«« retour

Partager sur Facebook | Partager sur Twiter | Partager | Imprimer | A+ | A- | A=Un peu d'histoire...

Flicker - Bebulaki
[17/08/2010]
Ancien terrain de chasse des rois de France, le bois de Boulogne est devenu le grand lieu de détente de l'ouest parisien. Il englobe le parc de Bagatelle, le jardin des serres d'Auteuil, le Pré-Catelan et le jardin d'Acclimatation.

Il y a plus de vingt siècles s'étendait déjà en ces lieux une forêt gigantesque qui absorbait les actuelles forêts de Montmorency, de Saint-Germain-en-Laye, le bois de Chaville et le bois de Meudon. Dagobert, roi des Francs (629-639), venait y chasser l'ours, le cerf et tout sorte de gibier parmi les chênes qui peuplaient alors la forêt. Il s'agissait de chênes rouvre, une variété plus petite que les chênes communs, qui donna son nom au bois : la forêt de Rouvray.
Vers 1315 , Philippe Le Bel (1268-1314) y édifia une petite chapelle, après un pèlerinage à Boulogne-Sur-Mer, et le bois prit tout naturellement son nom.Terrain de chasse coutumier des rois de France, le bois de Boulogne devint également une promenade à la mode, lorsqu'en 1727, Mademoiselle Le Maure, chanteuse d'opéra célèbre à l'époque, se retira à l'abbaye de Longchamp. Elle occupait l'emplacement de l'actuel hippodrome. Les bousculades qu'occasionnèrent les récitals de la cantatrice pendant la semaine sainte, qui n'avaient plus rien à voir avec de la dévotion, inquiétèrent l'Archevêque de Paris, qui décida la fermeture de l'abbaye au public.
Le bois de Boulogne resta néanmoins une promenade en vogue, qui donna lieu à toutes les extravagances. Le bois était alors encore en partie clos, afin de permettre à Louis XVI d'y organiser ses parties de chasse, mais il finit par l'ouvrir entièrement au public. En 1848, le bois tomba dans les mains de l'Etat, qui le céda à la Ville de Paris en 1852. A cette époque, Napoléon III avait décidé de remodeler entièrement la capitale et de doter d'un jardin chacun des points cardinaux de Paris. Il jeta son dévolu sur le bois de Boulogne, qui avait été presque entièrement détruit après la Révolution et la campagne de France, pendant laquelle le bois fut occupé et saccagé (1814) par près de 40 000 soldats anglais et russes. Napoléon III confia cette vaste tâche au paysagiste Varé, qui fut rapidement remplacé par l'ingénieur Alphand et le paysagiste Barillet-Deschamps, deux anciens collaborateurs bordelais du baron Haussmann, qui dirigeait les travaux.
Les éléments architecturaux, chalets, pavillons, kiosques, restaurants, ainsi que le jardin d'acclimatation, furent réalisés par Gabriel Davioud (1823-1881). Il est également l'auteur de la Fontaine Saint-Michel, des deux théâtres de la place du Châtelet et du Palais du Trocadéro.S'inspirant des parcs paysagers anglais qu'il avait découvert pendant son exil à Londres, pas moins de quatre cent mille arbres furent plantés, des lacs et des rivières creusés, une cascade de 10m de large et de 14m de haut aménagée.
L'eau était acheminée du puits artésien de Passy, qui fut creusé dans ce seul but (voir square Lamartine). Des allées cavalières et 95km d'allées sinueuses vinrent s'ajouter à ces aménagements titanesques. Il pouvait redevenir alors un lieu de promenade privilégié où Marcel Proust enfant venait se promener ; c'est en revenant d'une promenade au bois de Boulogne que ce grand allergique subit à 9 ans sa première crise d'asthme !

» Téléchargez le plan du bois de Boulogne 

Quelques chiffres

390 hectares de massifs forestiers
148 hectares de parties arborées
308 hectares divers
Total 846 hectares soit 3,94 m²/habitant

Que Faire à paris

L'agenda de Paris.fr

La carte de Paris - nouvelle fenêtre

La carte de Paris