Dans cette rubrique (qui sera complétée au fur et à mesure), nous donnons l'étymologie et l'origine des termes mathématiques les plus courants. Comme notre site est conçu pour être accessible à tous (excepté peut-être la partie "Axiomatiques"), nous nous arrêtons au vocabulaire utilisé au Collège et au Lycée.

Pour l'instant, vous ne trouverez que les termes principaux trouvés en classe de Sixième. Les autres termes viendront ultérieurement.

 

A

B

C

D

E

F

G

H

I

J

K

L

M

N

O

P

Q

R

S

T

U

V

W

X

Y

Z

 

A

 

Abscisse

Du latin abscissa : abscissa linea (ligne coupée), de abscidere (couper). Terme dû à Leibniz (1646-1716)

Addition

13ème s. Du latin additio, de addere (ajouter). Sens arithmétique au 15ème s.

Aigu

13ème s. Du latin acutus (pointu).

Aire

Du latin area (surface, sol uni, espace).

Angle

12ème s. Du latin angulus, de la racine sanskrit ank- ou ang- qui évoque l’idée de courber. Cette même racine a donné agkôn (coude) et agkylos (recourbé), d’où les termes ankylose et ancre en français.

Appartenir

Du latin populaire appartinere, du latin classique appertinere.

Arc

Du latin arcus.

Arête

12ème s. Du latin arista (barbe d’épi, puis arête).

Arrondi

13ème s. Du latin rotundus, de rota (roue). Arrondir, c’est rendre rond. On retrouve cette étymologie dans les expressions "ça fait ... francs tout rond", "Arrondir les angles".

Axe

Du grec axôn (essieu) qui a donné en latin axis.

Avant Euclide (vers 300 avant J.-C.), axe avait le sens concret d’essieu d’un char. Les premiers textes où axe prend un sens géométrique sont d’Aristote (384-322 avant J.-C.) Alors que pour Platon (428-348 avant J.-C.), l’axe du monde s’appelle encore polos (pivot sur lequel tourne une chose).

 

B

 

Base

Du grec basis (marche, point d’appui).

Bissectrice

19ème s. Du latin bis (deux fois) et du latin sector (celui qui coupe).

Ce terme est d’usage récent mais le substantif bissection a longtemps désigné, et jusqu’au milieu du siècle dernier, la division d’une figure en deux parties d’égale étendue.

 

C

 

Calcul

15ème s. Du latin calculus (caillou servant à compter).

On a retrouvé des calculi datant de 20000 avant J.-C. sur lesquels sont gravés des traits ou des petits trous de formes différentes et qui sont des preuves des premiers systèmes de numérations figurées. On raconte aussi que les premiers bergers construisaient un petit tas de cailloux afin de compter leurs moutons. En rentrant ou en repartant de la bergerie, ils formaient un nouveau tas en prenant, à chaque passage d'un mouton, un des cailloux du premier tas. Si un des cailloux du premiers tas restait, c'est qu'il manquait un moutons. 

Cent

Du latin centum.

Centi-

Du latin centesimus (centième).

Centre

Du grec kentron (aiguille, pointe) qui a donné centrum en latin.

Cercle

12ème s. Du latin circulus, dérivé de circus (cercle). Même origine que cirque. Le nom du cercle en grec est kyklos (roue) qui a donné en français cycle, d’où les termes bicyclette ou hémicycle.

Chiffre

Même origine que zéro. Du sanskrit sunya (vide) qui a donné sifr en arabe puis cifra ("signe numérique" ou "convention secrète") en italien et cifre en ancien français.

Cinq

Du latin populaire cinque, du latin classique quïnque.

Circonférence

1265. Du latin circumferentia, de circumferre (faire le tour).

Circonférence est le mot d’origine latine pour signifier la même chose que le mot grec periphereia (périphérie), de peri (autour) et de pherein (porter). Il fût utilisé par Euclide puis Archimède pour désigner un cercle ou un arc de cercle.

Comme on le retrouve dans l’expression "circonférence d’une ellipse", circonférence a d’abord voulu dire "ligne qui entoure" : "Il nous faut un roi qui soit gros et gras comme quatre, un roi d’une vaste circonférence, et qui puisse remplir le trône de la belle manière." (Molière, L’impromptu de Versailles, 1663). Ensuite, ce terme a été employé de manière abusive à la fois pour désigner le cercle, ou tout autre courbe fermée, mais aussi leur longueur. Aujourd’hui, il tombe en désuétude.

