English version    Dimanche 11 Mars 2012
 
Accès par pays/région :  


connexion 
un oubli ?
 

Livres et auteurs du Bassin du CongoAppels d'offresGéopolitique africaineDéclaration de la montagne de la Table

Analyse-Elections
Mercredi 20 Juin 2007 à 07:00:00
db18443
(Congo-Brazza)

Le sort des poids lourds positionnés dans les circonscriptions électorales de l'hinterland

Presque tous les vétérans de la politique congolaise à l'exception d'un ou deux se sont portés candidats aux législatives à l'intérieur du pays. La plupart d'entre eux ont en fait retrouvé leur « ancienne » circonscription dans l'espoir que les électeurs qui les avaient élus hier répéteront leur choix. Mais il est probable que depuis 1992 et 2002 les choses ne sont pas restées en l'état.

Dans le département des Plateaux, après le retrait on ne peut plus élégant de David Charles Ganao de la politique active, la circonscription unique de Djambala départagera Pierre Ernest Abandzounou et Séraphin Onsuene. Le premier était jusqu'à une date récente considéré comme le dauphin du président de l'Union des forces démocratiques (URD). Depuis, leurs chemins ont divergé, Pierre Ernest Abandzounou ayant créé son parti, le Comité d'action pour la paix (CAP), qui fourbit ses toutes premières armes devant le représentant de son ex-mentor. Qui l'emportera ?

A Ngo, une autre circonscription unique des Plateaux, Auguste Célestin Gongarad Nkoua, leader de l'Union patriotique pour la démocratie et la paix, député sortant, croisera sur sa route Joseph Miokono Hondjuila qui gagna le siège en 1992 au titre de l'Alliance nationale pour la démocratie (AND). Il a lancé il y a quelques mois le Rassemblement des forces démocratiques (RFD). Sur les cinq concurrents de Ngo, la bataille de titans se passera ainsi entre ces deux hommes qu'on dit des cousins.

En retournant dans la circonscription de Goma Tsé-Tsé, dans le Pool, Bernard Kolélas, titulaire du siège en 1992, entend rééditer l'exploit contre seulement deux concurrents, dont celui du parti de NTumi, le Conseil national des républicains (CNR). A quelques kilomètres de là, à Kinkala, un autre enfant Kolélas, Parfait Guy Brice, affrontera neuf autres candidats. Sur le plan des effectifs, le Premier ministre Isidore M'Vouba, candidat du PCT n'aura que trois concurrents, mais Frédéric NTumi Bintsamou, lui, en aura neuf à Kimba, contre six à André Milongo à Boko.

A Mouyonzi, dans la Bouenza, Martin Mberri, sous la bannière de l'UPADS/Forces de rassemblement, est en présence de quatorze adversaires dont la députée sortante, Claudine Munari, qui n'est pas UPADS, mais indépendante, tandis que le parti a engagé Joseph Nkombo-Kitombo. A Loudima, Pascal Tsaty-Mabiala livrera un match à douze, alors que le député sortant Jacques Mouanda-Mpassi devra avoir les reins solides pour rendre la vie dure aux dix-huit autres candidats. Peut-être qu'à son tour Christophe Moukouéké rééditera son exploit de 1992 en remportant le siège. Mais attention, à l'époque il n'avait presque pas de concurrents.

Dans la Lékoumou, Joseph Kignoumbi Kia-Mboungou, qui bat pavillon UPADS, aura fort à faire avec une douzaine de challengers. Et à Sibiti, l'ancien ministre Jean Itadi pourrait ne faire qu'une bouchée de ses trois poursuivants moins volumineux.

Pour ce qui est du Niari, l'ancien président du Conseil national de transition, démissionnaire depuis peu de son poste de président de la Commission nationale des droits de l'homme et député sortant de Banda, Justin Koumba, du PCT, est surveillé par huit autres candidats. Match difficile également pour le sortant, Emmanuel Boungouandza, qui n'a pas que Paulin Makita, du même parti UPADS, comme adversaire. Même chose pour Pierre Damien Mbousoukou Boumba qui devra reconquérir son siège au nom de son parti, l'UDD (Union pour la défense de la démocratie), devant une quinzaine d'autres prétendants.

A Pointe-Noire, Jean-Pierre Thystère Tchicaya ne passera pas à Mvoumvou sans « terrasser » sept autres concurrents. Gabriel Bokilo ne se montrera pas dans l'hémicycle sans renvoyer quatre adversaires hors du ring à Mossaka. La compétition sera aussi très vive dans la Cuvette Ouest où la compétition s'annonce rude à Kéllé entre le député sortant, Philippe Mvouo, et l'ex-sortant Grégoire Lefouoba, tandis que Léon Alfred Opimbat garde l'espoir de revenir pour la quatrième fois à Mbomo.

Un autre lieu où la bataille électorale s'annonce tonitruante est le département de la Likouala où les députés sortants du PCT évincés par le parti ont multiplié les candidatures en qualité d'indépendants et sont sur le terrain. Mais à Dongou, Jean Marie Tassoua des Forces démocratiques nouvelles (FDN) jouera un match en « famille » avec le PCT et le Club 2002-PUR.

Tous comptes faits, les législatives du 24 juin ont emballé toute la classe politique congolaise. Et comme il convient d'être nuancé dans le jugement, disons que les absents, moins nombreux que prévus, attendent de voir si certains de leurs anciens collègues engagés dans le boycott des urnes ont eu tort ou raison de ne pas se mettre à l'écart du processus électoral.

Gankama N'Siah

Siège: Les Manguiers, 84 avenue Denis Sassou N'Guesso, Brazzaville, République du Congo - Bureaux en Europe: 38 rue Vaneau, Paris 7ème, France - Bureaux aux Etats-Unis : 1250 24th Street, Washington DC 20037 - Tél. : + 33 (1) 45 51 09 80 - Fax : + 33 (1) 45 51 03 06 - Site Internet : www.brazzaville-adiac.com - E.mail : redaction@brazzaville-adiac.com