Samidare : Sauver le monde pour mieux le détruire

HOSHI NO SAMIDARE volume 1HOSHI NO SAMIDARE volume 1
© SATOSHI MIZUKAMI 2006

Un beau matin, Yuhi se lève de son sommeil, découvrant sur son lit un lézard. L'animal lui parle alors, se présentant comme Lord Noy Crezent, chevalier venu protéger sa princesse des forces du mal et implorant le héros de lui apporter son soutien. Lui, pragmatique, décide de le jeter par la fenêtre pour être tranquille. Mais ça ne sera pas suffisant pour rester normal !

Car très vite le héros se découvre des pouvoirs télékinésiques, fait la rencontre de monstres de boues surpuissants qui veulent l'écraser, constate que la planète Terre toute entière est menacée par un marteau géant voguant dans l'espace et, pire que tout, se rend vite compte que sa charmante voisine est en réalité la princesse que le chevalier lézard est censé protéger ! Cette jeune fille, nommée Samidare, a son objectif bien à elle : conquérir la Terre et la détruire de ses propres mains, un plan auquel le marteau géant fait de l'ombre. Charmé par sa détermination, Yuhi décide alors de faire ce que chacun aurait fait à sa place : jurer de la servir et de l'aider dans cette quête.

HOSHI NO SAMIDARE volume 1Samidare expliquant ses motivations.
© SATOSHI MIZUKAMI 2006

Samidare, de son nom original Hoshi no Samidare, est l'œuvre de Satoshi Mizukami et a débuté au Japon dans le courant de l'année 2006. Composée de dix volumes, c'est chez Ototo (maison d'édition liée à Taifu Comics) qu'elle est publiée en France depuis avril dernier avec la sortie du premier tome.

La première chose qu'on peut constater c'est que ce tome 1, se fera un malin plaisir à tromper ceux qui pouvaient s'attendre à un shōnen « classique ». On est ainsi dès les premières pages confronté à un héros cynique et misanthrope, qui n'est que rarement surpris des manifestations fantastiques dont il fait la découverte et dont l'ambition semble surtout être de continuer à tout prix une vie normale. De plus, les combats et les pouvoirs extraordinaires y prennent une place au final extrêmement mineure, l'auteur préférant se consacrer au développement du héros et surtout de sa relation avec Samidare, la princesse obstinée aimant tellement la planète Terre qu'elle veut la détruire...

HOSHI NO SAMIDARE volume 1Ma Terre, je la veux à la coque.
© SATOSHI MIZUKAMI 2006

Et le moins qu'on puisse dire c'est que tout cela est très bien fait ! Les deux héros sont extrêmement attachants et l'histoire avance à très bon rythme, ne perdant jamais de temps. Ces deux facteurs font de la lecture du tome 1 de Samidare une lecture intense, passionnée. L'histoire arrive déjà à nous émouvoir, avec un chapitre six assez poignant, qui peut faire tirer une larme aux plus sensibles d'entre nous. Le ton est sérieux, sans être trop grave, et des thèmes assez lourds sont traités avec justesse. C'est là aussi une très bonne surprise, et on était jusque là assez peu habitué à voir un premier tome autant s'affirmer au niveau des sentiments et de l'émotion. C'était un pari risqué de la part de l'auteur, mais celui-ci est brillamment réussi.

Graphiquement, le manga est assez déstabilisant. Les décors sont assez vides, peu détaillés et certains visages ont un trait plutôt maladroit, rendant à l'occasion les personnages assez laids. Mais à coté de ça, il semble évident que certaines pages ont fait preuve d'un énorme soin, et sont d'une réelle beauté, avec des visages détaillés et charismatiques et des plans extrêmement bien pensés, bien travaillés. Comme si l'auteur avait décidé sciemment de « bâcler » certaines pages pour se dédier à d'autres, donnant un résultat ou le beau côtoie le pas terrible d'une page à l'autre. Et cela offre la qualité de rendre les pages « importantes » d'autant plus mémorables.

HOSHI NO SAMIDARE volume 1Simple, mais efficace
© SATOSHI MIZUKAMI 2006

Plus généralement l'auteur se débrouille bien pour offrir aux personnages une galerie d'expressions faciales vraiment réussies et parfois très drôles pour les scènes les plus amusantes. Et on appréciera également les illustrations de début de chapitre, très jolies et remplies de classe.

Bref. Avec ce premier tome, Samidare: Lucifer & The Biscuit Hammer s'affirme comme une très belle révélation. Derrière son aspect graphique inégal se cache une histoire tendre, qui s'affranchit de manière intéressante des codes du shōnen fantastique, sait parfaitement faire la balance entre moments drôles et émouvants et qui surtout s'affirme grâce à ses deux excellents personnages principaux, dont la relation saura piquer l'intérêt de tout lecteur. On attend avec impatience les tomes suivants pour voir si le récit saura rester sur cet élan, et on espère que ça sera le cas car ce petit conte de destruction du monde peut donner quelque chose d'excellent.

Damien "Amo" Bandrac