1921-1922

1922-1923

1924-1925 calendrier

1924-1925

1926-1927 Finaliste Midi Pyrénées
1927-1928 Champion Midi Pyrénées

1927-1928 Champion de France 2éme serie

1936-1937

1936-1937 Stade Lavelanetien Castelnau-Durban

1937-1938

1943-1944

1944-1945 Champion Midi Pyrénées 2 ème serie

1946-1947 Stade Lavelanetien Auch

1946-1947 Stade Lavelanetien Perigueux
1948: Honneur Champion de France
1952: Photo équipe

1952: Finale Challenge Rutheford
1953: 1 ère Division ½ finaliste du Championnat de France
1955: 1 ère Division ¼ de finale du Championnat de France
1966: Finaliste du Championnat Des Pyrénées
1968: Champion des Pyrénées

1969: Retour parmi l'élite

1972: Lavelanet Nice

1975: Lavelanet Béziers
1981: Fédérale B Champion de France

1990: Photo équipe
1998-1999 : Honneur Remontée en Nationale 3
         ¼ de finaliste du Championnat de France
         ½ Finaliste des Pyrénées
2000-2001: Remontée en Nationale 2
2001-2002: Remontée en Fédérale 1
         ½ Finaliste du Championnat de France
2002-2003:
Photos du match Lavelanet Saint-Paul-les-Dax saison 2002-2003
         (Photos du CLUB PHOTOGRAPHIQUE DU PAYS D'OLMES merci à eux)
2003-2004  photo equipe  

2004-2005  résultats photos

2008-2009  Photos équipe

2009-2010  Photo équipe

2010-2011  Photo équipe

 

 

1971 - Debout:  Thierry M (président), Sanchez, J.Jean, Gay, Vedel F, Bach, Bernatas, André Lannes, J.L Bach, Laffont,  Alzieu C,
Assis: Parache, Molas, Bellicchi Alain, Monié (capitaine), Paparil, Géraud, Rouzaud, Durand, Tisseyre (entraîneur)

1969 - Lavelanet - Toulon

 

 Les début du club

Le rugby aurait fait sa première apparition en 1906 à Lavelanet. Les pionniers de ce sport sont des personnes du cru. Elles jouent le dimanche sur la prairie de Monsieur Bastide en face la gare. Mais ce n'est que dans les années 1920-1921 que Monsieur Ulysse Joucla, ancien joueur prend la présidence du club. Le nouveau terrain est à "Fount-d'Aché". Les premiers maillots sont blancs à parements bleu-ciel. Ils laisseront leur place aux couleurs jaune et noir à l'époque ou le club est entraîné par un véritable meneur d'homme Monsieur Félix Dukacinsky. Celui-ci insuffle à ses troupes le goût de la victoire qui leur permet de jouer le premier quart de finale des Pyrénées de cinquième série. Carmaux les élimine par 3 à 0.

PREMIERES VICTOIRES EN CHAMPIONNAT

L'année suivante, le stade échoue à nouveau en demi-finale contre son rival Carmaux par 6 à 3. En 1922 -1923, classé second dans le championnat des Pyrénées, il accède au championnat de France, mais les matchs se jouent loin du Pays d'Olmes. Le stade perd la rencontre devant le Navarre Athlétic Club, sur le terrain du champ sur Drac. A la fin de la saison 1926-1927, les jaunes perdent leur première finale des Pyrénées contre leur rival Carmaux 16 à 6.
En 1927-1928 que le club entre dans l'histoire, en gagnant le championnat des Pyrénées et la finale de deuxième série du championnat de France : Tisseyre, Rousse, Monié, Pousse, Allabert, Peyronnet, Rouquet, Surjus, Bouychou, Louis Chaubet, A. Chaubet, Serrus, Bigou, Laporte, Cousteau, Fois, Rouzeau font le doublé. Ils sont champions de France en battant Vichy par 22 à 0 à Agen.

