English version    Mercredi 13 Juin 2012
 
Accès par pays/région :  
Recherche  :
 Recherche de dépêches par mots clefs
Dernière édition des Dépêches de Brazzaville

Téléchargez le quotidien au format pdf ...
Dernière édition des Dépêches de Brazzaville

EDITORIAL

Crise
Inutile de se mettre la tête dans le sable pour ne pas voir le danger telle l'autruche de la légende : la crise de l'euro a toutes les chances de s'amplifier dans les semaines et les mois à venir ainsi qu'en témoigne le gouffre dans lequel plonge l'Espagne après l'Irlande, la Grèce, le Portugal.
Editorial du Mar 12 Juin 2012

Dossier thématique: Les Dépêches de Brazzaville - Edition Kinshasa/international...Dossier thématique: Entretiens vidéo Salon du Livre 2012/art et culture...Dossier thématique: Brin d'Histoire/art et culture...Dossier thématique: OHADA/économie...Dossier thématique: Chronique juridique/société...Dossier thématique: Flash Santé/société...Dossier thématique: Chronique littéraire/art et culture...EDITORIAL

Élections législatives : le Rassemblement des forces pour la démocratie brigue près d'une trentaine de sièges
Élections législatives : le Rassemblement des forces pour la démocratie brigue près d'une trentaine de sièges

L'annonce a été faite par le président de ce parti d'opposition « modérée », Joseph Hondjuila Miokono, à l'issue du premier congrès extraordinaire, tenu du 9 au 11 juin à Brazzaville
Bulletin du Mar 12 Juin 2012

EDITORIAL

Spectacle : la compagnie Lisanga présente « Matricule 22 » à Brazzaville
En marge du festival des Rencontres itinérantes des arts de la parole et du langage (RIAPL) au titre de sa 8e édition, qui s'est clôturée le 10 juin sous une note de satisfaction générale, la troupe d'Orchy Nzaba a fait un clin d'œil au public
Bulletin du Mar 12 Juin 2012

EDITORIAL

Sommet Union africaine : après le renoncement du Malawi, le sommet se tiendra à Addis-Abeba
L'Union africaine (UA) a annoncé le 12 juin que le sommet de l'UA, initialement prévu à Lilongwe au Malawi, du 9 au 16 juillet, se tiendra à son siège à Addis-Abeba (Ethiopie) « après consultations de ses membres », a indiqué un communiqué officiel
Flash du Mar 12 Juin 2012

EDITORIAL

Insalubrité : ouverture à Kinkala du concours de la rue et du quartier propres et sans sachets
Le ministère des Affaires sociales a procédé le 9 juin au lancement officiel, à Kinkala, chef-lieu du Pool, du prix du président de la République pour la conservation du patrimoine social afin d'encourager les initiatives communautaires dans le domaine de l'assainissement de l'environnement
Bulletin du Mar 12 Juin 2012



connexion 
un oubli ?
 

Les pdf du journalGéopolitique africaine

Bulletin
Jeudi 13 Avril 2006 à 19:00:00
db13308

La nouvelle organisation politico-administrative mise en place à Pointe-Noire et dans le Kouilou

(De notre envoyé spécial à Pointe-Noire, Bruno Okokana). La nouvelle organisation politico-administrative du Congo scinde l’ancien département du Kouilou en deux départements distincts. Pointe-Noire, qui en était jadis la capitale, est devenue un département à part entière, tandis que l’ancien préfet du Kouilou a pris le titre de premier préfet. Ceci explique pourquoi l’intronisation du préfet du Kouilou ne pouvait avoir lieu à Pointe-Noire, mais à Madingou-Kayes dans les limites territoriales du nouveau département. Conformément à la loi, Pointe-Noire est donc devenue à la fois commune et département partageant ainsi le même espace territorial.

Le maire et le préfet exercent les compétences différentes. Il n’y a pas de confusion entre les attributions de l’un et de l’autre. Le premier représente la collectivité locale et le second, l’Etat, c’est-à-dire l’intérêt national. Les compétences respectives des autorités sont précisées dans les textes réglementaires. Chaque autorité exerce ses attributions dans les limites de ses compétences ; il en est de même pour les responsables des unités administratives décentralisés. Sous l’autorité du maire sont ainsi placés tous les services municipaux et sous l’autorité du préfet, sont placés tous les services extérieurs de l’Etat. Le préfet assure la tutelle de la commune en exerçant le contrôle a posteriori des actes de cette collectivité locale. Aucun préfet n’est subordonné à l’autre comme aucune collectivité locale n’est assujettie à une autre collectivité locale mais ils doivent tisser entre eux des liens fonctionnels garantissant le bon fonctionnement des différentes entités administratives.