Circulaire

1260. Du latin circulari.

Compas

12ème s. Du latin compassare (mesurer avec le pas), du latin pas (pas) qui a donné le verbe compasser.

On retrouve dans l’étymologie de compas une de ses utilisations premières qui est de mesurer et de reporter des longueurs.

Corde

Du grec khordê (boyau) qui a donné chorda (corde à boyau d’instrument de musique) en latin.

Corde trouve son origine dans le mot grec qui désignait les cordes de la lyre, faites de boyaux de moutons nettoyés, tendus et séchès.

Coordonnée

1754. Dérivé du mot ordonnée, du latin ordinare (mettre en ordre). Terme dû à Leibniz en 1692.

Côté

Du latin costatum (partie du corps où sont les côtes) qui a donné costet puis côté.

Courbe

Du latin populaire curbus, du latin classique curvus.

Cube

13ème s. Du grec kybos (dé à jouer) qui a donné cubus en latin.

Par analogie avec la "quadrature de surface", on a longtemps parlé de "cubature de volume".

 

D

 

Déca-

Du grec deka (dix).

Déci-

Du grec decimus (dixième).

Degré

11ème s. Du latin gradus (qui marche, qui se déplace). Même racine que pour progrès, congrès et grade. Jusqu’au 17ème s, degré a voulu dire "escalier".

Demi

Du latin dimedius, de medius (qui est au milieu).

Dénominateur

1484. Du latin denominator (celui qui dénomme).

Deux

1080. Du latin duo.

Le deux n’a pas toujours été considéré comme la première forme de pluriel. On retrouve cette idée, en sanskrit, en grec ancien, en arabe et en hébreu, où il existe des formes grammaticales "duelles" différentes du singulier et du pluriel. En arabe, par exemple, on dit radjulun pour un homme, radjulani pour deux hommes et ridjalun pour plus de deux hommes.

Diagramme

1584. Du grec diagramma (dessin) qui s’employait pour désigner l’échelle des sons.

Diamètre

13ème s. Du grec diametros, de dia (à travers) et de metron (mesure) qui a donné diametrus en latin.

Comme le suggère son étymologie, diamètre a surtout le sens de ligne définie par rapport aux propriétés de certaines figures, c’est-à-dire de mesures égales de part et d’autre de cette ligne. Ainsi, ce terme a d’abord été utilisé chez les grecs, puis plus tard par Pappus (3ème s.) ou Oresme (14éme s.), pour désigner la diagonale d’un quadrilatère ou l’axe de symétrie de certaines courbes comme les coniques.

Différence

12ème s. Du latin differencia, de deferre, de ferre (porter) et di (préfixe marquant la séparation). Cette étymologie rend compte des deux sens du mot "différer" : "être différent" ou "reporter, éloigner un événement". L’idée principale est celle d’un écart.

Disque

1556. Du latin discus (palet) qui s’est dit de certains objets plats et circulaires.

Dans l’Antiquité grecque, les Anciens s’exerçaient à lancer des palets de fer ou de pierre, ce qui est représenté par la célèbre statue du sculpteur grec Myron (Vème s. avant J.-C.), le Discobole.

Dividende

16ème s. Du latin dividendus (qui doit être divisé).

Diviseur

1213. Du latin divisor (celui qui divise).

Division

1120. Du latin divisio.

Dix

Du latin decem.

Droit

Du latin directus.

Ce terme a pris au 16ème s. le sens de l’ancien français destre, du latin dextera (qui est à droite) par le fait qu’on attribue à la main droite plus de précision permettant ainsi de tracer des traits plus droits que la main gauche.

Droite

Du latin directus.

 

E

Echelle

Du latin scala.

Equerre

Du latin exquadra, du verbe exquadrare.

Equilatéral

1529. Du latin aequilateralis, de latus, lateris (côté) et de auquus (égal).

 

F

 

Face

Du latin facies (visage)

Facteur

14ème s. Du latin factor (celui qui fait). Terme dû à Nicolas d’Oresme. Récemment encore, on distinguait le multiplicande du multiplicateur à l’école primaire. Ces termes devenaient facteurs quand on accédait à l’algèbre.