PREMIER TITRE DE CHAMPION DE FRANCE

En 1943, Monsieur Jean Escollier succède à la présidence de Monsieur Guiraud. Il apporte au Stade un nouveau souffle, et lui fait gravir les échelons les uns après les autres. Le Stade gagne ses lettres de noblesse et se hisse au plus au niveau de son histoire. En 1945, les Bellondrade, Gallard, Taffine, A. Laporte, Basset, Pison, Ferré, Mendes, " Paolino ", Allabert, " Carabinn " Cubilié, Grauby, Sanchez, Sarda, Bigou, Borios, P. Vidal, Léris, Pont, gagnent la finale du championnat des Pyrénées de deuxième série.
La saison 1947-1948, voit arriver Monsieur Alex Bioussa du Stade Toulousain comme entraîneur. Des nouveaux joueurs viennent s'ajouter, et aider le club à sortir d'une poule composée de Hendaye, Millau, le métro de Paris etc ... .En quart de finale à Auch, ils dominent très largement Bagnère par 12 à 3. Le demi de mêlée Sarda marque un essai, les autres points sont à l'actif du flanker Roger Cubilié, 2 essais, un drop. Le 2 mai en demi-finale à Marmande, le stade Lavelanétien est opposé au Stade Rochelais. Lavelanet vient à bout de son rival pour l'emporter tout de même par 6 points marquées par l' ailier Jean Labadie. Une semaine après, le 9 mai 1948 le Stade Lavelanétien est sacré champion de France honneur contre Carmaux.

UNE AVENTURE EN PREMIERE DIVISION

La saison suivante, le Stade Lavelanétien évolue en première division. Les matchs sont de plus en plus durs. Le Stade arrive à se maintenir. Au début des années 1950, le nouvel entraîneur est Monsieur Gabarrot En 1952, Lavelanet enlève le titre du challenge Rutherford à Limoges contre le Racing Club de France . Pour Lavelanet, un essai de Villerouge , une transformation de Noé contre un essai de Desclaux.
Aldo Quaglio, Marquier, Cabanas, Nègre, le retour de Noé et les autres joueurs font du Stade Lavelanétien, une belle équipe et l'année 1952-53 confirme la précédente. Le stade joue les phases finales de 1° division. Après avoir éliminé Pau à Perpignan dans les dernières minutes de- la rencontre, Lavelanet affronte en demi-finale Mont de Marsan à Tarbes. Ils sont éliminés de la course au Bouclier de Brennus. A la fin de la saison 1954-55, le stade accède à nouveau aux phases finales : Béziers est battu en seizième 3 à 0,  en huitième c'est au tour de Toulon de passer à la trappe 13 à 0, en quart, Romans met fin à la belle aventure . Les années suivantes deviennent de plus en plus difficiles, Lavelanet est devenu l'équipe à battre.

UN NOUVEAU DEFI JOUER EN PREMIER DIVISION

La saison 1959-1960 met un terme à la première division, le stade s'enfonce dans la grisaille de la deuxième division. Monsieur Paul Laffont prend la destinée du club. Une nouvelle génération de joueurs va donc essayer de relever le défi. Parmi eux, un jeune prodige doué d'un super talent, Louis Monié formé au foot, il devient un'/2 d'ouverture exceptionnel. Le Stade entrevoit le bout du tunnel en 1966. Il est finaliste du championnat des Pyrénées. c'est à la fin de la saison 1967-1968 qu'il est champion des Pyrénées et les phases finales l'emmènent vers la montée. En seizième à Vic Fezensac, Lavelanet bat Sarlat 14 à 6, en huitième à Mazamet au Stade de la Chevalière, les hommes de Tisseyre : Gay, Labéda, Pautou, Girbas, Bach, Vedel, Daynié, Cubilié, Léonard, Monié, Lesigne, Molas, Garros, Sicre, Rouge l'emportent sur Montpellier 6 à 0, deux pénalités de Molas donnent à Lavelanet le droit de rejouer en première division.

