OEUVRES COMPLÈTES DE VOLTAIRE  DICTIONNAIRE PHILOSOPHIQUE
| Index Voltaire | Dictionnaire philosophique | Commande CDROM |

DRUIDES

(39)(La scène est dans le Tartare.)

LES FURIES entourées de serpents, et le fouet à la main.

Allons, Barbaroquincorix, druide celte, et toi, détestable Calchas, hiérophante grec, voici les moments où vos justes supplices se renouvellent: l’heure des vengeances a sonné.

LE DRUIDE ET CALCHAS.

Aïe! la tête, les flancs, les yeux, les oreilles, les fesses! pardon, mesdames, pardon

CALCHAS.

Voici deux vipères qui m’arrachent les yeux.

LE DRUIDE.

Un Serpent m’entre dans les entrailles par le fondement; suis dévoré.

CALCHAS.

Je suis déchiré: faut-il que mes yeux reviennent tous les jours pour m’être arrachés!

LE DRUIDE.

Faut-il que ma peau renaisse pour tomber en lambeaux! aïe! ouf!

TISIPHONE.

Cela t’apprendra, vilain druide, à donner une autre fois la misérable plante parasite nommée le gui de chêne pour un remède universel. Eh bien! immoleras-tu encore à ton dieu Theutatès des petites filles et des petits garçons? les brûleras-tu encore dans des paniers d’osier, au son du tambour?

LE DRUIDE.

Jamais, jamais, madame; un peu de charité.

TISIPHONE.

Tu n’en as jamais eu. Courage, mes serpents encore un coup de fouet à ce sacré coquin.

ALECTON.

Qu’on m’étrille vigoureusement ce Calchas, qui vers nous s’est avancé

L’oeil farouche, l’air sombre, elle poil hérissé(40).

CALCHAS.

On m’arrache le poil, on me brûle, on me berne, on m’écorche, on m’empale.

ALECTON.

Scélérat! égorgeras-tu encore une jeune fille au lieu de la marier, et le tout pour avoir du vent?

CALCHAS ET LE DRUIDE.

Ah! quels tourments! que de peines! et point mourir!

ALECTON ET TISIPHONE.

Ah! ah! j’entends de la musique. Dieu me pardonne! c’est Orphée; nos serpents sont devenus doux comme des moutons.

CALCHAS.

Je ne souffre plus du tout; voilà qui est bien étrange!

LE DRUIDE.

Je suis tout ragaillardi. Oh! la grande puissance de la bonne musique! Eh! qui es-tu, homme divin, qui guéris les blessures et qui réjouis l’enfer?

ORPHÉE.

Mes camarades, je suis prêtre comme vous; mais je n’ai jamais trompé personne, et je n’ai égorgé ni garçon ni fille. Lorsque j’étais sur la terre, au lieu de faire abhorrer les dieux, je les ai fait aimer; j’ai adouci les moeurs des hommes, que vous rendiez féroces; je fais le même métier dans les enfers. J’ai rencontré là-bas deux barbares prêtres qu’on fessait à toute outrance: l’un avait autrefois haché un roi en morceaux, l’autre avait fait couper la tête à sa propre reine, à la Porte-aux-Chevaux. J’ai fini leur pénitence, je leur ai joué du violon; ils m’ont promis que quand ils reviendraient au monde ils vivraient en honnêtes gens.

LE DRUIDE ET CALCHAS.

Nous vous en promettons autant, foi de prêtres.

ORPHÉE.

Oui, mais passato il pericolo, gabbato il santo.

(La scène finit par une danse figurée d’Orphée, des damnés et des furies, et par une symphonie très agréable.)
 
 
























Notes.

Note_39 Questions sur l’Encyclopédie, neuvième partie, 1772. (B.)

Note_40 Iphigénie, de Racine, acte V, scène dernière. (Voltaire.)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

.