LES HERAUTS



En plus des chevaliers et des mercenaires, un autre personnage a un rôle important durant les batailles et cette personne est le héraut. A l'origine le héraut est un fonctionnaire au service d'un prince ou d'un seigneur. Officiers de l'armée au même titre que les cavaliers ou les fantassins, leur rôle n'est pas de se battre mais de rendre compte, de surveiller, de gérer la bataille et son déroulement. En effet, ces hommes doivent compter les morts en les identifiant, c'est à dire en notant à quel camps ils appartiennent ; ils doivent aussi désigner le vainqueur d'un affrontement que ce soit dans le cadre d'une guerre ou d'un tournoi. Lors de ces manifestations ils décrivent pour les spectateurs les principaux faits d'armes des participants et ils annoncent l'entrée en lice d'un chevalier au son de la trompe.

Les hérauts doivent tout connaître de l'art de faire la guerre et leurs différentes fonctions découlent de ce savoir. Ils doivent se renseigner sur tous les affrontements en cours, y assister et y désigner le vainqueur. De plus, ils veillent à ce que les soldats respectent le code de la chevalerie et ils remarquent les exploits éventuels des guerriers pour, ensuite, désigner, pour chaque génération, "le meilleur chevalier du monde".

 

Attachés à un seigneur, lors d'un combat, ils doivent être à ses côtés et lui indiquer quel est son adversaire car il ne faut pas oublier, qu'au Moyen Age, une bataille est quelques fois faite de plusieurs affrontements totalement différents les uns des autres. De même, ils doivent guider les soldats de leur camps en leur désignant leurs adversaires par leurs blasons. Pour remplir cette fonction, les hérauts ont besoin d'acquérir un savoir technique très important qui est la science du blason. Ainsi, aux XIV et XV siècles, les hérauts sont devenus de véritables spécialistes en blason. Enfin, ils servent aussi de messager d'un camp à l'autre.

Le rôle de ce personnage devint très important et reconnu en tant que tel à partir de la guerre de Cent Ans car ils secondaient les chefs militaires. A ce moment-là, être héraut devint une véritable carrière. Le plus souvent, ces personnages ne sont pas des nobles mais la plupart, au terme de leur carrière, sont récompensés par une lettre d'anoblissement (acte écrit par lequel le roi donne à un homme, pour service rendu à la couronne, le titre de noble).

 

De toute façon, même si certains hérauts n'acquièrent pas le titre de noble, ils ont tous une haute idée de leurs fonctions. Au fil du temps, la façon d'être du héraut devint une véritable culture nécessaire à tout noble qui veut être considéré en tant que tel. Devant cet engouement pour leur office, de nombreux hérauts devinrent écrivains en rédigeant des livres qui rassemblaient tout l'armement des différents gentilshommes et de leur maison. Certains, connaissant parfaitement certaines guerres ou batailles, se firent même historiens.

Ainsi, experts en armement et en science du blason, arbitres de guerre, messagers, guides pour chevaliers mais aussi nobles, écrivains et même historiens ; la définition des héros peut être celle donnée par Philippe Contamine : "spécialistes de la communication".

Retour au début de la page

Retour au sommaire