LAVELANET EN GROUPE A

La saison 1970-1971 est celle d'un nouveau président: Michel Thierry, de l'arrivée d'André Lannes, et d'un ouvreur venu d'Angleterre Shackelton. A la fin de la saison 1970/71, Lavelanet sort de la poule, mais est éliminé en huitième de finale de première division par Béziers sur le score de 16 à 6. L'année 1972-1973, Toulon lui réserve la même leçon à Aurillac en seizième 19 à 10. C'est les débuts d'un grand espoir qui lui aussi restera fidèle au club : Didier Merlos.

En 1974-1975, c'est autour de Narbonne de faire subir la même punition à Carcassonne en battant Lavelanet sur le score de 9 à 3. A la fin de la saison 1977-1978, le Stade redescend en deuxième division. L'année suivante voit arriver de jeunes talents issus du club : Philippe Bonhoure (international junior), Jacques Palacios (international junior et militaire), Patrick Estève qui deviendra le TGV de l'équipe de France avec 34 sélections, Thierry Merlos (international A) qui évolue en équipe fanion depuis deux saison. Le Stade remonte en groupe B en battant le voisin Foix sur le score de 7 à 6 à Pamiers.

UN DEUXIEME TITRE DE CHAMPION DE FRANCE

La saison 1980 - 1981 sous la présidence de Mr Jouap Julien, la fédérale B est championne de France face à Saint-Egrève sur le score de 29 à 6 à Frontignan. Cette belle victoire vient clôturer une saison pendant laquelle les joueurs sont invaincus en championnat de poule.
A la fin de la saison 1984, le stade échoue à Bègles en 1/4 de finale contre le Racing club de France des Rives et Paparemborde. De jeunes espoirs formés au club évolue depuis une ou deux saisons dans cette équipe, Patrick Borios (international junior et scolaire), Michel Audabram (international junior et militaire), Jean Paul Salette (international junior et militaire), Gérard Allabert, Patrick Authie. L'année suivante est la bonne à Nîmes face à Bourg en Bresse, le stade remonte en groupe A.Depuis 1987, Lavelanet se maintient en groupe B. Il perd ses pièces maîtresses. Le président Claude Alzieu laisse sa place, André Larmes range les crampons. En 1992-1993, le Stade perd l'équivalent de deux équipes. Les frères Morantes émigrent à Colomiers, Jean Louis Jordana à Pau, Stéphane Sanchez à Montférrand et tous les autres vont faire le bonheur des clubs voisins.

DESCENTE EN DIVISION HONNEUR

En 1994-1995, le maintien est assuré de justesse, et durant l'intersaison les effectifs continuent de fondre comme neige au soleil et la spirale infernale, nous entraîne à nouveaux vers le bas de l'échelle. 1997-1998: sous la coprésidence Joseph Roumieux, Patrick Esteve, la saison est pleine de rebondissement. Didier Merlos, Dominique Soubrié entraînent l'équipe fanion. Le 19 avril, le stade accède à la fédérale 3 sur le terrain de Limoux face aux catalans de Pollestres sur le score sans appel de 40 à 3. Cinq essais sont marqués. Le stade échoue ensuite en '/2 finale du championnat des Pyrénées face à Tournefeuille sur le terrain d' Auterive et en '/z finale du championnat de France honneur face à Beaumont de Lomagne sur le terrain de Graulhet.

RETOUR EN ELITE AMATEUR

En mai 2000, sur le terrain de Montréjeau, Lavelanet l'emporte devant Vic Bigorre, et remonte en fédérale 2. Deux ans après, sur le terrain de Foix, le club accède à la fédérale I en battant son voisin de Quillan, et perd en 1/2 finale à Lourdes contre St Sever sur le score de 21 à 16.