Dans le cas précis du Kouilou, le préfet du Kouilou et le préfet du conseil départemental du Kouilou ont des rapports tutélaires. Le préfet veille à la légalité républicaine en assurant le contrôle à posteriori des actes du conseil. Le président du conseil dirige l’assemblée locale et exécute les délibérations qui sont prises conformément à la loi et dans l’intérêt de toutes les populations du Kouilou. La réussite de la nouvelle administration mise en place est conditionnée par le respect scrupuleux des textes et principes en vigueur. Son objet est fondamentalement le bien de tous.

Alexandre Honoré Paka intronisé préfet du nouveau département de Pointe-Noire Avec la nouvelle organisation administrative, le département de Pointe-Noire est dirigé par Alexandre Honoré Paka, tandis que le département du Kouilou est placé sous la direction de Fidèle Dimou. Tous deux ont été intronisés le même jour à Pointe-Noire et à Madingo- Kayes.

C’est le ministre d’Etat, ministre des Hydrocarbures, Jean Baptiste Tati Loutard, qui a présidée la cérémonie d’intronisation d’Alexandre Honoré Paka en présence du ministre de l’Administration du territoire et de la décentralisation, François Ibovi. Après avoir investi le premier préfet du département de Pointe-Noire, il l’a ceint de l’écharpe et lui a remis le drapeau national, symboles de la République et de commandement.

Prenant la parole pour son mot de circonstance, Alexandre Honoré Paka a saisi cette opportunité pour assurer le chef de l’Etat de son engagement en faveur du bien public. « La tâche est rude et complexe mais grâce aux efforts conjugués des Ponténégrins, nous garantirons des victoires futures, a-t-il ajouté. La Nouvelle Espérance, programme du chef de l’Etat, déjà en marche à Pointe-Noire, reste et demeure notre cheval de bataille et le guide de notre action à la tête du département de Pointe-Noire. Les chantiers du 44e anniversaire témoignent des avancées significatives de la Nouvelle Espérance. »

Poursuivant son propos, Alexandre Honoré Paka a précisé que le département de Pointe-Noire est régi par les lois et les règlements de la République et qu’il exercera ses missions dans le strict respect de la loi.

« Toutes les forces organisées qui oeuvrent pour le développement, l’épanouissement du département et pour la consolidation de la paix chèrement retrouvée connaîtront l’adhésion et l’appui inconditionnel de la préfecture de Pointe-Noire, a-t-il dit. En cette année charnière faillir n’est plus autorisé. Nous ferons de notre mieux pour que le flambeau du département de Pointe-Noire hissé ce jour demeure haut afin que soit renforcée la restauration de l’autorité de l’Etat dans la perspective d’un véritable état de droit où la bonne gouvernance et le respect des libertés doivent convaincre. »

Enfin, aux Ponténégrines et Ponténégrins, le nouveau préfet a souhaité que ne soit jamais trahi le slogan « Pointe-Noire havre de paix » où il fait bon vivre.

Orphelin à 4 ans, Alexandre Honoré Paka est né le 10 mars 1948 à Pointe-Noire, de Louis Bantoud et de Joséphine Loumbou. Nommé par décret présidentiel du 16 février 2006, il a été adjoint au maire de l’arrondissement 2 Mvoumvou de février 1979 à août 1984, puis reconduit de 1984 à 1989. Membre du comité central du Parti congolais du travail depuis le congrès de 1989, il est nommé commissaire politique de la région de la Lékoumou à Sibiti d’août 1989 à juin 1991. La conférence nationale souveraine vient en 1991 ralentir son ascension politique et administrative. Il s’attache au président Denis Sassou Nguesso, symbole de la paix, de l’unité nationale et du progrès social jusqu’au 15 octobre 1997. Au dernier congrès de 1990, en militant fidèle, Alexandre honoré Paka est élu membre du bureau politique du comité central du Parti congolais du travail. Le 31 décembre 1997, il est nommé préfet de la région du Kouilou puis préfet du département du Kouilou, poste qu’il va occuper jusqu’à sa nomination au cours du conseil des ministres du 18 janvier 2006, où il est placé sous le haut patronage du chef de l’Etat, aux fonctions de préfet du département de Pointe-Noire.