Fraction

1187. Du latin fractio, du verbe frangere (rompre, briser) comme les mots "fracture" ou "effraction".

Sens mathématique (partie, morceau) en 1520. Au Moyen Age jusqu’à la Révolution, on parlait de "nombres rompus".

 

G

 

Géométrie

12ème s. Du grec geômetria, de (la Terre) et de metria (technique, science de la mesure).

L'étymologie de géométrie rappelle l'idée rapportée par les grecs Hérodote et Proclus que la géométrie aurait été inventée par les Egyptiens car ils avaient besoin de la "mesure des terrains" à cause des crues du Nil qui faisaient disparaître les bornes des propriétés.

Graduation

14ème s. Du latin gradus.

Gramme

1790. Du grec gramma (scrupule, 24ème partie de l’once = 28,349g).

Sens moderne définit officiellement d’après une loi du 3 avril 1973.

Graphique

1757. Du grec graphikos, de graphein (écrire).

 

H

 

Hauteur

12ème s. Du latin altus (élevé, nourri) qui a donné les termes haut et altitude.

Hecto-

1795. Du grec hekaton (cent).

Huit

Du latin octo.

Le h a été introduit pour assurer la lecture u et non v.

 

I

 

Intersection

1495. Du latin intersectio, de secare (couper). Même racine que segment, secant, secteur et sécateur.

Irréductible

1752. Du latin reducere (ramener, rétablir) et de in préfixe latin indiquant la négation.

Isocèle

1542. Du grec isoskêles, de isos (égal) et skelos (jambe), qui a donné isosceles en latin. Sens étymologique, "qui a deux jambes égales".

 

J

 

K

 

Kilo-

Du grec khilioi (mille).

 

L

 

Largeur

1180. Du latin largus.

Litre

1793. Du grec litra (poids de 12 onces) qui a donné litron (ancienne mesure de capacité grains) au 16ème s.

Longueur

12ème s. Du latin longus.

 

M

 

Mathématiques

1265. Du grec mathêmaticos, de mathêma (science), du verbe manthanein (apprendre).

Etymologiquement, "ce qui s'apprend" !

Médiatrice

13ème s. Du latin mediator, de mediare (être au milieu).

Tout comme médiateur, ce terme n’a été accepté au sens mathématique qu’à partir de 1925 par décision de l’assemblée générale de l’Association des professeurs de mathématiques. Auparavant, on parlait de "perpendiculaire au milieu du segment".

Mètre

Vers 1200. Du grec metron (mesure) qui a donné metrum en latin.

Sens moderne d’unité de mesure en 1791.

Mille

Du latin mille.

Milli-

1795. Du latin mille (mille).

Moins

12ème s. Du latin minus (neutre).

Multiplication

Vers 1200. Du latin multiplicare, de multi (nombreux) et plicare (plier).

 

N

 

Négatif

1283. Du latin négativus, negatio, de negare (nier).

Neuf

Du latin novem.

Nombre

Du latin numerus, de numerare (compter).

Nul

842. Du latin nullus (aucun)

Numérateur

1467. Du latin numerator (qui énumère).

 

O

 

Obtu

1503. Du latin obtusus (émoussé, affaibli, assourdi). Terme de géométrie en 1542.

Ordonnée

1658. Du latin ordinare (mettre en ordre). Terme dû à Pascal (1623-1662).

Origine

15ème s. Du latin originem, de oriri (se lever, naître). Sens étymologique, "endroit ou lieu d’où est issu quelqu’un, quelque chose.

 

P

 

Parallèle

1549. Du grec parallêlos, de para (à côté de) et de allêlôn (l’un l’autre) qui a donné parallelus en latin

Parallélépipède

1570. Du grec parallêlepipedos, de parallelos (parallèle) et de epipedon (surface plane).

Le terme parallélépipède rectangle qui désigne étymologiquement la surface d’un solide ayant six faces rectangulaires est souvent employé pour désigner aussi ce solide.

Patron

1119. Du latin patronus (protecteur, avocat), dérivé de pater (père).

Terme très récent dans les mathématiques scolaires.

