La manipulation politique de l'ethnicité en Côte d'Ivoire
Août 28, 2001

Human Rights Watch accuse les principaux membres du gouvernement ivoirien d'avoir favorisé la montée de la violence xénophobe qui menace de déstabiliser le pays. La Conférence contre le racisme, la xénophobie et l'intolérance qui y est associée, qui débutera à Durban le 31 août, devrait condamner les dirigeants ivoiriens qui ont encouragé l'intolérance basée sur les différences ethniques et religieuses. Ce rapport de 70 pages décrit les atrocités commises lors des élections présidentielles et législatives d'octobre et décembre 2000 et s'appuie sur des entretiens approfondis effectués fin 2000 et début 2001 auprès de victimes et de témoins. Le rapport fait état de plus de 200 morts, mais également de tortures, de viols et de détentions arbitraires. Aujourd'hui, l'intolérance et la xénophobie imprègnent sensiblement la vie quotidienne, ce qui conduit à maintenir une atmosphère politique et sociale explosive.

Lire le rapport
ISBN: Volume 13, No.6 (A)