LE TRAITEMENT CONTRE LA TRANSMISSION DU VIH DE LA MÈRE A L’ENFANT EXISTE

Chez les enfants, la majorité des nouvelles infections au VIH peuvent être évitées si leurs mères bénéficient, avant et après la grossesse, de soins médicaux liés à la reproduction appropriés :
—– Le risque de transmission peut ainsi être réduit à moins de 5% si les femmes enceintes vivant avec le VIH reçoivent une prophylaxie ou un traitement contre le virus.

Chez les enfants des pays à revenu plus élevé, ces nouvelles infections sont quasiment inexistantes – il n’y a donc aucune raison que la situation soit différente dans les autres pays :
—– Dans les pays à revenu élevé, la transmission du VIH de la mère à l’enfant a quasiment disparu grâce à l’efficacité des dépistages et du conseil sur le VIH, à l’accès aux prophylaxies et aux traitements antirétroviraux, aux pratiques d’accouchement sans risque, à la régulation des naissances et à l’alimentation sécurisée des nourrissons.

graphique-vih

Chez les femmes en âge d’être mères, la prévention au VIH demeure le meilleur moyen d’empêcher la transmission aux enfants :
—– En 2009, selon les estimations, 15,9 millions de femmes âgées de 15 ans et plus vivaient avec le VIH dans le monde, et plus des trois quarts d’entre elles étaient en Afrique subsaharienne.
—– La prévention contre les nouvelles infections au VIH parmi les enfants, le diagnostic précoce et les traitements anti-VIH, pour les mères, leurs partenaires et leurs enfants réduisent les dépenses médicales et sociales à long terme.


Source : ONUSIDA