Il n’y a pas de nouvelle procédure judiciaire visant Nicolas Sarkozy. Le parquet de Paris a démenti, ce mardi, les affirmations du Parisien, qui écrivait dans son édition du matin que le procureur de la République de Paris avait ouvert «en toute discrétion» début juillet une enquête préliminaire sur «un système de fausses factures présumées» similaire à celui de l’affaire Bygmalion, mais portant cette fois sur la campagne de 2007. Le quotidien affirmait qu’un prestataire était impliqué, que des frais de campagne avaient été «frauduleusement» imputés à l’UMP, et qu’une première perquisition avait eu lieu le 8 juillet.

Mais selon des sources concordantes, l’information du Parisien était fausse. «Le parquet de Paris n’a ouvert aucune enquête préliminaire ni information judiciaire concernant la campagne présidentielle de 2007 de Monsieur Nicolas Sarkozy», a indiqué le parquet dans un communiqué ce mardi matin. Deux sources proches du dossier ont confirmé à Libération que l’enquête évoquée par Le Parisien n’existait pas. Un porte-parole du Parisien nous a indiqué que la direction de la rédaction du quotidien ne faisait «pas de commentaires pour le moment».

Deux enquêtes en cours

Le parquet de Paris a rappelé qu’il n’y a que deux affaires visant le financement politique de Nicolas Sarkozy. Le 27 juin dernier, une information judiciaire contre X a été ouverte dans l’affaire Bygmalion pour «faux et usage de faux», «abus de confiance», «tentative d’escroquerie»et recel de ces délits, au sujet des fausses factures présumées réglées par l’UMP pour financer la campagne présidentielle de 2012. Le 2 juillet, une enquête préliminaire pour «abus de confiance» a été ouverte au sujet du paiement par l’UMP de la pénalité de 363 615 euros infligée à Nicolas Sarkozy suite à l’invalidation de ses comptes de campagne.

Cette vraie fausse information permettra à Nicolas Sarkozy de se poser à nouveau en victime, alors qu’il est cerné par les procédures judiciaires (Bygmalion, affaire des écoutes, arbitrage Tapie, sondages de l’Elysée, possible financement libyen de la campagne de 2007…), et qu’il entretient le suspense sur sa possible candidature à la présidence de l’UMP, sur laquelle il annoncera sa décision fin août ou début septembre. Concernant les affaires, l’ancien chef de l’Etat avait plaidé son innocence lors d’une interview accordée à TF1 et Europe 1 le 2 juillet. Il s’était dit victime d’une «instrumentalisation politique» de la justice.

Yann PHILIPPIN et Violette LAZARD
Sarkozy face à la justice