Architecture, parc et jardins >>
Patrimoine botanique
Patrimoine architectural
 Un patrimoine riche et varié
 Halles de la place Centrale
 La basilique Sainte-Trinité
 La chapelle Saint-Barthélémy
 La gare maritime
 La grande rade
 La statue Napoléon 1er
 L'abbaye du Voeu
 L'ancien hôpital maritime
 L'ancienne mairie d'Octeville
 Le Buste de Briqueville
 Le Château des Ravalet
 Le cimetière de Cherbourg
 Le fort du Roule
 Le monument aux morts Surcouf
 Le théâtre
 L'église Notre-Dame du Roule
 L'église Notre-Dame du Voeu
 L'église Saint-Clément
 L'église Saint-Martin
L'église Saint-Pierre Saint-Paul
 L'hôtel Atlantique
 Statues Thémis et Minerve
 Accueil > Tourisme et Décou... > Architecture,... > Patrimoine... > L'église Saint-Pierre Saint-Paul
L'église Saint-Pierre Saint-Paul

L’église St Pierre-St Paul a été construite de 1967 à 1969 au cœur du premier "grand ensemble" du département de la Manche prévu pour une population de 12 000 habitants.

C’est Paul Vimond, premier grand prix de Rome 1949 et architecte en chef des bâtiments civils et palais nationaux qui en est le créateur.

 

Conçue pour symboliser la tente de Dieu au milieu des maisons des hommes, l’édifice religieux (en forme de losange irrégulier avec sa grande et haute toile d’ardoises fixée au sol par des piquets en béton) répond assez bien aux nouveaux aspects de l’art sacré inspirés par le concile Vatican 2 (1962-1965).

 

Mais ce lieu de culte est aussi un vrai centre paroissial avec salles de réunion, locaux techniques et sanitaires…

 

L'église Saint-Pierre Saint-Paul
par Paul Vimond
Bulletin Municipal d'Octeville n°3, 1970

Cette église, construite en 1967, est le seul lieu de culte implanté dans le quartier des Provinces prévu pour 4000 logements environ.
Formant un losange irrégulier, elle comprend une nef de 800 places avec un autel principal et la possibilité de rajouter des autels latéraux.

On accède par l'extrémité la plus basse, entre le baptistère adapté à l'usage de la chapelle placé dans la pointe, et la partie la plus étroite de la nef. Cette nef s'agrandit progressivement en largeur et en hauteur en s'approchant du sanctuaire.

De chaque côté de l'autel, quatre grandes baies triangulaires permettent une progression de la lumière vers l'entrée afin d'assurer l'éclairage de l'autel placé volontairement dans une zone plus sombre au niveau du sol.


La charpente est en bois cloué et collée et formée de grands portiques supportant une couverture en ardoises avec sous face en plancher apparent parqueté en frise de pin verni.

 

L'édifice est donc conçu comme une vaste charpente, en forme de coque renversée, d'une forme destinée à lui donner un caractère religieux propice au recueillement.

 

Pour faire de ce lieu de culte principal du nouveau quartier, un vrai centre paroissial, le sous-sol, partiellement enterré sur la face sud abrite plusieurs salles de catéchisme, locaux sacristies et tous les services techniques et sanitaires. La plus grande salle peut aussi servir de chapelle ou de salles de conférences.

 

Cet ensemble de locaux de plain-pied du côté Nord est enserré entre les contreforts en béton qui servent de base aux portique de la charpente. Il est éclairé par de vastes baies menuisées s'ouvrant sur l'extérieur et les rampes d'accès.

 

Quant à l'utilisation de l'ardoise dans le site cherbourgeois, elle est motivée par le désir d'unité de toutes les façades de l'édifice dont les pentes sont variées. Elle est de plus un matériau local de couverture, économique.

 

© Ph. Gosselin/Ville de Cherbourg-Octeville

> Histoire du quartier des Provinces

 

> Histoire d'Octeville

 
  Plan de la rubrique | Recherche | Plan du site | Plan de ville Haut de page | Mise à jour le 30 Décembre 2005