Imparfaits, libres et heureux… vingt-six (1ère partie) | Les relations humaines positives

Imparfaits, libres et heureux… vingt-six (1ère partie)

(Les extraits que je donne proviennent du livre Imparfaits, libres et heureux de Christophe André. C’est un livre qui m’accompagne et qui accompagne surtout ma reconstruction… J’ai décidé d’en faire partager mes lecteurs parce que je pense que c’est un des meilleurs livres que j’ai lu pour se guérir de tout un tas de choses en rapport avec l’estime de soi ou la confiance en soi.)

Les lignes en bleues sont mes propres idées (à part bien sur les liens…)

 

La vie est parfois étrange n’est ce pas ? Ces coïncidences qui la parsèment, ces « hasards » (auxquels je ne croient pas d’ailleurs) qui nous font faire des choses particulières…

Je voulais aujourd’hui écrire un article sur la honte dans la rubrique « les qualités et les défauts« . Mais en même temps, je voulais écrire un article sur ce livre qui me passionne « Imparfaits, libres et heureux ». Et de quoi parle le chapitre que je voulais commenter ? La honte !!

Hé hé !! Les hasards de la vie tout de même !

La peur du ridicule et le combat contre la honte et les blessures d’amour-propre. 

« Les blessures de l’amour-propre sont fréquentes lors des problèmes d’estime de soi. Mais ce sont souvent des blessures déplacées, qui auraient pu être évitées, ou ne pas exister. Plus souvent liées à l’hypersensibilité de la personne qu’à la gravité ou à la réalité des « attaques » dont elle a pu être l’objet. »

Les émotions de l’estime de soi qui souffre. 

Les émotions associées aux difficultés de l’estime de soi sont appelés les émotions de la conscience de soi.

Ces émotions sont :

Les plus secrètes, car bien cachées au fond de soi sans signe extérieur.

Les plus indépendantes de déclencheurs externes car c’est sur l’interprétation que se fonde la honte que l’on ressent et non sur des faits réels grave.

Les plus liées à la présence des autres : L’amour-propre, c’est l’amour de soi sous le regard des autres (André Comte-Sponville)

De ces émotions on peut retenir l’embarras ou la gêne .Ce sont des émotions souvent liées à une mise en valeur que l’on voudrait plus humble comme lors de la présentation d’un chanteur sur une scène… à condition que celui-ci ne soit pas narcissique !

Ce sont des valeurs plutôt normales, lorsqu’on a une bonne estime de soi, on a le droit d’être gêné de l’opinion que les autres ont de vous surtout si celle-ci est bonne…

Ce qui l’est moins c’est le sentiment de ridicule que l’on peut avoir dans tout un tas de circonstances.

Pour l’avoir vécu à de nombreuses reprises, je sais à quel point c’est destructeur. Il y a des choses encore aujourd’hui dont je serais incapable de parler. J’ai parfois l’impression que ma vie a été parsemée de ce ridicule. Pourtant à bien des égards, la plupart de ces situations ne devrait pas déclencher ce sentiment, mais ce que l’on croit être le jugement définitif de l’autre est puissant… quand on y croit.. 

Manifestations et conséquences de la honte.

En psychologie, la culpabilité est souvent la cause de nombreux maux. Mais la honte fait autant sinon plus de ravage. « On se culpabilise de ce que l’on a fait, mais on a honte de ce que l’on est« . Or il est souvent plus facile de se pardonner des erreurs que l’on auraient fait que de se pardonner ce que l’on croit être au fond de soi.

La honte déclenche en nous ces films qui passent et repassent encore dans la tête alors même que parfois il n’y a pas de raison car les autres ne se seront pas aperçus de l’objet de cette honte… La honte ne « nécessite pas de faute morale pour survenir. Un simple sentiment d’avoir failli, de ne pas avoir été à la hauteur peut suffire. »

Or la honte dépend de ce qu’on imagine « être à la hauteur ». Et comme on a une estime de soi basse, notre échelle de mesure est faussée…

Le sentiment de honte peut provoquer de la violence. Non seulement sur les autres (vouloir se venger de l’affront de quelqu’un) mais aussi sur soi (j’ai tellement honte de ce qui s’est passé que je veux me suicider).

 

 

 

3 Commentaires sur “Imparfaits, libres et heureux… vingt-six (1ère partie)

  1. Pingback: Les qualités et les défauts : aujourd’hui : la honte | Les relations humaines positives

  2. Bonjour Dominique,
    Merci de ce partage,
    J’attends la suite…
    Luc Mister-no-stress

    • Bonjour Luc,

      Merci de ces encouragements, la suite viendra, ne t’en fait pas, je n’abandonnerais pas un travail aussi passionnant que la lecture et le partage d’un tel livre… ;-)
      Et bien sur n’hésite pas à revenir, à t’inscrire, il y a déjà beaucoup de choses à lire… et de plus en plus dans l’avenir…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Aide

WordPress theme: Kippis 1.15

Annonces via Affiliation Totale