Retour à l'accueil
Galerie Photo
Liens
Le Livre d'Or
Plan du site
Crédits
Contactez-nous
Moteur de recherches


Edmond Debeaumarché

Alias : "l'ami"

Edmond Debeaumarché est né le 15 décembre 1906 à Dijon.

Il se destine à l'aviation mais doit briser sa vocation de pilote, sa vue étant trop faible. Il entre alors par concours aux PTT.

Mobilisé en septembre 1939 en qualité de sergent radio dans l'Armée de l'Air, il est démobilisé en juin 1940 et, refusant la défaite, entreprend ses premières actions de résistance.

Dès 1940, il organise le transport du courrier zone nord, zone sud, au moyen de wagons ambulants et imagine de cacher le courrier dans les tuyaux de chauffage des wagons.


Edmond Debeaumarché

Ces transports se font au profit du réseau du colonel Rémy la Confrérie notre Dame. Parallèlement, il héberge des patriotes poursuivis par la Gestapo.

Membre actif de l'Etat-major PTT à partir de l'été 1943, il est l'un des collaborateurs directs d'Ernest Pruvost, chef national de ce groupement.

Placé sous les ordres de Simone Michel-Lévy, il devient la cheville ouvrière du transport et de l'acheminement du courrier de Londres.

En novembre 1943, à la suite du départ de Pruvost recherché par la Gestapo et de l'arrestation de Simone Michel-Lévy, il prend la tête du mouvement de l'EMPTT.

Parcourant la France entière, il crée des noyaux actifs dans les centres d'importance moyenne. Il montre, dans cette prospection minutieuse et pleine de dangers, des qualités d'animateur et de chef.

Rentré à Paris, il met au point, en accord avec Pruvost, éloigné, mais toujours en contact, le plan complet du sabotage des télécommunications de l'ennemi et du contre-sabotage des stations importantes susceptibles de servir les armées alliées (plan "Potard", plan "Violet").

Il réussit à se procurer les trois codes secrets de Darnand et de la Milice. Avec l'aide d'Horvais, il se procure la copie de tous les télégrammes chiffrés qui transitent par le central télégraphique de Paris. La traduction de ces documents est communiquée chaque jour au capitaine Portalis (alias Billy), du service de renseignements interallié.

Arrêté le 3 août 1944, à la gare Montparnasse, Debeaumarché Debeaumarché est interrogé très durement par la Gestapo de la Rue des Saussaies. Les coups répétés qu'il reçoit lui font perdre connaissance mais il refuse de donner les noms des camarades de son organisation. Il est ensuite interné à Fresnes.

Déporté le 15 août 1944, à Buchenwald, il est bientôt expédié à l'usine souterraine de Dora où s'effectue le montage des V1 et V2. Se donnant pour ingénieur électricien, il participe à la fabrication des V1. Accusé rapidement de sabotage, il est condamné à mort le 11 novembre 1944. La sentence n'est pas immédiatement exécutée. Mis au secret, il est accusé de complot antinazi.

Transféré à Bergen-Belsen, il est libéré par l'avance des Alliés le 15 avril 1945 et rapatrié en France.

Après la guerre, le lieutenant-colonel de réserve (Transmissions), Edmond Debeaumarché est membre de l'Assemblée consultative de 1945.

Il est ensuite directeur adjoint du cabinet du ministre des PTT et termine sa carrière en qualité d'Inspecteur général au ministère des Anciens Combattants.

Il est également Président de l'UNADIF (Union nationale des Associations de Déportés, Internés et Familles de Disparus).

Edmond Debeaumarché est décédé le 28 mars 1959, à Paris, ses obsèques ont été célébrées dans la cour d'honneur des Invalides. Il a été inhumé à Dijon.


• Grand Officier de la Légion d'Honneur
• Compagnon de la Libération - décret du 19 octobre 1945
• Croix de Guerre 1939-45 avec palme et étoile d'argent
• Medal of Freedom
(USA)

 

Dernière mise à jour : le 25 octobre 2007
Contacter le webmaster