Fidèle Dimou intronisé comme premier préfet du nouveau département du Kouilou Après Pointe-Noire, le ministre de l’Administration du territoire et de la décentralisation, François Ibovi, a intronisé Fidèle Dimou préfet du département du Kouilou à Madingo-Kayes en ces termes : « Au nom du président de la République et en vertu des pouvoirs qui me sont délégués, je vous déclare à compter de ce jour, investi et installé dans vos fonctions de préfet du Kouilou. Je vous fait porter en conséquence l’écharpe et vous remet le drapeau national qui sont les symboles de la république et de commandement. »

Prenant la parole après son investiture, Fidèle Dimou a d’abord remercié le chef de l’Etat de l’avoir investi de sa confiance. Il a ensuite déclaré qu’il ne ménagera aucun effort pour entretenir cette confiance. « Dépositaire du pouvoir de l’Etat dans le département du Kouilou, je m’impliquerai pleinement dans l’application des lois et règlements de la République, dans l’intérêt général en me plaçant au dessus des considérations partisanes, a-t-il assuré. Je m’emploierai à œuvrer dans un esprit de neutralité et d’impartialité afin d’assurer le service public à l’égard de tous et dans les mêmes conditions quelques soient les convictions politiques te religieuses des uns et des autres. »

Parlant des moyens pour mener à bien son action, Fidèle Dimou a parlé de bonne volonté, d’imagination, de décentralisation et d’écoute des populations qu’il est venu servir. « Servir est mon premier devoir », a-t-il assuré.

Fidèle Dimou, qui entend appliquer le programme du chef de l’Etat dans le département du Kouilou, a invité toutes les populations de sa circonscription administrative dans leur diversité à se mobiliser afin de travailler pour le développement durable du Kouilou et la prospérité des générations futures. « Travaillons la main dans la main », a-t-il lancé avant d’ajouter : « Depuis quelques années, la bonne gouvernance locale se construit autour du couple déconcentration, décentralisation maillon d’une même chaîne autorités préfectorales et élus locaux. Tous solidaires, ils gagneront à agir en harmonie dans la limité de leurs compétences juridiques et dans l’intérêt du département du Kouilou en particulier et du peuple congolais en général. »

S’adressant au ministre Ibovi, il a remercié le gouvernement congolais qui vient de lui confier une lourde mission. « M’aimerais maintenant me tourner vers vous pour que vous soyez mon meilleur avocat auprès de l’institution que vous représentez ce jour ici », a-t-il dit, avant d’ajouter qu’une « mission comme celle-ci exige des moyens adéquats selon la formule : un homme, une mission, des moyens. Je sais d’avance compter sur votre soutien. » Fidèle Dimou n’a pas non plus manqué d’exprimer son admiration à son prédécesseur le préfet du Kouilou sortant, Alexandre Honoré Paka pour le laborieux travail abattu pendant huit ans à la tête de cette circonscription administrative.

Prenant la parole à son tour, le ministre de l’Administration du territoire et de la décentralisation a félicité Fidèle Dimou avant de rappeler aux autorités préfectorales, départementales et municipales en présence la nouvelle organisation politico-administrative du Congo qui scinde aujourd’hui l’ancien département du Kouilou en deux départements distincts. La loi, a-t-il complété, stipule bien que les autorités préfectorales représentent l’Etat alors que les autorités municipales représentent les collectivités locales. Enfin, il précisé qu’aucun préfet n’est subordonné à l’autre, comme aucune collectivité locale n’est assujettie à une autre.

Pour terminer, le ministre a invité les populations du Kouilou à soutenir l’action de Fidèle Dimou.

Précisons qu’avant d’occuper le poste de préfet du nouveau département du Kouilou, Fidèle Dimou a occupé le poste du chef de cabinet du vice-président de la cour constitutionnelle de 2004 à 2006. Consultant au secrétariat général du gouvernement de 2004 à 2006 il a été nommé directeur général de la Fonction publique de 1998 à 2004. Fidèle Dimou a également été directeur central, longtemps conseiller des ministres en charge de la fonction publique. Fidèle Dimou est né le 21 septembre 1957 dans le district de Mossaka, dans le département de la Cuvette.

Siège: Les Manguiers, 84 avenue Denis Sassou N'Guesso, Brazzaville, République du Congo - Bureaux en Europe: 38 rue Vaneau, Paris 7ème, France - Bureaux aux Etats-Unis : 1250 24th Street, Washington DC 20037 - Tél. : + 33 (1) 45 51 09 80 - Fax : + 33 (1) 45 51 03 06 - Site Internet : www.brazzaville-adiac.com - E.mail : redaction@brazzaville-adiac.com