Pavé

1312. Du latin pavare (niveler le sol) qui a donné le verbe paver en 1130.

Le terme pavé droit, très récent dans les mathématiques scolaires, est souvent employé pour désigner à la fois le solide, dont le parallélépipède rectangle est la surface, et la surface de ce solide.

Périmètre

1538. Du grec perimetros, de peri (autour) et de metron (mesure). Etymologiquement, périmètre signifie "la mesure du pourtour".

Perpendiculaire

1520. Du latin perpendicularis, de perpendiculum (fil à plomb).

Premièrement employé au sens "vertical.

Perspective

16éme s. Du latin perspectivus, du verbe perspicere (pénétrer de ses regards, apercevoir).

Pi

Prononciation de la lettre grecque .

C’est vraisemblablement en 1706 que apparaît pour la première fois avec sa signification actuelle : Après avoir utilisé , comme plusieurs auteurs, pour l’abréviation de periphery (longueur du cercle), du grec periphereia, le mathématicien anglais William Jones (1675-1749) l’utilise pour la longueur d’un cercle de diamètre égal à 1.

Plan

1520. Du latin planus.

Plat

1080. Du grec platus (large, étendu) qui a donné plattus en latin.

Plus

Du latin plus.

Point

12ème s. Du latin punctum (piqûre).

De son étymologie proviennent des expressions comme "point de côté" ou "point de couture" et, de l’ancien français poindre (piquer, blesser), il nous est resté poignant.

Positif

13ème s. Du latin positivus (certain, réel).

Dans la mesure où apparaissent dans les calculs des nombres auxquels, pendant de longs siècles, on ne pouvait accorder aucune signification et que, de ce fait, on appela des quantitées niées, puis négatives, celles dont l’existence était réelle, concrète, furent appelées affirmées, puis positives.

Pourcentage

1839. De pour cent.

Produit

1554. Du latin producere (faire avancer), de ducere (conduire). Nicolas d’Oresme a introduit le verbe produire (causer, amener) en 1361. Le terme produit signifie alors le résultat, la conséquence.

Les facteurs étants "ceux qui font", il fût proposé par plusieurs auteurs d’appeler le résultat d’une multiplication factus (ce qui a été fait) avant que ne soit adopté le mot produit.

Proportionnalité

14ème s. Du latin proportio. Terme dû à Nicolas d’Oresme

 

Q

 

Quart

14ème s. Du latin quartus.

Au Moyen Age, quart est l’ordinal de quatre au lieu de quatrième (16ème s.).

Quatre

Du latin quattor.

Quelconque

1120. Du latin qualisqcumque.

Quotient

1484. Du latin quoties (combien de fois, autant de fois que)

 

R

 

Rapporteur

12ème s. Du latin apportare (porter vers) qui a donné le verbe apporter.

Un rapporteur est un constitué d’un "demi-cercle" divisé en 180 arcs de même longueur sur lequel on rapporte un demi-plan, c’est-à-dire un (secteur d’)angle plat.

Rayon

1534. Du latin radius (rayon de roue).

Ce terme apparaît très tard en géométrie au sens actuel. En tant que figure, le rayon est pour les grecs "une ligne qui tombe du centre sur la périphérie"; en tant que grandeur, les grecs, les hindous et les arabes parlent de demi-diamètre. Le mot radius ne sera largement répandu qu’après les travaux de François Viète (1590).

Rectangle

1556. Du latin médiéval rectangulus, de rectus (droit) et de angulus (angle).

Euclide utilisait le terme oblong pour désigner un rectangle. Plus tard, on a utilisé les termes quarré long, barlong ou hétéromèque.

Rectangle a aussi été utilisé pour désigner un produit en analogie au carré d’un nombre : "Le carré de 4 est égal au rectangle de 8 et de 2".

Règle

12ème s. Du latin regula.

Relatif

1256. Du latin relativus, de refferre (rapporter, raconter). Sens étymologique, "qui se rapporte à", "qui est différent selon le point de vue".

Repère

16ème s. Du latin repatriare (rentrer dans sa patrie), sous l’influence du latin reperire (retrouver), qui a donné repaire puis point de repère et enfin repère (marque, jalon).

