OEUVRES COMPLÈTES DE VOLTAIRE  DICTIONNAIRE PHILOSOPHIQUE
| Index Voltaire | Dictionnaire philosophique | Commande CDROM |

JÉOVA (1)

Jéova, ancien nom de Dieu. Aucun peuple n’a jamais prononcé Géova, comme font les seuls Français; ils disaient Iëvo; c’est ainsi que vous le trouvez écrit dans Sanchoniathon, cité par Eusèbe (Prép., liv. x); dans Diodore (liv. ii); dans Macrobe (Sat., liv. i, etc.): toutes les nations ont prononcé ïe, et non pas g. C’est du nom des quatre voyelles, i, e, o, n, que se forma ce nom sacré dans l’Orient. Les uns prononçaient ië oh a en aspirant, ï, e, o, va; les autres, yeaou. Il fallait toujours quatre lettres, quoique nous en mettions ici cinq, faute de pouvoir exprimer ces quatre caractères.

Nous avons déjà observé(12) que, selon Clément d’Alexandrie, en saisissant la vraie prononciation de ce nom, on pouvait donner la mort à un homme: Clément en rapporte un exemple.

Longtemps avant Moïse, Seth avait prononcé le nom de Jeova, comme il est dit dans la Genèse (chapitre iv); et même, selon l’hébreu, Seth s’appela Jeova. Abraham fit serment au roi de Sodome par Jeova (chapitre xiv, v. 22).

Du mot ïova les Latins firent iov, Jovis, Jovispiter, Jupiter. Dans le buisson, l’Éternel dit à Moïse: « Mon nom est Ioüa. » Dans les ordres qu’il lui donna pour la cour de Pharaon, il lui dit: « J’apparus à Abraham, Issac et Jacob dans le Dieu puissant, et je ne leur révélai point mon nom Adonaï, et je fis un pacte avec eux(13).»

Les Juifs ne prononcent point ce nom depuis longtemps. Il était commun aux Phéniciens et aux Égyptiens. Il signifiait ce qui est; et de là vient probablement l’inscription d’Isis: « Je suis tout ce qui est. »

 


 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

NOTES.

Note_1 Questions sur l’Encyclopédie, neuvième partie, 1772. B.

Note_12 Dans le chap. v de l’Examen important de milord Bolingbroke (voy. les Mélanges, année 1767.)

Note_13 Exode, chap. vi, v. 3.