vendredi 27 février 2009

L'"Anti-Blasphemy Resolution" des Nations Unies

Les Nations Unies pourraient passer prochainement une résolution qui rendrait illégal le simple fait de critiquer la religion, particulièrement l'islam. Dans ce cas de figure, les pays membres de l'ONU seraient vivement encouragés à définir des lois concernant ce qu'il est permis de dire à propos de la religion sur leurs territoires. Voici une vidéo YouTube (en anglais, environ 10 minutes) sur ce sujet, avec Christopher Hitchens comme invité sur le plateau:



Je dois dire que cela fait vraiment peur!

Et cela démontre une fois encore qu'il faut toujours être vigilant: la liberté d'expression est un droit pour lequel il faut sans cesse se battre!

6 commentaires:

EspressoFrog a dit…

J'adore la question qui tue: "Combien de ces pays [les 57 qui veulent faire passer cette loie] sont des démocraties ?"

Jérémy a dit…

Si je ne suis pas du tout en faveur d'une telle injonction de l'ONU, je ne peux pas m'empêcher de trouver le point de vue exprimé par le commentateur extrémiste.
A la première invitée, qui ne fait que rapporter les propos de l'ONU, il demande s'il n'y aurait pas moyen de renvoyer les 57 pays membres signataires dans leurs pays.
Au second, qui explique d'une manière assez juste que la tolérance ne doit pas se faire dans un seul sens (mais qui omet de préciser qu'il y a tout de même un guerre contre le terrorisme déclenchée à la suite des attentats du 11 septembre -le point de vue que j'exprime ici est volontairement poussé, il s'agit surtout de faire remarquer que du coté de l'Amérique religieuse, la tolérance n'est pas vraiment non plus le mot d'ordre), il répond en disant qu'il commence à en avoir assez des Nations Unies qui voudraient (comble de la démocratie) soumettre ses pays membres à la volonté des plus nombreux. A croire que "démocratie" (Wikipedia : un corpus de principes philosophiques et politiques, suivant lequel un groupe social donné organise son fonctionnement par des règles : élaborées, décidées, mises en application et surveillées par l'ensemble des membres de ce groupe, a priori sans privilèges ni exclusions.) n'a pas le même sens quand ce n'est pas nous qui faisons les règles.

En bref, si l'injonction de l'ONU n'a rien de réjouissante, le message véhiculée par le présentateur me semble bien puant.

EspressoFrog a dit…

Comment est ce qu'un principe pareil passerait dans des pays qui ont une constitution qui garantie la libertée d'expression ?

Du coup en France tout les institutions laïques n'a plus le droit de dire non a la religion ?

Quand a la tolerance des USA elle existe, en interne ou avec des régimes modeles comme Pinochet, la république des Diems, Noriega quand il avait la cote, etc.. :-)

On remarque en effet la bonne blague bien lourde de "bulldozer le building [de l'UN] et passer a autre chose". C'est vrai que les américains ont pris cette habitude de tout blâmer sur l'UN (qu'ils ont crée). Si tu veux rigoler, vas sur youtube et abonnes toi aux vidéos des Michigan Militias et autre milices du genre. Pour eux l'UN est satan, l'envahisseur, pire que pour les talibans.

Robert a dit…

"Comment est ce qu'un principe pareil passerait dans des pays qui ont une constitution qui garantie la libertée d'expression ?

Du coup en France tout les institutions laïques n'a plus le droit de dire non a la religion?"

La liberté d'expression a néanmoins des limites. L'appel à la haine raciale ou l' anti-sémitisme, l'anti-islamisme tout comme l'anti-christiannisme ou l'anti-athéisme sont des choses réelles et quelquefois prônés de manière extrémistes qui n'ont plus rien à voir avec la liberté d'expression telle qu'on l'entend dans les pays démocratiques. La laïcité ne remet pas en cause les religions, elle ne s'en occupe pas c'est totalement différent. Il y a critique et critique....

Robert a dit…

Monsieur Abrassart,

J'ajouterai que comme à votre habitude vous déformez l'information car il s'agit d'une résolution contre la diffamation des religions et non pas une simple critique comme vous le dites.
Diffamation et critique n'ont pas du tout la même signification vous en conviendrez (enfin j'espère).

EspressoFrog a dit…

Jolie porte ouverte a toutes interprétations. Et si demain un des signataires décide qu'un livre est une insulte a la (leur) religion, on est censé faire quoi ? Leur livrer l'auteur, comme dans le cas de Salman Rushdie, interdire le livre (manuels de biologie sur l'éducation sexuelle, Charles Darwin, etc ?)

Ça prend juste une personne qui trouve un prétexte pour qu'on passe de "critique" a "critique" pour reprendre votre vocabulaire juridique très précis.