tigre de sumatra

TIGRE DE SUMATRA

LES TIGRES

Le(s) tigre(s) – le tigre

CLASSIFICATION

  • Embranchement
  • Sous-embr.
  • Classe
  • Sous-classe
  • Infra-classe
  • Ordre
  • Sous-ordre
  • Famille
  • Sous-famille
  • Genre
  • Chordata
  • Vertebrata
  • Mammalia
  • Theria
  • Eutheria
  • Carnivora
  • Feliformia
  • Felidae
  • Pantherinae
  • Panthera tigris

2450431885

UICN TIGRE SUMATRA

sumatra

AP5T8323

Tigre de Sumatra

Panthera tigris sumatrae

Le tigre de Sumatra se trouve uniquement sur l’île indonésienne de Sumatra. La déforestation et le braconnage menacent tant cette sous-espèce que si rien n’est fait, elle disparaîtra tout comme le tigre de Java et de Bali.

symboles

Tigre de SUMATRA

__________________

Espérance de vie : 15 à 18 ans

 

Mesure en moyenne 2,40 m de la tête à la queue  

 

 Pèse environ 120 kg

sumatra tiger

tigre de sumatra

Le pelage du tigre de Sumatra

est plus foncé et présente davantage de rayures que celui des autres sous-espèces. Ses larges rayures noires sont très rapprochées et parfois doublées. Contrairement au tigre de Sibérie, il présente également des rayures sur les pattes avant.

Le mâle est pourvu d’un collier caractéristique à l’arrière de la tête. Il mesure en moyenne 2,40 m de la tête à la queue et pèse environ 120 kg. Sa taille relativement petite lui permet de se déplacer plus facilement dans la jungle.

Le tigre de Sumatra est un excellent nageur, il peut parcourir jusqu’à 29 km à la nage.

Habitat

Cette sous-espèce vit dans les forêts de montagne, le reste des forêts de plaine de l’île, les tourbières et les forêts marécageuses d’eau douce.
Il reste au tigre de Sumatra environ 130 000km² d’habitat. Seul un tiers de cette surface est quelque peu protégée du développement et de l’exploitation forestière.
4 ou 5 tigres adultes pour 100 km2.
En 1994, la plus grande population de tigres de Sumatra à être signalée se trouvait dans le parc national de Gunung Leuser, elle était composée de 110 à 180 individus.
Leur habitat s’étend des forêts de basses altitude aux forêts montagneuses, y compris aux forêts de sphaigne. D’après le Tiger Information Center et le WWF, il ne resterait pas plus de 500 individus à l’état sauvage, certaines estimations étant même bien moins optimistes.
Sumatra a subi un important développement agricole ce qui a eu pour effet de fragmenter le territoire du tigre, avec environ 400 tigres vivant dans cinq parcs nationaux et deux réserves. Les populations les plus importantes vivent dans le parc national de Kerinci Seblat et dans celui de Gunung Leuser. Une centaine d’autres vivent dans des zones non protégées et sont soumis au danger que représente l’agriculture. Les tigres qui vivent dans les zones non protégées sont également très vulnérables au braconnage mais sont aussi des cibles pour les villageois qui les chassent hors du territoire sur lequel eux-mêmes ont empiété.

2440989565

sumatra

Structure sociale

Le tigre de Sumatra comme toutes les autres sous-espèces vit en solitaire. Il est extrêmement rare que l’on trouve des mâles regroupés entre eux.

Un mâle possède en général un territoire qui recouvre celui de trois ou quatre femelles. Les frontières de celui-ci sont marquées par l’urine ou par des signes visuels tels que des rayures sur les arbres.

Alimentation

Les tigres de Sumatra se nourrissent généralement d’ongulés tels que les sangliers, les tapirs de Malaisie et les cervidés mais également parfois de plus petits animaux tels que des volailles, des singes et même de poissons. Les orang-outans pourraient représenter des proies, mais puisqu’ils ne passent que très peu de temps au sol, les tigres n’en attrapent que très rarement. Les tigres de Sumatra se nourrissent parfois de souris et d’autres petits mammifères lorsque les plus grosses proies se font rares.
le tigre a besoin d’au moins 10 kg de viande par jour. Mais il est capable d’avaler jusqu’à 50 kg de viande en un seul repas. Il se nourrit principalement de porc-épics, de cerfs, de sangliers, de poissons, d’antilopes, d’oiseaux, de buffles,…Espérance de vie : 15 à 18 ans

Les Dangers pour l’espèce

Le principal ennemi du tigre et son seul prédateur est l’homme. L’espèce humaine est responsable de son massacre pour le « sport », par le braconnage et la déforestation.

