Marc Bloch
Archives
Recherche sur l'ensemble des pages du site (saisissez un ou plusieurs mots):
 
        
        
 
   



 



Les archives de Marc Bloch sont composées d'archives privées (banque, logement, assurances sociales famille etc.), d'archives, que, faut de mieux, on appellera "archives scientifiques", et de boites de fiches bibliographiques (fichiers bibliographiques qui ont été remis au Centre de recherches historiques). Presque toutes ces archives étaient réparties entre deux lieux :la maison de campagne de Fougères et l'appartement de Paris. La majeure partie se trouvait à Paris. Aucune indication ne permet de savoir ce qui pouvait se trouver dans la Creuse.

À Paris, l'essentiel des archives scientifiques était placé dans une armoire spécialement affectée à cet usage. Une faible partie de ce type d'archives, dossiers pour la plupart non utilisés, mais simplement conservés, était rangée avec les archives privées dans les placards situés au bas des meubles de bibliothèque.

Jusqu'à mai 1942, Marc Bloch se trouva démuni de toutes ses archives demeurées dans l'appartement parisien, réquisitionné et occupé par les Allemands. Après rapatriement de ces archives à Montpellier, par les soins d'une camionnette du Secrétariat d'état à l'Instruction publique, Marc Bloch, contraint de fuir Montpellier en novembre 1942, du abandonner ses archives qu'il confia à un avoué (pour plus de détail, cf. Cahiers Marc Bloch, N°2, p.47). Après la Libération, Étienne Bloch les récupéra.

Aujourd'hui, les archives de Marc Bloch sont réparties entre deux sites, d'une part aux Archives nationales, sous la cote AB XIX 3.796 à 4275, au service des archives personnelles et familiales dans une cinquantaine de cartons, d'autre part au domicile d'Étienne Bloch (une dizaine de dossiers environ).

En 1993, on découvrait que depuis le fin de la Deuxième Guerre mondiale, la Russie conservait une quantité impressionnante d'archives étrangères que les nazis avaient raflées dans les pays occupés. Parmi ces archives figuraient quelques dossiers ayant appartenu à Marc Bloch. En 1942, l'appartement de la famille Bloch à Paris était habité par des officiers allemands et par une équipe de soldats qui servaient une batterie d'artillerie antiaérienne installée sur le toit de l'immeuble. Cette même année, toute la bibliothèque de Marc Bloch composée de plusieurs milliers de livres et des meubles qui les contenaient, avait été réquisitionnée. Dans les placards de ces meubles se trouvaient un certain nombre de dossiers qui ont été emportés en Allemagne et dont les Russes se sont emparés. Ces archives, maintenues "secrètes" par le K.G.B., ont été restituées à la famille Bloch en 1994. Certains documents extraits des archives ont déjà été rendus publics et sont reproduits dans le présent ouvrage.

Bibliographie :
Pour une vision synthétique du sort et de l'intérêt des archives de Marc Bloch, se référer à l'article d'Etienne Bloch, " Le sort des archives de Marc Bloch " dans les Cahiers de Marc Bloch, bulletin de l'association Marc Bloch, numéro 2, 1995, pages 47-54.