 

S

 

Scalène

1542. Du grec scalenos (d’apparence boiteuse, oblique).

Etymologiquement, et de manière imagée, le triangle scalène boîte en opposition au triangle isocèle qui a 2 jambes de même longueur. Ce terme tombe peu à peu en désuétude.

Sécant

1542. Du latin secans, participe présent de secare (couper). Même racine que segment, secteur et sécateur.

Emploi assez récent puisqu’on retrouve jusqu’au 17ème s. des expressions telles que "ligne coupante" ou "ligne coupée".

Segment

1613. Du latin segmentum, de secare (couper). Même racine que secant, secteur et sécateur.

Sept

Du latin septem qui a d’abord donné set puis sept par graphie étymologique.

Simplifier

1470. Du latin simplex (formé d’un seul élément) qui a donné simple.

Six

Du latin sex qui a d’abord donné sis puis six par graphie étymologique.

Somme

Du latin summa, de summus (qui est au point le plus haut). Même origine que sommet.

Sommet

Du latin summum, de summus (le plus élevé) qui a donné en ancien français som. Même origine que somme.

Soustraction

1484. Du latin subtrahere, de sub (sous) et trahere (tirer, traire), qui a donné soustraire (1120, retirer; sens mathématique au 13éme s.) au Moyen-Age.

Surface

1611. Du latin superficies, de super (au-dessus) et de facies (face, forme extérieure) qui a donné superface en 1521.

Le mot grec pour "surface", epiphaneia, provient d’une très ancienne définition de la surface faisant appel à la lumière et à la vision des objets dont seule la surface peut apparaître comme éclairée. Dans ses Eléments, Euclide appelle définit une "surface" par "ce qui a seulement longueur et largeur".

Symétrie

1529. Du grec symmetria (juste rapport), de syn (avec) et de metron (mesure).

Etymologiquement, il faut donc entendre "juste rapport" entre deux éléments. Au sens mathématique, juste signifie "méthode pour mesurer" chez Archimède (vers 287-212 avant J.-C.) et commensurabilité chez Proclus (411-485). Mais juste peut aussi avoir une connotation esthétique pour les Pythagoriciens qui établissent des théories sur les "justes rapports" dans le corps ou dans le cosmos. De même, le célèbre architecte romain, Vitruve, enseignait qu’on ne peut édifier un temple qu’à partir de l’indispensable principe de symétrie ou esthétique de la "juste mesure" qu’il faut trouver entre les différentes parties d’un édifice. C’est donc une idée d’harmonie qui est première dans la notion de symétrie, c’est-à-dire de rapports agréables à l’oeil ou à l’oreille (harmonie musicale).

 

T

 

Tableau

13ème s. Du latin tabula (planche, table)

Terme

Du latin terminus (définition, expression).

Tiers

1174. Du latin tertius.

Au Moyen Age, tiers est l’ordinal de quatre au lieu de troisième (17ème s.).

Triangle

Du latin triangulum, de tri (trois) et de angulus (angle).

Trois

Vers 900. Du latin tres.

Souvent considéré comme le premier nombre, la première forme de pluralité. Le trois fait apparaître le premier déséquilibre de groupe contrairement à l’équilibre du couple.

Troncature

1813, du verbe tronquer, du latin truncare (amputer, mutiler)

 

U

 

Un

Vers 900. Du latin unus.

L’idée de nombre naturel s’étant longtemps confondue avec celle de pluralité, le un n’a pas toujours été considéré comme un nombre.

Unité

13ème s. Du latin unita, de unus (un).

 

V

 

Volume

13ème s. Du latin volumen (rouleau de feuilles écrites, d’où livre).

C’est l’idée de repli, d’enroulement (de volvere, tourner) qui produit le sens de "développement, ampleur du corps" qui apparaît à la fin du 14ème s. en français, d’où son sens plus tard en géométrie. En fait, l’utilisation du terme volume en tant que quantité est d’usage récent. Dans ce cadre, on parlait auparavant de la cubature d’un solide.

 

W

 

X

 

Y

 

Z

 

Zéro

"Vide" se dit sunya en sanskrit qui est la langue écrite de l’Inde antique. Lorsque les Arabes ont adopté la numération indienne au 9ème siècle, ils ont traduit sunya par sifr qui a donné cifra puis zefiro en Italie.