A la fin du XIXe siècle et début du XXe, les riches occidentaux venaient en Inde montrer leur « bravoure », au cours de grandes chasses organisées en leur honneur par les maharadjahs. Des dizaines d’éléphants servaient de postes de tir pour ces princes et grands noms; ils étaient ainsi bien à l’abri, tandis que des centaines de rabatteurs indigènes acculaient les tigres dans des filets. Ils restaient à nos « valeureux » colons le soin de triompher du seigneur de la jungle, par un « courageux » coup de fusil. Au retour en Europe, les récits « extraordinaires » et enflammés faisaient que ces « héros » étaient admirés. C’est ainsi que cet animal unique a été exterminé, parfois par dizaines à chaque chasse.

2450418242

_D2B5564_resultat

Documentaire

Documentaire sur la problématique des tigres en captivités dans les foyers Américain, des animaux sauvages sont aujourd’hui captif et considéré comme des animaux domestiques. Pourtant les risques sont importants, tigre, lion et léopard restent des animaux sauvages et dangereux au sommet de la chaîne alimentaire dans leur pays respectifs.

Ces félins gardes des instincts de chasseurs et de prédateurs même en captivité.

Menaces

Le territoire du tigre de Sumatra est extrêmement réduit à cause de la déforestation pour l’agriculture, les plantations et la colonisation. À Sumatra, le territoire du félin se rétrécit à mesure que les ressources en bois sont largement exploitées. Les jours du tigre de Sumatra sont comptés si le nombre d’individus continue à chuter, et si les populations deviennent moins nombreuses et de plus en plus isolées les unes des autres. Ils font également face à d’autres dangers : l’abattage d’arbres et la chasse, tous deux illégaux. Bien que le nombre de tigres tués lors de conflits entre eux et l’homme soit significatif, la plupart des tigres tués à Sumatra le seraient délibérément à des fins commerciales. De plus, il n’existe aucune preuve que le braconnage de tigres ait diminué de manière significative depuis le début des années 1990 et ceci malgré l’intensification des mesures de conservation et de protection sur l’île, et malgré le succès apparent de la limitation du commerce d’os de tigres.

Selon une enquête menée par Greenpeace, le WWF et le parti écologiste néo-zélandais, l’entreprise Cottonsoft, filiale du groupe industriel indonésien Asia Pulp and Paper (APP), s’approvisionnerait en bois dans les forêts indonésiennes, causant la destruction de l’habitat du tigre de Sumatra.

Depuis fort longtemps en Asie, l’homme vénère et craint le tigre pour sa beauté et sa puissance. Malgré ce respect ancestral, le félin subit les activités de l’homme entraînant la réduction de son habitat et du nombre de proies. S’ajoutent le braconnage et le trafic illégal de l’animal pour la beauté de sa fourrure et la demande en médecine traditionnelle chinoise.

La sous-espèce de Sumatra, Panthera tigris sumatrae, uniquement présente sur l’île indonésienne du même nom, est classée espèce « En Danger Critique d’Extinction » dans la Liste Rouge des Espèces Menacées de l’Union Mondiale pour la Nature. Le nombre d’individus sauvages est estimé à moins de 400 sur seulement 10 % du territoire insulaire.

Lutte contre le braconnage et les activités illégales

Le PHKS a mis en place des patrouilles de surveillance, appelées les Unités de protection des tigres. Leurs objectifs sont : prévenir les activités illégales de chasse, pêche et coupe de bois, contrôler les feux de forêts, apporter leur expertise et compétences auprès des différents acteurs et utilisateurs de la forêt.

Le cas particulier du tigre blanc

Il ne s’agit en aucun cas d’un tigre albinos, mais d’un cas de mélanisme. L’ancêtre des tigres blancs se prénommait « Mohan ». Il a été capturé en 1954 dans la réserve de Rewa, par le maharadjah du même nom. Celui-ci a essayé de l’accoupler avec une femelle de robe fauve, sans succès la première fois. Par la suite, il fut donné naissance à des petits tigres blancs qui partirent pour les zoos étrangers. Actuellement, les tigres blancs captifs, sont issus de ce même géniteur.

2445949353

L’autre cas: le tigre noir

Dans la région de Chittagong et dans les collines de Lushai, en Inde, on raconte que des tigres noirs y ont été abattus. Les seules peaux qui ont pu être examinées ont montré des rayures tellement serrées que la couleur de la robe apparaissait noire. Malgré tout, le ventre était clair.
Il ne s’agissait en aucun cas, d’un aspect comparable à la panthère noire, qui est entièrement noire (malgré les très légères taches que l’on peut discerner parfois).

Les rapports de gardes forestiers et les études qui ont été entreprises, mènent tous à la conclusion que les tigres noirs existent (ou ont existé dans un passé récent).

