépuisable, qu’il est dans le triomphe de baver ! qu’il peut aller tire-larigo [sic] ! carafouille à perdre l’âme…”

Louis Ferdinand Céline L’École des Cadavres

No Comments


Entre nous

“Le bluffeur juif, sale con, fainéant, il saura même pas quoi en faire du communisme quand il l’aura. Il salopera, bouzillera tout. Il pourra pas s’en empêcher, c’est sa nature. Justice sociale pour le juif ? Lui le faisan, le Pharaon, le jeteur de poudre, le maquereau-né de l’Univers, l’hystérique satrape rebut de l’Orient, le bâtard de toutes les mystiques, l’incapable de tous les métiers, le parasite de tous les temps, l’imposteur de tous les trafics, le malagauffre tourné canaille ? C’est ça l’homme nouveau ? Ah pardon ! Ça serait drôle, ça serait un miracle,ça serait la première fois au monde qu’on verrait le juif sortir des phrases, des saloperies, des complots, pour se replier au rang commun, au tapin, réguler, correct, marner comme tout le monde, à égalité. Alors ça jamais ! Ça n’existe pas ! C’est tout le contraire de sa nature ! Chié par Moïse il tient son rang de caque supraluxe, copain qu’avec les autres chiés, en Moïse, en l’Éternel ! Il est que pourri, pourrissant. Il a qu’une chose d’authentique au fond de sa substance d’ordure, c’est sa haine pour nous, son mépris, sa rage à nous faire crouler, toujours plus bas en fosse commune. Qu’est-ce qu’il attend du communisme ? De nous cintrer encore plus étroit, nous garrotter d’encore plus près dans la prison juive.”

Louis Ferdinand Céline, L’École des Cadavres

No Comments


Le nouveau gouvernement français vous parle


Le Crif change de patron, mais toujours aussi sioniste !
Uploaded by Lislamdefrance. – News videos hot off the press.

6 Comments


Jugée par le sanhedrin

Aafia Siddiqui, 37 ans, spécialiste en neurosciences du MIT, a été reconnue coupable d’avoir ouvert le feu sur des américains en juillet 2008 en Afghanistan. Au cours d’un interrogatoire, la jeune femme avait réussi à s’emparer d’une arme et avait tiré deux coups.

Personne ne fut blessé, à part elle :

http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International/2010/02/04/001-USA-accusation-Siddiqui.shtml

Elle a, vainement, demandé un jury non juif :

http://www.timesonline.co.uk/tol/news/world/us_and_americas/article6988777.ece

1 Comment


Les turpitudes d’un “juif athée”

Trouvé sur le blog d’un “juif athée”, les considérations très intéressantes de l’intéressé sur l’inceste et sa légalité:

“Donc se masturber en pensant à un enfant sodomisant un mouton peut révéler éventuellement quelques troubles mentaux mais je ne considérerais pas cela comme immoral. Voler, tuer est immoral car cela blesse des gens.”

“Je pense d’ailleurs que le compromis serait que l’inceste entre adultes devrait être légalisé car il n’est pas immoral…”

Pour ceux que la névrose incestueuse juive intéresse:

http://jewishatheist.blogspot.com/2007/02/should-incest-be-legal.html

14 Comments



SetPageWidth