OEUVRES COMPLÈTES DE VOLTAIRE  DICTIONNAIRE PHILOSOPHIQUE
| Index Voltaire | Dictionnaire philosophique | Commande CDROM |

FAVEUR

De ce qu’on entend par ce mot.

Faveur, du mot latin favor, suppose plutôt un bienfait qu’une récompense.

On brigue sourdement la faveur; on mérite et on demande hautement des récompenses.

Le dieu Faveur, chez les mythologistes romains, était fils de la Beauté et de la Fortune.

Toute faveur porte l’idée de quelque chose de gratuit: il m’a fait la faveur de m’introduire, de me présenter, de recommander mon ami, de corriger mon ouvrage.

La faveur des princes est l’effet de leur goût et de la complaisance assidue; la faveur du peuple suppose quelquefois du mérite, et plus souvent un hasard heureux.

Faveur diffère beaucoup de grâce. Cet homme est en faveur auprès du roi, et cependant il n’en a point encore obtenu de grâces.

On dit, Il a été reçu en grâce; on ne dit point, Il a été reçu en faveur, quoiqu’on dise être en faveur: c’est que la faveur suppose un goût habituel; et que faire grâce, recevoir en grâce, c’est pardonner, c’est moins que donner sa faveur.

Obtenir grâce est l’effet d’un moment; obtenir la faveur est l’effet du temps. Cependant on dit également, faites-moi la grâce, faites-moi la faveur de recommander mon ami.

Des lettres de recommandation s’appelaient autrefois des lettres de faveur. Sévère dit dans la tragédie de Polyeucte (acte II, scène i):
 

Car je voudrais mourir plutôt que d’abuser
Des lettres de faveur que j’ai pour l’épouser.

On a la faveur, la bienveillance, non la grâce du prince et du public. On obtient la faveur de son auditoire par la modestie; mais il ne vous fait pas grâce, si vous êtes trop long.

Les mois des gradués, avril et octobre, dans lesquels un collateur peut donner un bénéfice simple au gradué le moins ancien, sont des mois de faveur et de grâce.

Cette expression faveur signifiant une bienveillance gratuite qu’on cherche à obtenir du prince ou du public, la galanterie l’a étendue à la complaisance des femmes; et quoiqu’on ne dise point: Il a eu des faveurs du roi, on dit: Il a en les faveurs d’une dame.

L’équivalent de cette expression n’est point connu en Asie, où les femmes sont moins reines.

On appelait autrefois faveurs, des rubans, des gants, des boucles, des noeuds d’épée, donnés par une dame.

Le comte d’Essex portait à son chapeau un gant de la reine Élisabeth, qu’il appelait faveur de la reine.

Enfin l’ironie se servit de ce mot pour signifier les suites fâcheuses d’un commerce hasardé: faveurs de Vénus, faveurs cuisantes.