Conservation

En 2007, le Ministère indonésien des Forêts et le Safari Park ont commencé à coopérer avec l’Australia Zoo pour la conservation du tigre de Sumatra et des autres espèces menacées. L’accord de coopération a été marqué par la signature d’une lettre d’intention sur « le programme de conservation du tigre de Sumatra et des autres espèces en danger et l’établissement d’un jumelage entre le Taman Safari et l’Australia Zoo » au Ministère indonésien des Forêts, le 31 juillet 2007. Le programme comprend la conservation du tigre de Sumatra et des autres espèces menacées, des efforts pour réduire les conflits entre les tigres et les hommes ainsi que la réhabilitation et la réintroduction du tigre de Sumatra dans son habitat naturel. Un hectare sur les 186 que compte le Taman Safari est consacré au centre de reproduction du tigre de Sumatra en captivité qui contient une banque de sperme, un centre unique au monde.

Un centre de réhabilitation et de conservation de 110 000 hectares, le Tambling Wildlife Nature Conservation, a été installé dans un parc national de l’extrémité sud de Sumatra. Le 26 octobre 2011, une tigresse qui avait été capturée avec une patte blessée a donné naissance à trois tigrons dans une cage temporaire, en attendant d’être relâchée une fois rétablie.

Entre 1985 et 2008, l’île de Sumatra a perdu la moitié de ses forêts naturelles soit 12,5 millions d’hectares. La production d’huile de palme et de pâtes à papiers est la cause majeure de cette déforestation. Des entreprises privées malaisiennes opèrent dans la province de Riau et exportent leurs produits dans le monde entier dont l’Europe. Grâce aux efforts du WWF, le gouvernement indonésien a déclaré la forêt tropicale de Tesso Nilo « Zone Protégée » car elle abrite les dernières populations de tigres de Sumatra. Cependant, malgré cette classification la zone est continuellement fragmentée et l’habitat du tigre continue de diminuer.

Population : moins de 400 individus à l’état sauvage

tigre de sumatra                            6edc4524cf49650a91a94d3590942d59_485x296

Génétique et évolution

Des analyses réalisées sur des échantillons d’ADN confortent l’hypothèse selon laquelle les tigres de Sumatra ont été isolés des autres populations de tigres après une montée du niveau de la mer qui s’est produite entre le Pléistocène et l’Holocène (soit il y a entre 12 000 et 6 000 ans).

De ce fait, le tigre de Sumatra est génétiquement isolé de tous les autres tigres vivant sur le continent, qui forment quant à eux un groupe distinct étroitement lié.

cache_2454988830

CONFLITS HOMMES-TIGRES A SUMATRA

La déforestation, et donc la destruction de l’habitat naturel du tigre de Sumatra, serait l’une des raisons principales des attaques mortelles de tigres sur des êtres humains qui ont lieu de manière répétée dans cette île d’Indonésie.

Un programme dénoncé par le World Wildlife Fund (WWF) met en cause un projet mené par les géants papetiers Asia Pulp and Paper (APP) et Sinar Mas Group (SMG). Ce projet prévoit le déboisement d’une zone forestière naturelle dans la province de Jambi (centre de Sumatra), pour une plantation destinée à la production de pâte à papier. Or, cette jungle, située aux portes du parc national de Bukit Tigapuluh, est l’une des plus importantes pour la biodiversité en Indonésie, selon le WWF. Elle abrite un programme de réintroduction des orangs-outans, avec une centaine d’individus, ainsi que plusieurs dizaines de tigres et d’éléphants d’Asie de Sumatra, deux espèces en danger de disparition.

L’Indonésie doit mettre rapidement fin à la déforestation des forêts de Sumatra, d’après les déclarations de l’ONG internationale de protection de la nature et de l’environnement, le World Wildlife Fund (WWF). Cette déclaration intervient alors que six personnes ont été attaquées puis tuées par des tigres rares dans la province de Jambi à Sumatra en moins d’un mois, ces attaques étant la conséquence de la déforestation.

Le 22 février 2009, un tigre a attaqué et tué un homme qui transportait du bois près d’un camp illégal de déforestation à Jambi, une région à l’est de Sumatra, d’après ce qu’a déclaré Didy Wurjanto, directeur de l’agence de conservation de la nature de Jambi. Deux autres déboiseurs illégaux se trouvant dans la même zone ont été tués le jour d’avant. Les autorités ont capturé une tigresse qui serait l’auteur de trois assassinats qui ont eu lieu plus tôt au cours du mois dans la zone, mais la capture n’a pas mis fin aux problèmes puisque d’autres attaques mortelles ont eu lieu depuis, d’après ce qu’indique Didy Wurjanto. Près de 12 millions d’hectares de forêts ont été déboisés à Sumatra au cours des vingt deux dernières années, soit près de 50% de la superficie de l’île, d’après les chiffres publiés par le WWF dans une déclaration. Il serait grand temps que cela cesse et que l’on laisse vivre les tigres tranquillement.

Sumatra

Sumatra

Sumatra

Sumatra

Sumatra

Sumatra

Sumatra

Vidéos & Documentaires